Diapositive4

Christopher Swann, qui observe les baleines depuis plusieurs années maintenant, a récemment été témoin oculaire d'un groupe d'orques [qu'on appelle également "épaulards"] chassant un dauphin qui avait été séparé de son groupe. 

Ah oui ... il faut quand même rappeler que l'orque est ce que l'on fait probablement de pire en matière de saloperie carnassière en mer ... Son régime alimentaire est en effet très diversifié, bien que les populations se spécialisent souvent dans des types particuliers de proies. Certaines se nourrissent de poissons, tandis que d'autres chassent les mammifères marins tels que les lions de mer, les phoques, les morses et même de grandes baleines. Les orques sont considérées comme des super prédateurs. Les anglophones les surnomment d'ailleurs baleines tueuses ["killer wales"].

Les mâles mesurent entre 6 et 9,50 m de long selon les écotypes [le spécimen le plus grand jamais vu mesurait 9,74 m] et pèsent entre 3,6 et 9 tonnes [le plus lourd spécimen pesait 11 tonnes]. Les femelles sont plus petites, mesurant entre 5,2 et 7,3 m pour une masse située entre 1,3 et 3,6 tonnes. À la naissance, le nouveau-né pèse environ 150 à 220 kg et mesure entre 2 et 2,70 m de long. À la différence de la plupart des dauphins, la nageoire caudale d’une orque est large et arrondie, elle peut mesurer plus de 2,40 m d’envergure. Pouvant mesurer de 1 à 2 mètres de haut, l’aileron dorsal du mâle est plus grand que celui de la femelle. Il a une forme de triangle isocèle allongé tandis que l’aileron dorsal de la femelle est plus court et est falciforme. Voilà pour les présentations ...

Le fait est que le photographe était aux aguets et il a capturé le calvaire du dauphin. Je te raconte la fin tout de suite ... le dauphin isolé du groupe auquel il appartenait et qui se déplaçait à proximité des côtes mexicaines n'a pas réussi à survivre ...

Photo © Biosphoto/Christopher Swann, avec l'aimable autorisation du Daily Mail

A l'occasion de cette traque, C'est alors qu'il s'est produit un phénomène pas si rare que cela mais peu photographié : après une cavalcade de plus de deux heures et comme cela se fait traditionnellement avec les orques qui se plaisent à traquer longtemps pour épuiser la proie, l'orque a bondi hors de l'eau et s'est projeté en l'air de plus de quatre mètres pour mieux retomber sur le dauphin qui était pourtant de taille respectable.

Photo © Biosphoto/Christopher Swann, avec l'aimable autorisation du Daily Mail

Le photographe a souligné qu'à son sens, la dernière heure de poursuite n'était qu'un jeu sadique que le groupe d'orque avait décidé pour anéantir toute tentative de fuite de la part du dauphin. Les quatre orques qui l'avaient pris en chasse en avaient fait un jouet que la dernière orque qui a bondi a fini par dévorer, en bon super prédateur qu'elle est.

Tto, qui n'a jamais trouvé les orques très sympathiques