2018 ETE - Shhh Story

J'ai longtemps hésité à intituler cette rubrique "Mercredi... moi tout" et puis non, ce rendez-vous confessionnel est dénommé "Shhh ... story", comme pour signifier que ce que tu vas lire ici est absolument inédit et que l'ambition est de faire du perso avec un "P" majuscule.

Je ne sais d'où cela vient ni comment c'est arrivé, mais depuis tout petit, j'ai eu cette habitude de me ronger les ongles. Ah ça oui, j'en ai mangé des kilomètres et je peux te dire que je suis devenu expert et même s'agissant de les couper avec mes dents. Certains sucent souvent leur pouce, moi j'ai toujours eu une affection
particulière pour ce qui est de mettre des choses dans ma bouche [des cure-dents, des stylos, des punaises, des cuillères en plastic ... tu n'imagines pas tout ce que l'on peut y loger et ma langue s'en accommode toujours très bien au point que l'on ne m'a jamais fait remonter quelque plainte que ce soit].

Or donc, mes propres doigts ont souvent été logés dans ma bouche afin que je fasse un sort à mes ongles dont l'esprance de vie était des plus réduites.
La seule explication valable à ce tic, c'est que ma grand-mère se rongeait les ongles, et elle, encor eplus que moi. Il semblerait qu'en la voyant faire, j'ai pris cette habitude tout à fait dispensable mais qui avait pour effet de me permettre de canaliser mon stress.

On m'a tout dit pour me dissuader de continuer, j'ai même appliquer un vernis amer sur le peu d'ongle que j'avais pour leur donner l'opportunité d'exister un peu plus que le niveau médian des autres ... rien n'y a fait, c'était plus fort que moi. J'avais même fini par m'habituer au vernis amer ... ma mère en fut dépitée, accablée voire résignée.

Quelqu'un qui eut l'occasion de les approcher de très près [la décence m'interdit de te dire jusqu'où mais il est possible qu'il s'en souvienne encore, ainsi que ses chairs] m'expliqua que c'était vraiment dommage parce que j'ai de belles mains, avec des doigts assez longs et bien proportionnés. Surtout, en bon pianiste que je suis, j'ai cette aisance à pouvoir écarter facilement mes doigts, ce qui donne à mes mains une envergure sympathique. Oui mais voilà, le bout des doigts ne va pas.

Oui mais ça, c'était avant ...
Curieusement, l'année dernière, j'ai cessé de me ronger les ongles, sans véritablement le décider comme on décide de ne plus fumer ou de ne plus manger de chocolat. Curieusement ...

Je me souviens exactement du moment où tout cela m'a passé. Un midi d'hiver 2016, je suis allé prospecter pour trouver l'accessoire indispensable de la cérémonie qui se préparait : une alliance. C'était ma partie de devoir trouver la boutique où nous tomberions d'accord sur le modèle, la couleur, la matière et j'en passe et des meilleures. En chaussant plusieurs alliances, je me suis soudainement aperçu qu'avec des doigts un peu mutilés, ça n'allait pas le faire. D'un coup, cela m'a freiné ...

Depuis mon mariage, je ne me ronge plus les ongles, au point même que, n'ayant pas l'habitude de les couper, je les laisse pousser parfois trop. C'est Zolimari qui râle parce que, ce faisant, je le griffe et pas qu'un peu. En revanche, depuis, je comprends tout l'intérêt de disposer ici ou là d'ongles qui sont une sacrée aide ponctuellement,  même si je dois te l'avouer, il y a largement possibilité de faire autrement !

A ce jour, je n'ai subi qu'une seule rechute de quelques heures où 70% de mes ongles y sont passés mais ce fut très ponctuel et finalement je conserve cette nouvelle habitude qui rendra mes mains toujours plus irrésistibles : c'est peut-être pour cela que Zolimari ne cesse de vouloir les prendre dans les siennes ...

Tto, nailed