22-12

Ce n'est finalement pas si simple de dire au revoir, ou d'annoncer qu'il va falloir s'y préparer.

Pour l'avoir déjà vécu par le passé [il y a 11 ans], je sais qu'en la matière, il ne faut surtout pas se fier à l'instinct et respecter un protocole auquel j'ai beaucoup réfléchi et que j'ai finalement respecté.

Les premiers à en être avertis ont été mes plus proches [à l'exception de mes parents, parce que je veux me faire plaisir pour le réveillon du 24 ...] : Zolimari évidemment, mon frère ensuite, l'une de celles que je regretterai le plus en partant, mon ancienne assistante pour laquelle j'ai une affection tellement forte et puis celle qui me suit discrètement et dans toutes mes péripéties. Après ma chef à qui j'ai notifié ma décision de quitter mes fonctions, voilà donc les cinq à qui j'ai parlé le soir où cela s'est passé. Oui ... il y en a cinq, autant que de doigts sur une main et ce sont finalement à bien y regarder, les piliers de ma vie aujourd'hui.

Le lendemain, j'ai provoqué une réunion avec mon équipe tandis que je prenais l'Eurostar et j'ai fracassé leur wikende et même leurs congés ... ce dont je me suis excusé mais j'ai trouvé tellement plus logique, normal et sain de leur annoncer la nouvelle le plus tôt possible. J'ai vu des yeux rouges, des mines éberluées et les "on reste sans voix" prononcés avec les sanglots dans la voix blanche. Cela me peine beaucoup de les lâcher mais voilà, "il y a des propositions que je ne peux pas refuser" ai-je balancé comme pour couper court à toute émotion débordante.

Aujourd'hui, ma chef a décidé d'officialiser la nouvelle auprès de son comité de direction et donc de rendre publique cette information retenue depuis une semaine. Là encore, la sidération a été totale quand chacun a levé son verre et qu'elle annoncé que j'étais horrible puisque je lui faisais beaucoup de peine en partant. Sauf qu'au boulot, je ne mets d'émotion qu'avec ceux qui en mettent avec moi. Bref ... deux AVC plus tard, nous sommes rapidement passés à des sujets plus futiles considérant qu'autour de la table, je sais que quatre convives sur sept n'avaient aucune affection pour moi et réciproquement. C'était donc un passage obligé ...

Entretemps, j'ai officieusement mis au courant quelques personnes vis-à-vis desquelles je voulais avoir un geste particulier, une sorte de signature. C'est d'ailleurs comme cela que je l'ai joué. On n'a pas toujours ce genre de cartes à jouer pour gratifier celui à qui on les envoie ... et il ne faut pas gaspiller ces occasions de témoigner la considération tant le message contraire peut être interprété comme tel si l'on n'y fait pas attention. Oui je sais, cela transpire de spontanéité mais je suis un roi en la matière : le protocole est quelque chose que je maîtrise à fond et auquel je m'astreins à un strict respect, d'autant plus me concernant. Et là, c'était encore une belle occasion à ne pas rater.

Bien entendu, la posture adoptée est invariablement celle que je me suis répétée depuis plusieurs jours : mots apaisants, remerciements sans en faire trop et sourire pour signifier que ce n'est pas contraint voire même que c'est un choix plein et entier. "Il n'y a rien qui passe dis donc" m'a lancé une ancienne collègue quand je le lui ai annoncé. Pas de doute, je suis dans une maîtrise totale sans pour autant en jouir effrontément parce qu'avec le temps, j'ai appris que le monde est petit et que les clashs en ces moments ne valent d'être faits que lorsqu'on est certain de son coup. Là, je ne suis même pas dans cet état d'esprit : je suis content pour moi, un peu terrorisé par ce qui m'attend mais je n'en parle pas, mais surtout heureux de tourner cette page dont je suis fier parce que je le dis à tout le monde : j'ai fait tout ce que j'avais à faire, et je l'ai bien fait ... navigant depuis plus de dix ans dans des torrents peu amicaux dont j'ai survécu alors que j'ai failli abandonner plusieurs fois. Sauf que je suis un Highlander, il faut me couper la tête pour que je disparaisse sans l'avoir voulu.

Restent maintenant la nouvelle à faire son chemin ... les larmes de crocodile auront lieu en janvier, à l'occasion des vœux pour cette nouvelle année 2023 [je te rassure, mon discours est déjà prêt et les punchlines ciselées comme des diamants]. Maintenant, le temps est à celles et ceux que je n'ai pas jugé nécessaire de prévenir personnellement ce qui devrait leur donner une idée de leur place dans la hiérarchie de mon cœur. Je répondrai à certain(e)s s'ils me sollicitent mais il en est d'autres pour lesquels je ne ferai même pas l'effort ...

Tto, chirurgical mais très tranchant