La première FOISJe ne me souviens plus très bien ce qui m'a poussé ce soir de demi-finale de l'Eurovision à répondre au tweet que j'avais vu passer de Bertrand. Peut-être parce qu'en un minimum de mots, j'avais saisi la détresse du garçon alors impuissant face au mur de silence qui s'opposait à lui. Tout aspiré que j'étais par les paillettes du show européen annuel qui se déroulait devant mes yeux complaisants, le dialogue avait néanmoins débuté et s'était poursuivi les jours suivants ...

J'aime nouer contact [on ne va pas dire langue, ça va encore exciter tout le monde] avec des personnalités denses et, rapidement, j'ai compris que Bertrand en était une. Il faut dire que, dans l'ombre, je le suivais du coin de l'oeil depuis plusieurs mois ... aussi parce que j'avais eu la chance de l'écouter régulièrement. Finalement et pour une fois, j'étais de l'autre côté de la barrière : celui qui reçoit le message par le média et non celui qui l'émet.

Comme c'est le cas avec les gens pas trop compliqués et qui témoignent d'une envie de me voir, nous avons assez promptement convenu du principe de la rencontre, la timidité de Bertrand étant néanmoins palpable ... ce à quoi j'ai eu droit pratiquement jusqu'au moment M. Et c'est au creux de l'été, avant son départ en vacances que j'ai fixé rendez-vous à Bertrand, dans un endroit convivial.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que je n'ai pas été surpris : entente quasi-immédiate [un peu de timidité de sa part au tout début, mais je sais y faire avec les grands gaillards timides], sujets de conversation à profusion ... bref, je n'ai pas vu passer ma salade nonobstant son départ anticipé.

Bah oui, Bertrand est une diva, comme moi mais en pas pareil : là pour le coup, ce n'était pas de sa faute, une urgence commandait qu'il écourte notre déjeuner, et cela se comprenait tout à fait.

Quoi qu'il en soit, nous avons eu le temps de discuter de plein de choses : son passé microphonique avec son bel organe, sa récente arrivée dans mes colonnes, quelques amis communs [qui ont pris bien cher ... et ce n'est que justice] et c'est ainsi que tout a défilé dans une ambiance super agréable où nous avons néanmoins parlé de sujets graves, importants et profonds. Et c'est ça que j'aime dans certaines rencontres : on peut parler de choses totalement futiles, de trucs plus importants pour lesquels je peux éventuellement être d'une quelconque utilité et surtout de sujets qui m'ouvrent, à raison de l'expérience des uns et des autres dont je suis curieux sinon très friand, sur d'autres horizons que ma simple petite personne. C'est ça qui est fantastique.

Et avec Bertrand, même avant de le rencontrer, je savais que cela pourrait le faire : les garçons abîmés par la vie qui ne les a pas ménagés et qui ont un peu de caractère sans qu'il ne soit mauvais, je sais que ça peut largement le faire ! Pour preuve, en suite de ce déjeuner, nous avons beaucoup échangé par la suite puisqu'il a été intrigué de ma proposition de lui faire passer le fameux quesTtonaire composé de près de 200 questions très directs voire intimes qui me permettent d'en savoir beaucoup plus et de livrer à ceux qui en ont le courage, un portrait plus ou moins fidèle. Les conclusions que je lui ai livrées ne furent pas franchement en dehors des clous ... mais ça, ce n'est pas un scoop ! 

Tto, abordable quand il veut