Les démons de l'Eurovision

C'est rigolo de voir que ... pour chaque émission en rapport avec l'Eurovision, Zolimari et moi nous écharpons comme des dingues. Samedi dernier, ce fut le cas, ce le sera samedi prochain comme le samedi suivant quand sera désignée la chanson représentant la France au Concours Eurovision de la Chanson 2019. L'année dernière, nous avions atteint un climax quand la chanson qu'il aimait bien s'était gauffrée [injustement à ce point, je le reconnais mais un peu d'honnêteté permettait d'admettre qu'on était très loin d'une chanson Eurovision sauf à faire les mêmes performances que Lisa Angell ... une autre de ses copines].

Le fait est que Zolimari et moi n'avons pas tout à fait les mêmes goûts en matière de musique et surtout de song-contest. Là où je pense clairement que je comprends les choix, parfois paresseux du grand public, lui demeure persuadé que les gens qui ont de la bouse dans les oreilles finiront par se ranger à son avis éclairé. Sauf que ... même si je comprends certains de ses arguments, force est de constater qu'il n'est pas vraiment objectif, voire pas du tout. Il faut prendre sa play-list pour se rendre compte d'un certain sectarisme même si quelques lignes bougent peu à peu ... sauf quand Christophe Willem ouvre la bouche où là, même s'il chante ce qu'il y a dans son frigo ou s'il fait des vocalises mal placées, c'est forcément "génial" et "merveilleux". On rêve ...

Or donc, s'agissant de l'Eurovision que nous regardons ensemble depuis plus de dix ans, tous les ans, c'est le pugilat. Nul ne peut, en France, ignorer que je m'y connais quand même un peu même si je reconnais tous les ans m'être totalement planté dans mes pronostics personnels [je rêve que l'on consacre une chanson Eurovision et non pas un truc qui passe aux oubliettes le lendemain de la finale]. D'année en année, je conserve toute mon affection pour les artistes que j'ai soutenu ici et ailleurs [je suis un adepte de l'écoute en boucle] ... et tous les ans, je me prends toujours à un moment donné "Nan mais tu déconnes ou quoi ? C'est pourri ton truc !!" de la part de celui qui constate quelques minutes après que ma chanson est toujours mieux classée que celle qu'il soutenait.

Samedi dernier, rebelotte. J'ai tilté sur une chanson qui a échoué à la cinquième place, Lautner "J'ai pas le temps". Nous l'avons d'abord écoutée à l'aveugle [oui parce que je le connais l'argument selon lequel j'écoute d'abord avec mon gros zizi] dans la voiture et, quelques minutes après avoir laissé Zolimari chez ses parents, j'ai fait le chemin qui m'amenait chez les miens en n'écoutant que cette chanson. Autant le dire clairement, c'est bon : je l'avais bien dans la tête. Lorsque j'ai vu la prestation samedi soir, j'ai également pu noter qu'il y en avait un qui n'était pas dégueulasse à regarder [même si cette gestuelle de rappeur de banlieue est un peu ridicule Axel ...]

[Tu peux me juger mais je maintiens que la chanson est super bien construite pour un truc variétoche ... on est d'accord que c'était un peu court pour l'Eurovision et que la prestation en direct était très mauvaise avec le trac et les voix qui déraillent. Mais sinon, ça tenait clairement la route ...]

Toute la soirée, Zolimari a pesté. "Et bah voilà, on va se faire représenter par un sous-Conchitta Wurst", "Nan mais attends, c 'est nul sa chanson, y a que trois paroles ?", "Oh la la, mais quelle horreur ce truc, c'est bon j'ai compris, on a déjà perdu en fait" et autres "C'est une blague ou quoi ? Ils ont fait les chiottes de "The Voice" en fait ?" ont jalonné l'émission dont le seul intérêt pour lui était de voir Christophe Willem jouer les équilibristes pour ne pas dire trop de mal. Autant te dire que quand il a déclaré avoir aimé un truc que Zolimari vomissait dès la troisième note, il était accablé ... moi jubilant un peu devant tant de mauvaise-foi [dont il parait que j'ai un monopole universel]. Et comme à chaque fois, tout y passe : le physique, les manières, la justesse de la voix [oui, samedi, il a pu se déchaîner], les fringues ... tout ! Il faut dire que les soirées Eurovision servent aussi à se défouler tant c'est assez facile mais là, au niveau du sniper, on est au niveau des plus belles écoles de Sarajevo ou de Bosnie.

Samedi prochain, ça va à nouveau être un massacre, d'autant qu'il y a ce pauvre Emmanuel Moire dont la chanson est affligeante et putassière, et tellement pas raccord avec l'Eurovision. Et là, je l'entends déjà Zolimari ... et je sais déjà que lorsque les votes seront dévoilés, je vais entendre "Nan mais plus jamais je regarde ce truc, c'est n'importe quoi vraiment !". Tous les ans, il dit la même chose, comme tous les supporters de foot qui t'expliquent pendant trois heures que eux savaient bien comment il fallait faire pour gagner ce match où leur équipe s'est faite défoncer. Zolimari, c'est pareil ... il n'y a que lui qui sait ce qui est bien et ce n'est jamais ce qui passe à l'Eurovision [ou alors à de rares exceptions près mais Céline Dion ne peut pas concourir tous les ans non plus].

Moi, je m'en fous un peu parce que même si je suis rarement d'accord avec ce qui est consacré par les finales nationales ou le Concours en tant que tel, le show m'amuse et, avec le temps, Zolimari finit toujours par me dire que oui, je n'avais pas tort et que c'était pas mal. Jacques Houdek [qui me valut des injures lorsque j'ai osé dire que je trouvais sa chanson pas mal, tout ça parce qu'il a eu des déclarations peu agréables à l'endroit des homosexuels de Croatie] par exemple, lorsqu'on l'a réécoutée dimanche matin, après le "Ah c'est ton copain le croate ça", j'ai eu la chance d'entendre "c'est vrai que c'était pas si mal". Bon ok, il faut attendre trois ans pour qu'il le lâche mais on y arrive quand même.

Du coup, le voir en transe comme ça pour un truc auquel on ne peut pas grand chose, ça m'amuse [même si l'année dernière, l'entendre vociférer jusqu'à 2h du matin à ce sujet m'a un peu gonflé], y compris quand avec sa rancune tenace, il ne lâche rien. Bilal Hassani en a pris plein la gueule d'emblée parce que sa chanson a été composée par Madame Monsieur dont Zolimari a décidé depuis le début qu'ils étaient nuls et qu'ils étaient les pires qu'on n'ait jamais envoyé à l'Eurovision ... oubliant qu'ils ont fait mieux que Lisa Angell [sa copine retombée dans les limbes des galas de province, là où il l'avait vue il y a presque vingt ans] qui avait terminée dernière ! Donc, les soirées Eurovision avec Zolimari, c'est aussi marrant parce qu'il prend cela super à coeur et le voir lever les yeux au ciel et implorer je ne sais quelle puissance divine de faire cesser son supplice, ça me fait toujours autant rire. Jusqu'en mai, je vais me régaler ...

Tto, Eurovision fan absolu