LA SEMAINE DU BAMBOU MAGIQUE - LA PREMIERE FOIS QUE

Pour ce dimanche de semaine de BAMBOU MAGIQUE, pourquoi ne pas revenir sur une première fois déjà racontée ici mais qui avait donné quelques couleurs à ceux qui l'avaient lu à l'époque ? Ce billet a été publié le 24 juin 2012 ...

 Je ne suis pas peu fier d'écrire enfin cette "première fois" que je promets depuis près de quatre ans non sans avoir été relancé par tel ou tel [toujours les mêmes entre nous] ... depuis que j'avais annoncé ici et rappelé ici notamment ... depuis que j'avais fait l'acquisition d'un pot de crème destinée à provoquer de nouvelles sensations à raison d'une activité masturbatoire.

Va comprendre pourquoi cela m'amuse toujours ... je suis fan de ces trucs là, qui sont censés révolutionner la pratique déjà bien rodée [oui, bien en main] de la branlette. Et forcément, j'ai commandé et puis essayé [il y a bien longtemps mais je m'en souviens bien] tout seul dans le secret de mes draps, un matin ...

Alors forcément, il faut de quoi faire. tu te munis donc d'un membre sexuel masculin ayant toutes proportions et propensions à s'ériger de façon permettre un agréable va-et-vient sur sa surface de façon à qu'à l'issue de la gymnastique considérée, un orgasme s'en suive avec tous les trucs collants que cela suppose [ça, c'est juste pour te couper l'appétit si tu lis ce billet en mangeant].
Donc le plus simple, c'est de prendre le sien quand on est un garçon ...

Me voila donc entrain de jouer avec le bambou magique ... c'est que je le connais bien maintenant. Il n'a pas de secrets pour moi même si des fois, il me surprend tant par certaines dimensions témoignant alors d'un manque que je ne lui avais pas soupçonné. Je ne lui donne pas de petit prénom comme je sais que certains font ... je trouve ça un peu grotesque. Donc, je vais et viens sur sa longueur sentant la raideur [pas celle des deux doigts qui coupent la faim ... même si j'ai toujours pensé qu'on pouvait utiliser les deux doigts en question à d'autres fins voire faims] envahir ledit bambou et lorsque celle-ci me semble plus propice à une accélération de la manoeuvre, je me dessaisis du bambou toujours aussi magique [et finalement prévisible] et j'ouvre le pot de crème.

L'odeur n'est pas franchement forte, somme toute assez commune et en tout cas moins caractéristique que pour certains lubrifiants. Ah oui, c'est vrai, j'aurais très bien pu me contenter d'un lubrifiant classique mais l'argumentaire de vente consistait à dire que c'était très différent ... d'où mon test [tu vois comme je prends à coeur la mission dont tu me fais l'honneur, celle du reporter de l'extrême]. La texture est en revanche très étrange : c'est une crème tendance slime : un gel très épais, très froid avec une forte densité. C'est marrant d'enfoncer ses doigts là dedans en fait et surtout, tu ne peux plus te cacher après parce que tu en as vraiment plein les doigts ! C'est presque pire que le pot à confiture ...

Sauf que, comme pour la confiture, quitte à y être autant y aller franchement. Je commence donc à prendre une dose raisonnable de la crème considérée.
Forcément, le contraste résultant de la température de la crème sur le membre assez chaud est en soi une première sensation particulière et qui est loin d'être désagréable. Je tartine donc avec mes doigts [des deux mains ... et oui, j'ai cette chance enfin Zolimari a plutôt cette chance] le bambou magique de façon à l'enduire assez largement et la chaleur du sexe fait en sorte que la crème devient plus liquide et s'étale assez bien jusqu'à recouvrir correctement toute zone où la main à l'oeuvre aura à aller et venir.

Ce travail achevé, le plaisir masturbatoire peut reprendre et je m'aperçois alors que la première différence avec un lubrifiant quelconque est que la crème ne sèche pas aussi rapidement. C'est même assez bluffant ...
J'y vais donc de bon coeur, je monte et descends [ce qui prend facilement plusieurs secondes compte tenu du chemin à parcourir ... forcément !] et là aussi, le pouvoir lubrifiant de la crème est assez particulier parce que force est de constater que la promesse d'une glisse optimisée et très agréable est atteint : ça fait du bien comme il faut et la glisse est propice à l'atteinte d'un plaisir renforcé.
Soyons honnête : la glisse commence à se sentir moins bien après plusieurs heures minutes mais une vraie bonne branlette n'est pas censée être un travail de force devant durer entre 45 et 50 minutes non plus.

Mais, s'agit-il [sans mauvais jeu de mots] de la glisse en question qui a pu stimuler davantage le bambou magique ou que sais-je encore, la sensation finale est indiscutablement supérieure à celle éprouvée lorsque l'on se passe de la crème de branle en question. Effet placebo ou pas, n'empêche que je garde un très bon souvenir de cette séance au cours de laquelle j'ai essayé cette crème.
on n'en devient pas accroc et il faut avouer qu'en séchant, c'est un peu collant mais moins qu'avec un lubrifiant.

Autrement dit, pour les petites soirées en solitaire où l'on a besoin de se retrouver avec son cher engin, voila bien un accessoire assez utile. Il y a juste un truc que j'aurais du essayer avant de pondre ce billet, c'est l'essayer sur le membre de quelqu'un qui n'est pas moi ... oui oui, celui de Zolimari [et comme ça, ça me fera les bras parce que bon là aussi, y en a revendre ... enfin, je dis ça, je ne dis rien mais quand même !].

Tto, coquinou