J'ai toujours eu un père avec lequel les anniversaires et es cadeaux de Noël étaient une corvée. Ce n'est pas que l'envie ne venait pas de lui offrir quoi que ce soit, mais c'est précisément parce qu'il faisait sa tête d'eau tiède à chaque suggestion que le calvaire s'annoçait délicat et particulièrement difficile. Y a des gens comme ça avec lesquels c'est très compliqué et mon père est quelqu'un de particulièrement effacé, qui minore toutes ses envies et affadit tout enthousiasme le concernant. Au bout de 41 ans, je m'y suis fait.

Aussi, à la faveur de son anniversaire approchant [dans 48 heures] et puisque le désarroi ne touche pas que moi, la pression a été mise sur lui pour obtenir ne serait-ce que quelques idées d'un truc qui lui ferait vaguement plaisir. Et là, comme souvent, il nous a dégainé une liste avec des outils de bricolage qui ne vont pas effrayer un stagiaire de chez Leroy Merlin et deux malheureux livres de poche de Platon sur Socrate que tu lis habituellement en terminale quand tu te prépares à passer ton bac. Bref, on ne peut rien faire avec tout cela ...

Tu me diras, "si ça peut lui faire plaisir, pourquoi tu te prends la tête ?" ... Certes, sauf que j'ai une conception plus ambitieuse d'un anniversaire et je me sers habituellement de ces idées impraticables pour cerner son état d'esprit et en faire à peu près à ma tête. Bah oui, comme quoi tu vois, c'est toujours la même chose avec moi : les fortes têtes font vraiment ce qu'elles veulent ! Or donc, cette liste de cadeaux m'a donné plusieurs idées.

Si, par le passé, je me jetais à corps perdu dans les cadeaux nicotiniques du genre briquet, porte-cigarettes, pipe, blague à tabac et autres, cela me dérangeait toujours parce que le tabac et moi ne sommes pas de bons amis. Pour ainsi dire et à la stupéfaction de tous, je dois l'avouer : je n'ai jamais fumé mais j'ai largement profité de la fumée des autres en bon fumeur passif  [il faut bien l'être pour quelque chose]. Autrement dit, je n'ai pas cette addiction mais je crains d'avoir largement cotisé en la matière. C'est comme ça ... Donc, comme j'ai longtemps entendu mon père cracher ses poumons [ou plus exactement son poumon puisqu'il ne lui en reste qu'un] à cause de la cigarette, j'ai fini par refuser de l'encourager en lui offrant de quoi continuer à se consumer.

Il fallait donc trouver autre chose et c'est ainsi que je me suis tourné vers les vêtements. Le seul souci, c'est que nous avons des goûts diamétralement opposés et qui ne procèdent pas seulement du choc générationnel. Il n'aime pas la mode, se moque royalement de la façon dont il s'habille et n'y éprouve aucun intérêt. Bref, tout mon contraire. Dès lors, il était particulièrement compliqué d'essayer de me transposer et les rares tentatives pour essayer de dépoussiérer sa garde-robe ont été des échecs retentissants. C'est d'autant plus certain que lorsque je me départis de certains vêtements pour désencombrer ma garde-robe, il préempte les trucs les plus basiques et simples. Les fringues ne pouvaient donc pas être une issue de secours ...

C'est alors que, depuis plusieurs années, je me suis jeté à corps perdu sur les bouquins. Mon père lit, a beaucoup lu mais dévore de plus en plus de gros pavés que l'on utilise habituellement pour caler des meubles ou des portes blindées. Son goût pour l'histoire en plus, je me suis régalé à lui offrir des ouvrages inattendus sur telle partie méconnue d'un régime, tel personnage controversé dont on parle peu ou encore un angle particulier comme l'histoire de la cryptologie et sa mise en oeuvre au cours des conflits armés du XXème siècle. Là, je dois te le dire, j'ai toujours touché juste ! Oui mais voilà, arrive tout de même un moment où le filon s'épuise. Et boum patatra, il faut trouver une nouvelle idée.

Et c'est là que sa liste m'a bien servi cette année puisque j'ai déduit qu'il se passionnait pour la philosophie. Une question anodine le wikende dernier et hop, l'affaire est dans le sac : c'est décidé, je dégaine le truc qui déchire. Hier midi, j'ai fait mes emplettes chez Amazon et j'ai trouvé mon bonheur en puisant dans les rayons pour constituer, en plusieurs ouvrages, un cadeau thématique. Ah ça, j'adore soigner cela en allant même jusqu'à définir un ordre d'ouverture pour que l'effet soit maximum.

Cette année, il va dévorer de la philosophie donc, mais pas de la philosophie antique. D'ailleurs, c'est le premier cadeau : une réfutation des dogmes et bases de la philosophie antique par Michel Onfray est le premier ouvrage. Qui dit Onfray [à l'époque où il écraivait des choses moins polémiques qu'aujourd'hui], dit Onfray pour la suite et notamment profiter du fait qu'il a écrit un étude sur Nietzsche, "De la sagesse tragique : essai sur Nietzsche". Et c'est précisément vers lui je vais aller puisque les deux ouvrages qui suivent donnent une bonne entrée en matière du philosophe allemand : "Vérité et mensonge au sens extra moral" et le fameux "Ainsi parlait Zarathoustra". 

Bah moi, je suis bien content de mon coup et je pense que cela devrait le calmer un peu avant que nous n'entamions Kierkegaard !

Tto, qui a fini ses cadeaux