Forth Bridge

La mort du Prince Philip est, n'en déplaise aux grincheux, un événement à raison du parcours de l'homme [dont je ne méconnais pas les zones d'ombre] dans un siècle extraordinaire. Mais plutôt que de faire un billet dégoulinant, c'est autre chose qui me fascine : le protocole.

Et c'est ce qui est proprement captivant : la mort du Prince Philip a réactivé les souvenirs que j'avais de l'étude du protocole de la monarchie britannique. Ainsi, tout événement est régi par un bréviaire ayant un nom de code. Le décès du Prince Philip, c'est "Forth Bridge". Quand Elizabeth II mourra, tu entendras parler de l'opération "London Bridge".

Alors oui je sais, le protocole c'est tout pourri pour les gens qui pensent que ce n'est pas utile et même carrément désuet : je suis d'un avis diamétralement contraire, j'incline à penser que c'est un repère fondamental qui conforte l'institution. En cela, mon amour des règles et principes, allié aux symboles, ne peut  qu'être confirmé.

Alors ... maintenant et au delà de cette curiosité qui peut paraitre anecdotique, que recouvre "Forth Bridge" ?
Déjà pourquoi "Forth Bridge" ? C'est le cas pour chaque décès d’un membre éminent du clan Windsor, le nom d’un pont du royaume a été choisi pour annoncer le décès du duc d’Édimbourg. Et c'est précisément en référence à son titre que ce pont a été choisi puisqu'il s'agit d'un ouvrage ferroviaire et routier bâti au XIXe siècle à proximité de la capitale écossaise.

Il y a 24 heures, l'opération "Forth Bridge" s'est mise en place quasi immédiatement après le décès du Prince.
Le Premier Ministre a fait une allocution solennelle, après avoir été prévenu dans les premiers du décès au moyen du nom de code "Forth Bridge is down". Compte tenu de l'âge du Prince, le texte de l'allocution était prêt et corrigé régulièrement depuis 2012 [date à laquelle le Prince avait subi une alerte sévère à la vessie].
Quelques minutes auparavant, les télévisions et radios nationales [la BBC évidemment, mais aussi itv et le bouqet Sky] ont basculé dans l'opération qui est connue et maîtrisée [elle fait l'objet de répétitions régulières] : habillages d'antenne basculant dans le noir, bandeaux sur des chaînes qui ne diffusent pas d'information pour inviter à se brancher sur la chaîne d'information en continu, antenne interrompue pour BBC4, interruption des programmes sur BBC, itv et Sky et tous les présentateurs mâles doivent passer à l'antenne avec une cravate noire, les femmes devant ne proposer que du noir en majorité avec un chemisier blanc le cas échéant. Toute autre couleur vestimentaire est bannie. La lumière des studios est tamisée et la radio diffuse de la musique liturgique ou de deuil, selon une playlist arrêtée depuis longtemps. Les visuels sont validés par Buckimgham Palace depuis des années

  

Le ton est grave et les éléments graphiques témoignent de la solennité du moment. Tu observeras qu'après l'annonce, l'hymne national "God save the Queen" est diffusé.

L'annonce de la mort du Prince étant faite, le protocole exige qu'une note annonçant le décès soit été affichée sur les grilles du palais de Buckingham comme de tous les palais royaux.

Immédiatement après l'annonce, un deuil national est déclaré et sera observé jusqu’aux funérailles. De fait, les drapeaux britanniques sont mis en berne sur les toits de la résidence londonienne de la famille Windsor comme de tous les établissements gouvernementaux ou publics. Cela va même jusqu'à procéder ainsi dans les États du Commonwealth. Le seul drapeau n'étant pas mis en berne est celui des Windsor qui continue de flotter au-dessus des palais royaux de façon à affirmer la continuité de la monarchie.

Les membres de la famille royale comme ceux du Parlement doivent arborer un brassard noir sur le bras gauche. D'une manière générale, toutes les personnalités publiques doivent être en noir. 

Le deuil national a aussi des implications juridiques : la Reine Elizabeth II entre ainsi dans une période de deuil de huit jours au cours de laquelle elle ne promulguera aucune loi et n’assistera à aucun engagement. Après cette première période, une nouvelle période de deuil royal officiel s’ouvrira pour trente jours. En théorie, les membres de la famille royale peuvent honorer leurs engagements pendant cette période. Mais cela dépend de la volonté du monarqueElizabeth II ne renouera pleinement avec les apparitions publiques qu’après ces trente jours.

D'ici là, le Prince Philip sera inhumé selon ses volontés, son rang de prince consort autorisant des funérailles nationales. Toutefois, Philip Mountbatten, duc d'Édimbourg, né prince Philippe de Grèce et de Danemark le 10 juin 1921 a opté pour des obsèques privées avec honneurs militaires. La cérémonie devant se dérouler à la St George’s Chapel du château de Windsor, l’une des résidences de la famille royale, située à l’ouest de Londres, le Prince Philip sera ensuite enterré dans les jardins de Frogmore, dans le parc de Windsor, où se trouve la sépulture de la reine Victoria depuis 1901.

Désuet et inutile ? Au contraire, je trouve cela résolument fascinant et s'il y a bien quelque chose qui suscite chez moi beaucoup d'attachement, c'est bien cet art du protocole poussé très loin s'agissant de la monarchie britannique mais, rassure-toi, nous avons également en France le culte méconnu de ce genre d'exercice. La seule différence ? Au Royaume-Uni, la bascule quasi martiale est tellement préparée qu'elle donne presque le vertige.

Tto, comme un poisson dans l'eau s'agissant d'éléments de protocole