Le sens de la vie

En lisant les réactions suscitées par la mort du journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff, je suis tombé sur celle de sa maman qui, en une économie de mots, a exprimé quelque chose qui me chavire. "Sa courte vie a eu un sens."

Un sens ...
Au delà du drame qui touche cette femme au lendemain de la fête des mères, c'est la question du sens qui fait terriblement écho chez moi. Donner un sens à sa vie, ne pas vouloir se contenter de vivre sans y apporter du sens et une trajectoire qui rend la chose censée, voilà bien ce qui m'anime depuis des années. J'ai déjà d'ailleurs évoqué ce soir de réflexion intense où j'ai décidé qu'il fallait que je vive complètement cette vie sans m'en faire voler la moindre partie soit par privation soit par renoncement. 

Ce que certains résument en une latinerie comme "Capre diem" s'est traduit en une injonction définitive à ne rien devoir regretter au soir de ma vie qui pourrait arriver n'importe quand. C'est déjà cela le premier sens dont il s'est agi de s'emparer mais il m'est apparu un peu égoïste. Pour autant, il existe et demeure fermement la boussole à laquelle je m'attache tous les jours. D'ailleurs, il n'est pas à confondre avec une volonté egocentrée de faire tout et n'importe quoi pourvu que je flatte mon bon plaisir. Ne rien avoir à regretter c'est aussi maintenir le cadre d'un bonheur âprement construit au prix de choix difficiles et d'exigences de nature à en conforter les fondations.

Mais au delà de cela, le sens c'est aussi savoir ce que l'on aura fait pour d'autres et tous finalement. C'est là que ma dévotion à être là quand il faut prend tout son sens. Toujours dans l'excès naturellement et avec le corolaire que j'en exprime une amère déception quand les faits démontrent qu'il s'agissait d'un sens unique mais c'est néanmoins le sens qui me fait dire que non, tout n'était pas ramené à mon seul et unique intérêt.
Alors oui, le sens de ma vie ne consiste pas à porter à la connaissance du monde des horreurs qui, ce faisant, permette d'améliorer l'humanité collective. Le sens de ma vie ne permet pas encore de proposer une œuvre personnelle qui permettrait de penser qu'il y a un avant et un après sa divulgation. le sens de ma vie n'est pas forcément comparable à celui d'une Mère Teresa made in 2022. Mais pour autant et à l'instar de ce que l'on fait avec la notion  même de bonheur, faut-il standardiser l'utilité que l'on peut avoir avec sa propre vie ?

Je ne le crois pas. Je ne le souhaite pas non plus.
Etre utile, non pas seulement à moi mais aussi à celles et ceux qui en ressentent le besoin, c'est cela le sens de ma vie. Etre là pour apaiser et répondre aux tourments quand ils se présentent, c'est certainement cela le sens de ma vie. Donner des conseils et des explications à celle qui vient de perdre son père et se retrouve face à des démarches juridiques épouvantables, c'est ce que j'ai encore fait il y a peu et elle m'en a remercié alors que je ne la connaissais finalement pas. Ma Môman nous a mis en rapport parce que c'est une de ses amies et elle m'a indiqué m'être infiniment reconnaissante de ce que j'avais fait pour elle. Voilà en fait le sens de ma vie ... être un appui ponctuel mais décisif.
Cet exemple n'est heureusement pas isolé et certains ici pourront en témoigner si cela leur fait plaisir.

Donc oui, la vie a un sens et il ne passe pas seulement dans une jouissance égocentrée et concentrée sur des intérêts personnels. J'irai même jusqu'à dire que je m'oublie trop en la matière mais la question n'est plus de savoir si ma vie a un sens. Il existe, il me ravit parfois, m'encombre épisodiquement, me comble souvent et me permettra de me dire, au soir de celle-ci, que cette vie n'aura pas été inutile et ... aura eu un sens.

Tto, chez qui cela résonne beaucoup