Dépôt de bilan de vacances

C'est quand on est bien défoncé le lundi matin [et quand je dis "défoncé", je pèse mes mots] qu'on comprend qu'on n'est pas fait pour ce truc qui consiste à s'envoyer cinq jours consécutifs de boulot alors qu'on était presque si bien en vacances.

Du coup et parce que je n'en ai pas parlé plus que ça, il est grand temps de faire un retour sur lesdites vacances en proposant à celles et ceux qui ne suivent pas les réseaux sociaux où je déverse usuellement des photos, quelques clichés remarquables avec quelques explications du périple malgré tout.

WTF

Parce que d'explications il est fortement question compte tenu de la destination. Lorsque nous avons annoncé que nous partions dans les îles Féroé, la réaction fut à peu près celle-ci. Ce mélange d'incrédulité, de "c'est où ça ?" et de "mais euh ... pourquoi ?" fut savoureux. Le fait est qu'après quelques explications tenant au climat très humide [doux euphémisme], la superficie desdites îles et leur localisation [entre l'Ecosse et l'Islande], la moue ne variait pas beaucoup. J'avais alors l'argument massue : "De toute façon, on n'a eu aucun mal à trouver de la place dans les hôtels, y a personne ! Forcément, il pleut 28 jours par mois !!". Si l'on avait pu me jouer l'oraison funèbre accompagnée d'yeux remplis d'une compassion quasi touchante, c'eût été pareil.

Faroe 01Et pourtant ... je t'assure que cela vaut le coup.

Bon forcément ... si tu t'arrêtes à la première vision que nous avons eue en arrivant [ci-contre], c'est un brin minant, désespérant et tu n'as qu'une en ie, c'est rester dans l'avion et qu'il reparte très vite.

Et puis, après, le beau temps revient [l'avantage des destinations insulaires, c'est que le mauvais temps tourne souvent très vite] et les paysages se dévoilent avec un petit côté fort sympathique qui n'est pas sans rappeler l'Ecosse. Alors oui, c'est vert, très vert même, limite incroyable de vert mais avec tout ce qui te tombe sur la tête, ce n'est finalement pas étonnant et j'en ai même plaisanté avec des féroïens [oui oui, un habitant des îles Féroé s'appelle un féroïen et non pas un férovingien comme Zolimari n'a pas cessé de le raconter] :"Si un jour vous souffrez de sécheresse, c'est qu'ailleurs, on sera tous morts !".

Voici quelques clichés parmi ceux que j'ai postés sur Instagram qui témoignent d'une chose : c'est minéral, humide et le ciel est toujours habillé de jolis nuages qui ont ravis les yeux ... 

Faroe 02 Faroe 03 Faroe 04 Faroe 05 Faroe 06 Faroe 07 Faroe 08 Faroe 09 Faroe 10 Faroe 11 Faroe 12 Faroe 13 Faroe 14 Faroe 15 Faroe 16 Faroe 17 Faroe 18

Pour le reste ... tu veux savoir si 10 jours c'était suffisant ? Oui, c'est la durée idéale qui permet de tout faire en prenant le maximum de souplesse pour jongler avec le temps puisque les prévisions météo sont inutiles : tout le monde se plante en permanence. Côté gastronomie, attends-toi à ne manger que des pizzas et des burgers. La densité de restaurants est très faible [les féroïens mangent chez eux le soir, donc pas de restaurants] et même dans la capitale, si tu ne réserves pas alors que le restaurant est vide, ils ne te prennent pas. C'est comme ça ...

18 îles, tout juste 50.000 habitants pour moins de 1.400 km² ça fait une densité de 36 habitants au km² ce qui fait qu'il y a évidemment bien plus de moutons que de féroïens. Le climat est subarctique, y compris avec l'ancienne puissance coloniale danoise ... officiellement, les îles Féroé sont toujours intégrées à la couronne danoise mais l'indépendance est dans tous les esprits au point que je n'ai pas souvenir avoir croisé de drapeau du Danemark [alors que celui des îles Féroé, tu ne peux pas le rater]. Enfin, on observe aux îles Féroé un déséquilibre démographique important consistant à ce qu'il y ait, sur la tranche 25-59 ans, il y a près de 1.200 hommes de plus que de femmes.

Après, c'est charmant, il n'y a pas grand monde [à part des italiens qui braillent évidemment comme à chaque fois qu'ils sont quelque part, tout ça parce qu'un journal italien très à la mode a fait un reportage l'année dernière sur les îles Féroé] et c'est vite reposant de côtoyer des moutons qui squattent la route, des maisons avec du gazon sur le toit, et des falaises verticales. En d'autres termes, je ne peux que t'encourager à aller y faire un tour, mais n'oublie pas : on mange du hareng au petit déjeuner !!!

Le dernier avantage, c'est que, depuis la France, tu passeras forcément par Copenhague, ce qui pourrait bien t'autoriser à y passer trois jours ... et ça, c'est quand même sympa aussi.

Tto, de retour