Journée pourrie au rang des journies bien pourries d'hier, il a évidemment fallu qu'un point d'orgue vienne me convaincre définitivement de son caractère infecte. Comment ? Bah ... simple comme un coup de fil, de mon frère.

13h02 ... il est en pleurs, il craque, il n'en peut plus, il se dit qu'il a bien de la chance son parrain d'être aujourd'hui entre quatre planches, il se lamente à ne plus voir la moindre lumière dans cette pénombre suffoquante ...

Je sais bien que ce n'est pas la première fois qu'il broie du noir, mais c'est la première fois qu'il l'exprime de cette façon ...

Alors, j'ai remis mon costume de grand frère rassurant, toujours là, à l'écoute ... celui qui trouve des solutions même quand il n'y en a pas beaucoup. Je ne sais pas si les mots trouvés ont eu du sens pour lui mais mon projet de l'emmener au théatre voir une pièce rigolote et sympa prend d'autant plus d'urgence en ce moment. On va aller voir "le chalet de l'horreur, de la trouille qui fait peur", j'te dirai !

Tto, béquille