2018 ETE - Carnet de voyage

Cela sonne comme le titre d'un film catastrophe avec Pierce Brosnan ou The Rock qui reviendrait des enfers en sortant d'un cratère où il se baignait dans la lave en fusion. Pourtant, tel n'est pas le cas même s'il faut bien le reconnaître, la présence du volcan sur l'île de Stromboli est incontournable au point que tu l'entends tonner régulièrement et que la fumée qui s'en dégage te fait bien comprendre que tu es chez lui. C'est d'ailleurs assez amusant de voir qu'on personnalise toujours un volcan, surtout lorsqu'il est en activité. Invariablement, c'est toujours un homme, il a toujours du caractère et nécessairement on est toujours à côté du volcan pour s'en prendre une bonne parce qu'on n'a pas été gentils. Pour l'Etna, c'est exactement pareil.

Sauf que là, nous sommes dans les îles éoliennes, ce chapelet d'îles perdues au milieu de la mer méditerranée et qui ont émergé à raison d'une activité volcanique évidente sinon importante. L'archipel comporte en réalité dix-sept îles, dont seulement sept sont habitées et trois permettent la circulation automobile. Si toutes les îles ont une origine volcanique, seules Vulcano et Stromboli ont encore un volcan actif. Les sept îles principales habitées de l'archipel sont : Lipari [10.554 habitants, la plaque tournante de l'archipel], Salina [2.300 habitants, seconde plus grande île de l'archipel avec ses 27 km²], Vulcano [717 habitants, dont le volcan culminant à 391 mètres d'altitude est officiellement en sommeil depuis 1890 mais émet des fumerolles sulfurées], Stromboli, [420 habitants, avec un volcan qui connaît une activité importante], Panarea [280 habitants, et 3,4 km²], Filicudi [250 habitants, et six volcans éteints] et enfin Alicudi [150 habitants, qui se trouve la plus à l'ouest]. La légende veut qu'Éole ait colonisé l'archipel pendant la guerre de Troie ... Théophraste explique qu’aux environs du détroit dit « Ionien » se produit dans la mer des exhalaisons de feu assez intenses pour réchauffer, et que le bruit qui vient des îles d’Éole s’entend jusqu’à mille stades. Voilà pour les présentations et mettons donc le cap sur Stromboli !

Pour se rendre sur Stromboli, le plus simple [à défaut d'hélicoptère oude bateau personnel] est de partir de Milazzo, la ville sicilienne qui donne accès aux îles éoliennes avec les départs de ferries, excursions et autres joyeusetés du genre. La traversée dure un peu car tu remontes toutes les îles éoliennes, les lignes de bateaux desservant lesdites îles dans l'ordre. Bien sur, on trouve aussi des lignes partant de Palerme, de Messine ou encore Naples. C'est assez confortable mais attention, au regard du fait qu'on est sur un speed-boat, pas question de mettre le nez dehors même quand on a le mal de mer. 

Arrivé à Stromboli, tu constates tout de suite que le volcan de l’île, le Stromboli, est en constante éruption depuis plusieurs siècles. Il crache des gerbes de lave à intervalles réguliers de quelques dizaines de minutes. L’ascension, guidée, du Stromboli est possible afin d’apercevoir de jour comme de nuit ces éruptions. L’ascension n’est, néanmoins, par facile ... pourtant, ça vaut le coup.

Plan du Stromboli

A l'arrivée, il faut tout de suite regarder las conditions météo et donc voir s'il s'agit d'un mauvais jour. Ce n'est pas un détail pour espérer effectuer l’ascension du Stromboli, un beau temps est essentiel. Si le temps s'annonce pluvieux, mieux vaut décaler d’un ou deux jours parce que les visites seront certainement annulées puisque l’ascension du Stromboli est plus périlleuse.

Stromboli 05

C'est qu'en plus, le site étant protégé et particulièrement difficile, il y a nécessité d'être accompagné au delà des 400 premiers mètres d'ascension. En tout, il y a 924 mètres à s'envoyer ... d'ailleurs le guide est bien utile pour gérer l'ascension mais aussi vérifier que tu es parfaitement équipé pour monter [chaussures de marche, eau, lampe frontale, foulard, chaussettes montantes et tutti quanti]. Un casque est fourni aussi pour parer à d'éventuelles chutes de pierres projetées du cratère lors d'une explosion ...

