Diapositive4

Le mardi, tu vas en prendre plein les yeux et c'est l'image qui a la priorité.

Direction le Japon pour ce premier voyage ... et si l'on part pour le Japon, autant mettre le cap sur l'un des symboles de l'archipel, sa montagne sacrée.

Le mont Fuji est une montagne située dans le centre du Japon qui se trouve sur la côte sud de l'île de Honshū, au sud-ouest de l'agglomération de Tokyo. Avec 3.776 mètres d'altitude, il est le point culminant du Japon, situé dans une région où se rejoignent les plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine. C'est l'un des plus beaux volcans au monde avec une forme quasi parfaite, stratovolcan toujours considéré comme actif, sa dernière éruption certaine s'étant produite fin 1707. Le risque éruptif est actuellement considéré comme faible. À son sommet a été construit un observatoire météorologique et malgré les conditions climatiques rigoureuses, la montagne est une destination extrêmement populaire en particulier pour les Japonais, qu'ils soient shintoïstes ou bouddhistes, en raison de sa forme caractéristique et du symbolisme religieux traditionnel qu'il représente. Le 22 juin 2013, il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO sous le titre "Fujisan, lieu sacré et source d'inspiration artistique".

Parce qu'en effet, le mont Fuji est une montagne sacrée depuis le VIIème siècle. De nombreux synonymes japonais du mont Fuji rendent eux aussi compte de son caractère religieux. Dans le shintoïsme, la légende raconte qu'un empereur ordonna de détruire au sommet de la montagne un élixir d'immortalité qu'il détenait : la fumée qui s'en échappe parfois serait due à ce breuvage qui se consume. De plus, selon la tradition, les divinités shintô Fuji-hime et Sakuya-hime y habiteraient tout comme Kono-banasakuya-hime, "La princesse qui fait fleurir les arbres", les cerisiers en particulier. Le bouddhisme vénère sa forme rappelant le bouton blanc et les huit pétales de la fleur de lotus. Toutes ces raisons font que son ascension est interdite aux femmes jusqu'en 1872. Une chapelle appelée Nyonin-do ["refuge des femmes"] leur permet d'attendre à l'abri leurs maris, fils ou frères.

Afin de vénérer les nombreuses divinités des différentes religions, plusieurs sanctuaires, tels que le Fujisan Hongū Sengen-taisha et les sanctuaires Asama, ont été bâtis sur ou aux pieds du mont Fuji et de nombreux torii jalonnent le parcours afin de marquer les limites de l'enceinte sacrée. Des confréries s'y sont établies depuis le XVIIème siècle afin de vénérer la montagne et d'y organiser des pèlerinages. C'est à l'époque du décès de Jikigyō Miroku en 1733, mort en jeûnant au mont Fuji, que la foi s'est transformée en religion et que l'ascension est devenue rituelle. Plus récemment, des sectes spécifiquement dédiées au culte du mont Fuji ont été créées, principalement dans les années 1940 comme celle de Fuji-Gōho fondée en 1946 par Ito Gensaku et celle de Fuji-Kyō fondée en 1948 par Hasegawa Teruhiro.

Et puis, parfois, il se produit un phénomène. La lune vient se poser tout pile au sommet du mont Fuji et si la météo le permet, c'est un spectacle formidable qui se dévoile. Posée exactement au sommet du volcan, la lune se transforme et devient, pour les japonnais, une perle. On parle de ce phénomène comme celui de "la perle de Fuji". Le 12 mai 2017, le photographe Yuga Kurita l'a photographié.

PERLE DU MONT FUJI

 

Tto, qui t'emmène ailleurs la semaine prochaine