anger

Parfois, la musique m'aide plus que le reste ... [si tant est qu'il reste quelque chose]

À deux pas d'ici, j'habite, peut-être est-ce ailleurs?
Je n'reconnais plus ma vie, parfois, je me fais peur
Je vis dans un monde qui n'existe pas
Sans toi, je ne suis plus tout à fait moi
Comment dit-on bonjour? Je ne sais plus
Le parfum des beaux jours, je ne sens plus
Comment fait-on l'amour? Si j'avais su
J'ai tout oublié quand tu m'as oublié.
Les mots doux de velours, je n'écris plus
Et le sens de l'humour, je l'ai perdu
Comment faire l'amour ? Si j'avais su
J'ai tout oublié quand tu m'as oublié.
À deux pas d'ici, j'ai essayé de revenir
De mettre un peu d'ordre à mes idées, les rafraîchir
Je m'suis coupé les cheveux, j'ai rasé les murs
Ce que j'ai fait, je n'en suis pas sûr.
Ah oublier ... ce serait finalement le plus simple. Mais non ... ce matin, à 4h58, je me suis levé en me demandant comment oublier, comment dompter cette colère froide comme un iceberg mais aussi tranchante que le verre. Finir la semaine déjà, ce sera bien et ce sera bien assez.
Je me connais : je suis dans cet état d'esprit radical et que peu de choses sont susceptibles de calmer.
Il sera temps plus tard d'expliquer ici de quoi il retourne. En attendant, je me suis noyé pendant deux heures avant l'aurore dans les méandres généalogiques d'un arbre qui affiche le millier d'entrées désormais, comme un échappatoire en me disant que ces ancêtres n'avaient pas forcément la vie plus facile et pourtant, ils y sont arrivés. Oui mais ... comparaison n'est pas raison.
Tto, pas fréquentable