Stromboli 01

Le début du sentier est en fait une zone de végétation assez dense. On s'arrête de temps en temps pour profiter de quelques jolis points de vue sur le village en contrebas. Plusieurs points d'étape sont offerts et surtout celui qui précède l'ascension en lacets [à 500 mètres d'altitude, 1h30 après le début de l'ascension qui se fait sur la place du village] ... oui oui, l'ascension se mérite, on gravit le sommet sur les flancs du volcan dont le terrain est des plus rocailleux. A ce dernier point d'étape, on observe brusquement un changement de végétation instantané : plus une plante, que du gris et de la lave. C'est la lune ! A mesure que l'on progresse, les explosions rythment davantage l'avancée et le sol tremble un peu plus, c'est assez impressionnant. On peut rebrousser chemin jusqu’à 500 mètres d’altitude mais c'est là ta dernière chance ... des guides sont postés pour t'aider à redescendre si vraiment ça ne va pas fort. Au delà, point de salut, il faudra aller au bout des 926 mètres de dénivelé. Bonjour la pression !!!

Stromboli 02

La pression est d'autant plus forte que la pente se fait plus abrupte et le guide t'oblige à suivre le rythme soutenu de l'ascension : pas le temps de prendre des photos, il faut toujours avoir en vue la personne qui est devant toi. Une fois que tu auras craché tous tes poumons à raison de l'effort fourni, tu arrives à un point de base où le port du casque devient obligatoire. Aucun récalcitrant n'est toléré et c'est là que tu peux déjà observer une partie du cratère. En prenant une excursion de nuit [comme nous l'avions fait] et si ton guide est bon, tu arrives exactement à cet endroit quand le soleil se couche ce qui te permet de profiter d'une vue de malade. L’arête qui mène au pinacle permet aussi de manger un peu, de se vêtir plus chaudement avec les pantalons de marche ... de petits abris en béton destinés initialement à se protéger en cas de projections volcaniques nous permettent de se préparer. Mais il ne faut pas mollir, les explosions produisent un bruit toujours plus impressionnant et là, on peut les observer vraiment !

La dernière partie de l'ascension se fait au crépuscule ... on progresse jusqu'au plateau où le cratère se découvre complètement. On éteint les lampes frontales pour profiter des jaillissements de lave qui éclaboussent le cratère et disparaissent à mesure qu'ils refroidissent. Le spectacle est total avec la mer derrière et les explosions d'intensité aléatoire. On y resterait toute la nuit mais il faudra redescendre afin de ne pas respirer trop d'air qui est potentiellement assez irrespirable. Oui, clairement, tu fais une bonne cure de souffre !
C'est simple : ça coupe l'envie de parler, ça rend tout humble devant la force et la beauté de la nature.

Stromboli 03 Stromboli 04 Stromboli 06 Stromboli 07

La descente en pleine nuit se fait à la frontale que tu auras mis sur ton casque et tu files tout droit vers l'inconnu en enfonçant chaque pas dans des cendres volcaniques. L'effet est bluffant, les chaussures sont pleines en quelques pas mais c'est assez prodigieux d'autant que le Stromboli continue de grogner derrière toi. S'il a bien fallu trois à quatre heures pour grimper, la descente se fait en moins de deux heures, c'est surprenant de facilité pour autant que tu gardes bien la souplesse nécessaire et que tu marches bien en posant ton talon d'abord. Le village éclairé sert de boussole et c'est vers 23h [heure de départ 17h30] que l'on récupère un chemin urbanisé indiquant que la fin est toute proche.

Stromboli 08

Si cette ascension est merveilleuse, il faut tout de même indiquer qu'elle n'est pas grand public et que les enfants ne seront pas à l'aise. De plus, les personnes qui ont des difficultés respiratoires comme de surcharge pondérale pourraient bien devoir renoncer. Mais malgré mon vertige légendaire [la descente en pleine nuit est assez impeccable pour cela, comme on ne voit rien c'est limite tranquille], je conseille clairement de le faire pour autant qu'il fasse beau et que tu puisses profiter du panorama éruptif incroyable ...

Tto, qui a grimpé tout près du volcan