AgendaMission_FlorimontUn vrai, un pur moment de plaisir ... Voila, au moins, tu sais déjà ce que j'en pense. De quoi ? Mais de "Mission Florimont" pardi !!! C'est du théatre, c'est au Tristan Bernard [64 rue du Rocher dans le VIIIè, réservations au 01 45 22 08 40 ... voila la pub est faite] et c'est jubilatoire.

Alors ... parlons en un peu plus nan ? L'histoire, c'est celle d'un 007 du pauvre, perdu dans une intrigue politico n'importe-quoi-esque dans laquelle François Ier l'a jeté. Sauf que quand Florimont se révèle être pire que Mister Bean, les 2 Wayne's World cumulés, Eve Angeli et Franck Drebin [Leslie Nielsen ... le flic qui doit sauver la Reine, le Président, Hollywood, etc ...], bah voila ... ça nous attire dans des circonvolutions qui fera succomber tout professeur d'histoire ou de français, pour le plus grand plaisir des spectateurs !

Ecritures pleine de vigueur, mise en scène péchue, comédiens impeccables et d'un dynamisme ahurissant, inventivités en tous genres ... du talent à l'état pur mon chéri !

D'ailleurs, ce n'est pas sans rappeler le tonus du "Père Noël" lorsqu'il était joué au Splendid [même si cela n'a pas grand chose à voir]. 5 comédiens pour une vingtaine de rôles ... y a pas à dire, on ne s'ennuie pas. Les jeux sont parfois appuyés mais la lourdeur est drolissime.

L'ambiance est très Monty Pyhtonesque [si tu te souviens de "Sacré Graal", tu t'y retrouveras un peu] et les raccorcis nombreux. On joue vraiment avec les anachronismes, les pirouettes sont vertigineuses ... Regarde donc la vidéo ci-dessous : peut-être te donnera-t-elle une idée de ce que "Mission Florimont" est jubilatoire ...

En un mot comme en cent, si tu veux te payer une belle tranche de rigolade, potache, tellement carricaturale que ça n'en peut plus, file immédiatement applaudir "Mission Florimont". Les comédiens le méritent ... les auteurs aussi ... et tu aurais tort de te priver d'un tel plaisir ...

L'HISTOIRE : 1534. Le roi de France est acculé de toutes parts. Son ultime espoir : Florimont de la Courneuve, le meilleur de ses agents… enfin de ceux qui lui restent… enfin, le seul qui lui reste. Objectif : Constantinople. Ses adversaires : des mercenaires plus terrifiants que des compagnies d’assurances, des traîtres Espagnols qui sentent les tapas à plein nez et même une femme au bonnet M.
Florimont évitera-t-il tous les dangers ? Réussira-t-il sa mission ? Sommes-nous toujours obligés de poser ce genre de question dans un pitch ? Pour toute autre demande, ne quittez pas, un opérateur va vous répondre. Un voyage au cœur de la Renaissance. Une mission au péril de la vie des autres. Et surtout, le premier spectacle qui s'est fait flashé à 240.