Tout passe et lasse

Des choses passent, des agacements aussi mais d'autres lassent hélas.

Si dans ma besace
De la constance j'ai l'audace,
Même quand se forme la nasse.

De procès en contumace
Je ne veux faire la place
Ni endosser le rôle du rapace

Toujours est-il qu'il apparaît inefficace
De conserver des apparences de surface
Sans laisser de traces

Se résoudre à être tiédasse
Ne correspond pas à ma cuirasse
Laquelle oblige à faire un peu plus face

Dès lors, je prends de l'espace
Je chasse les cailloux de mes godasses
Effaçant les bêtises que je chasse

Oh bien sur, on s'irrite que je sois pugnace
Ou, partant, trop perspicace,
C'est à mes conditions : je suis tenace.

Hier, l'ambiance était à la caillasse
Brutale mais très vorace
Avec une fermeté efficace.

J'en ai assez des bécasses
Dont l'égo se surpasse
Engendrant finalement que je me casse.

Il n'est pas besoin d'en faire une abondante paperasse
La qualité des agissements étant trop basse
Mais je laisse se creuser la crevasse de la populace

Du purgatoire je ferai encore la grâce
Reléguant la chaleur d'antan à de la glace
Le dessein d'une complicité, plus jamais je n'embrasse

Oui hier, pour des "broutilles" j'ai revêtu ma carapace
Préférant ne laisser transparaître qu'une grimace
Celle du mec que l'on agace
Trop synonyme, pour moi, d'une impasse.

Tto, sans postface