1ERE_FOISJe suis un garçon fidèle, c'est le moins que l'on puisse dire et même pour ma radio ... [J'ai toujours pensé qu'on en apprend un peu sur quelqu'un quand on sait ce qu'il écoute ...]

Je me souviens bien de cette soirée ... un dimanche soir où j'avais un peu de mal à trouver le sommeil. Souvent je m'amusais à plonger dans mon imagination débordante en réinventant tout un tas de trucs ... Comme je suis un passionné, je te laisse envisager tout le monde que je me suis construit au fur et à mesure. Gavé comme une oie avec mes rêves, mes projets et autres ambitions, mes nuits ont toujours été agitées ... et puis, ce soir là, sur mon vieux radio réveil qui n'en pouvait plus de clignoter [puisque je trouvais ça cool d'avoir une horloge digitale rouge qui clignotait], j'ai cherché de quoi nourir mes pensées ... et voila que je tombe sur ... une station dite périphérique. Quand tu as des parents qui vivent dans la religion de France Inter, les radios commerciales se limitaient à NRJ dont j'avais suivi la naissance et la fabuleuse manifestation de soutien de décembre 1984, et à RTL avec les inusables Grosses Têtes et les apparitions de Le Luron. Ca changeait de la radio version Inter où l'on s'ennuyait grave. Je passe aussi sur ma période France Info [dont j'avais suivi la naissance et la croissance].

Ce soir là, vers 23h ... j'arrive donc dans le "Hit des Clubs" ... Bigre ... une voix que je reconnais, celle de Jacky Gallois [transfuge d'NRJ] ... et voila que commence l'écoute de cette émission, je laisse se dérouler le classement de ce qui passe le plus dans toutes les boites de France et de Navarre [selon la formule consacrée]. Quelques publicités et quelques bandes annonces me laissent envisager la richesse d'une grille de programmes où se cotoient encore Jean-Loup Lafont, Jean Roucas, Maryse, Elkabbach. Surtout ce que je perçois, c'est qu'il y a une atmosphère familiale sur Europe 1, au dela d'une équipe ... je me surprends à trouver une famille de radio, douce et amicale. Un ton pas aussi commercial que celui d'RTL, pas aussi soporiphique que celui d'Inter, une façon plus artisanale de faire de la radio sans tomber dans les côtés caricaturaux d'RMC.

Surtout, ce premier soir, je suis tombé sur une station qui a une histoire ... un carillon reconnaissable d'entre tous, trois petites notes aussi fortes que celles de DIM servant pour les jingles ... et nous voila partis pour des années d'écoute. Clairement, à 11 ans, ça faisait pas jeune d'écouter Europe 1 quand tout le monde était sur NRJ [oui mais moi, j'avais déjà beaucoup mangé du NRJ], sur Skyrock [station pour laquelle je n'ai aimé qu'une émission, celle de Super Nana], sur RFM [déja déclinante] ou encore Europe 2. J'm'en foutais ... Surtout, il y avait de l'info en bataille et je trouvais finalement une radio commerciale dite haut de gamme [raccourci en lequel j'ai souvent souscrit], contrairement à la rivale de la rue Bayard.

324c298dc177c7d568c811664a5e0c1f_29Alors au gré des années, j'ai suivi l'évolution de la station, les pirates d'Arthur venus donner de l'air frais à la rue François 1er, l'équipe du matin de Delarue qui dépoussiera la matinale, le zouzouk des Nuls dont je conserve encore des bandes, l'éphémère émission de Muriel Robin [je me couperai un bras pour en réécouter l'intégrale], la première émission de sexothérapie [le dimanche soir avec Jean-Claude Laval], le mythique Top 50, le merveilleux Europe Nuit de Pascale Clarck, les générations Europe 1 de Michel Field tous les soirs [dignes héritières des "Découvertes" d'Elkabbach], les émissions d'Yves Calvi le matin [ah ... cette émission sur le Masque de Fer, et je maintiens que Calvi est l'un des meilleurs interviwers de France], la révolution de 1996 où tout Europe 1 a changé sous la houlette de Jérôme Bellay [avec ce fabuleux slogan "Sur Europe 1, on a tout changé sauf vous"], l'éclosion de Laurent Gerra [avant qu'il ne se ringardise sur RTL et laisse la place à Nicolas Canteloup], Laurent Ruquier et aujourd'hui Fogiel [pour lequel il est bien connu que je ne suis pas tendre mais sa matinale est excellente].

Je la connais par coeur cette radio dont j'ai suivi l'histoire et j'ai appris le passé. J'en collectionne même les jingles. J'ai failli y travailler mais malheureusement ce ne fut pas le cas ... Un autre rêve qui sera peut-être un jour achevé. J'écoute avec délice ce qu'Europe 1 propose tous les jours et je demeure séduit par l'amtosphère qui y règne [même si derrière le rideau, tout n'est pas si brillant]. J'ai toujours dit qu'Europe 1 récupérera sa place de n°1 qu'elle avait dans les 70's. Les derniers sondages me donnent profondément raison. En tout cas, j'suis un fidèle de chez fidèle ... et quiconque partage ma vie le sait bien.

Tto, qui est bien sur Europe 1