Ce qui va arriver en 2023

Comme cette chère Germaine dont j'aime exhiber la photo tous les ans alors que je me risque à des prévisions plus ou moins censées sur l'année à venir, on peut le dire : je ne me suis pas tant planté que cela l'année dernière. Macron réélu, je te l'nanonçais le 3 janvier 2022. L'inflation des matières premièeres aussi et la guerre en Ukraine tout comme les mouvements sociaux en Chine ou la persistance du Covid-19.

Alors oui, comme Germaine, je me suis planté sur pas mal de trucs mais est-ce vraiment si important ? Bah non, voyons déjà ce qui t'attend en 2023.

Alors, sur le Covid-19, l'opacité des données chinoises de propagation du virus vont exposer le monde à un nouveau variant plus meurtrier et destructeur que les précédents de sorte que le monde va encore se refermer davantage. Le nombre de morts en Chine va aussi précipiter certains équilibres dans des zones inconnues, notamment la stabilité de certains fondamentaux du pays [faillites immobilières, implosion du système de santé] sans parler des tensions géopolitiques dont le régime est à l'origine en Mer de Chine. Du coup, le petit coréen du Nord s'agite et va envoyer par erreur un missile sur le Japon ... et là, on n'a pas le cul sorti des ronces.

Au niveau diplomatique, c'est au Vatican qu'on va assister à un changement d'ère avec le décès du pape François. La succession sera houleuse et c'est un pape noir qui va émerger, pour la première fois de l'Histoire. Au Royaume-Uni, rien ne va plus dès le début de l'année et le Premier Ministre provoque des élections générales avant la fin du premier semestre qui vont, évidemment, se solder par un échec retentissant. Mais c'est en Ukraine que les yeux vont se tourner quand la Russie va lancer sa grande offensive pour forcer la négociation de paix avec Kiev. Pressé par les américains, Zelensky concèdera la Crimée pour que cessent les affrontements, ce qui ne sera finalement pas forcément le cas. Les Nations Unies imposeront alors un couloir démilitarisé dans le Donbass pour neutraliser les hostilités.

En Russie, Vladimir Poutine va faire un AVC qui va condamner le régime à lui trouver un successeur, donnant alors lieu à une lutte de pouvoir entre les belliqueux soucieux d'agiter la menace nucléaire pour tout et n'importe quoi et les militaires plus rationnels qui glissent vers une transition plus douce. Quoi qu'il en soit, la tempête sur les marchés financiers sera totale et impactera la Chine et l'Inde qui avaient accentué leur soutien à la Russie. Du coup, la valeur refuge qu'est l'Or va flamber pour porter l'once d'or à un cours de plus de $3.000.
D'ailleurs et plus largement, la Chine et ses alliés comme l'OPEP vont quitter le FMI, par défiance pour mieux constituer un bloc asiatique ayant décidé clairement d'être une alternative au monde occidentalisé issu de la fin du second conflit mondial. En réponse, les démocraties occidentales appliquent un régime de contrôle des prix sur certains produits pour maîtriser l'inflation et ferment leurs échanges sur plusieurs marchés, ce qui fait plonger certains grands acteurs du luxe.

En France, la situation n'est pas meilleure. Le conflit social lié à la réforme des retraites auquel s'ajoutent les protestations sur l'inflation galopante font basculer le pays dans une forme d'instabilité, renforcée par une paralysie du parlement. De fait, le Président de la République change le gouvernement en mars mais, quelques semaines plus tard et alors que l'inflation se calme, les manifestations le forcent à dissoudre l'Assemblée Nationale. Les élections législatives sont perdues par Renaissance et Emmanuel Macron annonce sa démission au cours de l'été pour essayer de se représenter pour un nouveau mandat. Cyril Hanouna décide alors de se présenter comme un candidat de rupture avec le système.
La paralysie de l'hôpital public et la grande démission à l'Education Nationale amplifient le désordre. Les forces de police avec lesquelles les affrontements se multiplient se mettent aussi en grève.
Un référendum est organisé pour valider la mise en œuvre de la réforme structurelle de l'Etat, sans succès. Lors des élections sénatoriales de septembre, le Rassemblement National parvient à constituer un groupe au Sénat pour la première fois de son histoire.

A l'international, Erdogan est défait lors de l'élection présidentielle turque de juin. L'Inde, devenant le pays le plus peuplé du monde, décide d'entrer en guerre contre le Pakistan qui abritait des factions islamistes radicales qui ont tenté d'assassiner le Premier Ministre Modi. Par solidarité, l'Iran appuie alors le Pakistan et les talibans afghans annoncent aussi rejoindre le conflit. Devant un tel désordre condamnant certains approvisionnements pharmaceutiques, les Etats-Unis décident de renforcer leur présence à Djibouti ce qui renforce l'hostilité de la Chine.
Accablé par les scandales en tous genres [des extraits de conversations téléphoniques où il avouait sa trahison d'Etat au profit de la Russie étant diffusés], Donald Trump annonce renoncer à la course à l'élection présidentielle américaine de 2024 et déclare avoir été victime d'une tentative d'empoisonnement.

Aux Championnats du Monde d'athlétisme de Budapest, le record du monde du 100m est battu. La France remporte la Coupe du Monde de rugby qu'elle organise sur son territoire.

Face à la crise de fréquentation, UGC annonce fermer la moitié de ses salles en France. Apple lance une offre d'achat sur Netflix. De son côté, le réseau Twitter périclite et perd la moitié de son audience après de nouveau scandales liés à la réactivation de comptes pédocriminels. Le gouvernement américain ordonne la scission de Meta de sorte que Facebook et Instagram ne pourront plus communiquer. La chaîne CNN est mise en vente et convoitée par le groupe chinois Tencent. En France, Michel Drucker annonce son retrait définitif des écrans après la déprogrammation de son émission "Vivement dimanche" en fin de saison sur France 3.
Google subit une cyber attaque mondiale menée par des groupuscules russes et d'une violence telle que ses serveurs sont paralysés pendant plusieurs jours.

Tto, visionnaire et pas qu'à moitié