CQFD THE MORNING SHOW

On en parle comme si c'était un joyau, il faut dire que pour Apple tv+, ce n'est pas loin. Le service de streaming a diffusé hier soir le dernier épisode de la saison 2 de la série qui évoque le quotidien totalement "dramatic" du Télématin US de la chaîne leader UBA.

Portrait sans concession des coulisses d'une matinale télé aux États-Unis, alors qu'éclate au grand jour un scandale d'inconduites sexuelles. C'est dans un climat de tension que l’ego, les ambitions et la quête éperdue du pouvoir génèrent des conflits au sein de l'équipe. Parmi ces personnes qui aident l'Amérique à se réveiller, deux femmes, Alex Levy [Jennifer Aniston] et Bradley Jackson [Reese Witherspoon] tentent de tirer leur épingle du jeu dans un bordel sans nom. Et l'affaire n'est pas aisée dans ce milieu impitoyable, d'autant qu'il leur faut gérer en parallèle les crises de leur vie personnelle. Si la première saison tourne autour des conséquences du mouvement #MeToo et de la déchéance du co-présentateur du Morning Show Mitch Kessler avec Alex Levy, la seconde se déroule dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Attention spoilers possibles ...

Bon, il faut se le dire : "The morning show" c'est chaud chaud parce que cela fuse de tous côtés même si, pour la saison 2, les ficelles scénaristiques commencent à être un peu grosses pour ramener tout le monde sur les bases du drama US de base avec bons sentiments par kilos et larmes de type Farmer [tu sais, celles qui sèchent aussi vite qu'elles sont arrivées, sans parler de la spontanéité]. N'empêche, Jennifer Aniston et Resse Witherspoon s'en sortent bien et ce n'était pas si évident pour la première cantonnée depuis des années à son étiquette d'ancienne pensionnaire de "Friends". On peut même dire qu'elle joue parfaitement la diva tantôt hystérique, tantôt presqu'humaine alors qu'on sait bien qu'elle n'espère qu'une chose : que le monde tourne autour d'elle ... et ça tombe bien, c'est exactement ce qui permet à Witherspoon de donner à Bradley l'épaisseur nécessaire. Après, les travellings et les effets de mise en scène sont issus de la fabrique Mimi Leder qui joue moins d'effets spéciaux que dans "Deep impact" mais la finesse attendra.

Au final, faut-il regarder "The morning show" ? Ceux qui attendent une sitcom seront déçus même si quelques punchlines font mouche sans rivaliser avec l'autre show du moment "Succession". Cependant, il est difficile de dire que l'on passe un mauvais moment et encore plus difficile que l'on ne se prend pas au jeu de l'intrigue dont on voit tout de même arriver de loin quelques twists. La photo est belle comme une publicité Apple et c'est finalement ce qui compte puisqu'avec "Ted Lasso", "The morning show" est l'un des seuls boosters d'abonnement du service actuellement. Paradoxalement, on aurait aimé que "The morning show" se réveille parfois un peu plus.

Tto, qui en attendait un peu plus