EweYwGCW8AEoFDEPeut-être l'as-tu compris, j'aime beaucoup les volcans et je me plais, avec Zolimari qui est tout autant séduit que moi, à parcourir le globe terrestre pour aller les visiter.

Certains pourraient croire qu'il y a là une logique de tourisme un peu morbide parce que le volcan, surtout lorsqu'il entre en éruption, est un cataclysme dévastateur comme rien de plus au monde. J'en veux pour preuve que, pour rappel, on explique tous les bouleversements climatiques voire politiques [la Révolution française notamment] par des éruptions volcaniques.

Surtout et c'est peut-être cela qui me marque le plus, le volcan est un phénomène naturel que l'on personnifie toujours. Dans toutes les cultures que j'ai pu approcher et avec lesquelles j'ai pu échanger, il y a toujours le même mécanisme : on parle de sa colère, de son sommeil, de sa majesté si son cône est remarquable, on demande qu'il lui soit rendu hommage ... bref, on le personnifie à caque fois comme s'il s'agissait d'un colosse au caractère pas très facile mais qui impose le respect.

J'avoue être fasciné par les volcans aussi à cause de cela, du fait du transfert quasi religieux qu'ils imposent. C'est encore plus spectaculaire lorsque l'éruption est en cours ou vient d'avoir lieu. En d'autres termes, c'est lorsque le péril est visible que le mécanisme est plus fort. Cet anthropomorphisme [qui consiste à attribuer des propriétés humaines à une chose inanimée que l'on fait vouloir, parler, agir, à qui l'on s'adresse] est déjà en soi totalement fascinant parce que, pour rationnel que soit chacun, on y succombe toujours même si la science explique désormais assez bien le phénomène volcanique. Sauf qu'elle n'en permet pas la prévision absolue encore ...

C'est d'ailleurs ce qui est encore plus passionnant : on a beau surveiller les volcans, disposer des tonnes de capteurs et mesurer le taux de souffre dans les vapeurs s'échappant des cheminées sur leurs flancs, on ne parvient à prévoir une éruption que quelques heures avant. C'est d'ailleurs particulièrement le cas avec les super volcans. Pas besoin d'aller au Yellowstone pour en trouver un [entre nous, le jour où celui-ci explose, tu peux faire tes prières parce que la vie sur Terre deviendra particulièrement compliquée et les Etats-Unis seront décimés], en Europe il y a ce qu'il faut. C'est autour de Naples, là où le Vésuve a traumatisé l'humanité en figeant des hommes et des femmes avec des nuées ardentes que se produira le terrible cataclysme. On sait déjà qu'il y aura des millions de morts, on sait déjà que toute la Méditerranée va prendre cher tant les équilibres écologiques seront modifiés. Si tu te rends sur les iles éoliennes, tu touches déjà du doigt le phénomène à Vulcano où le volcan est relativement calme [quelques fumées attestent néanmoins d'un peu d'activité]. Mais, en se rapprochant de la faille plus au nord sur l'île de Stromboli, ça n'est pas la même histoire. Là, le Stromboli tempête régulièrement [toutes les cinq minutes] et laisse s'échapper de belles gerbes de lave si tu parviens au sommet à près de 900 mètres d'altitude. Faire l'ascension au couche du soleil est l'un des plus beaux spectacles possibles. Toutefois, ce n'est pas qu'une carte postale : le Stromboli est une petite horreur en soi et ses éruptions imposent régulièrement d'évacuer l'île tant il est dangereux [d'ailleurs, l'ascension n'est autorisée qu'avec un guide au delà de 400 mètres d'altitude]. Oui, à Naples, ça va faire très mal et les chercheurs sont pessimistes : ça se rapproche ...

Au Vanuatu là où nous étions il y a deux ans, le Mont Yasur offre la perspective du cratère en activité le plus visible du monde. C'est simple, si tu veux savoir à quoi ressemble l'enfer, c'est là bas qu'il faut aller et tu peux être effrayé. Au coucher du soleil [là où c'est le plus impressionnant], des bombes de laves sont parfois projetées mais c'est surtout la vue directe sur le cratère avec le bouillonnement de la lave qui fascine. Des explosions environ toutes les trois à quatre minutes rythment la cadence et certaines sont plus saisissantes que d'autres parce que l'éruption est si forte que la gerbe de lave monte à plusieurs dizaines de mètres avec un phénomène d'aspiration préalable sans parler du tremblement de terre que cela suppose. Oui, on n'a jamais fait mieux qu'un vrai volcan pour faire peur ... d'ailleurs, une cérémonie destinée à s'accorder les bonnes grâces du volcan a toujours lieu avant de grimper sur les flancs du volcan.

Certes, le volcan est phallique, les gerbes de lave sont pareilles à certaines éjaculations ... je ne dis pas cela par hasard, les volcans sont rarement des femmes, très souvent personnifiés comme des hommes, des dieux masculins dont la force est à nulle autre pareille. 
Au lendemain du rapport du GIEC sur le climat, je demeure persuadé d'une chose : le salut viendra des volcans qui vont remettre les pendules à l'heure un jour ou l'autre. Une éruption d'un super volcan fera immanquablement redescendre la température du globe et exposera à revivre une ère glaciaire. Bien sur, cela se fera clairement moyennant l'extinction d'une partie de la population, à l'instar de ce qui s'est passé jadis. N'oublie pas une chose : rien ne se serait passé comme cela est arrivé si le Laki n'avait pas, en Islande, brulé pendant plus de quatre années en dévastant tous les alentours et en privant l'Europe de lumière du fait des fumées. La famine qui s'en suivit est l'une des causes de la Révolution française et d'une décroissance de la population. Est-il besoin de te faire la liste ? L'exemple du Krakatoa en 1883 est éloquente ...

Tto, qui retournerait bien dire bonjour aux volcans en Islande, à Hawaï ou sur la ceinture de feu