50a37f407dfc82ea9a083aee5369bd77--im-tired-fruit

C'est peu de le dire ...

Voilà donc trois jours que je cherche comme un taré ... mes clefs. Oui je sais, ça fait toujours autant rire tout le monde mais c'est un poncif : je suis de ceux qui perdent régulièrement leurs clefs, depuis longtemps, depuis toujours et cela me fait toujours autant soupirer quand je m'aperçois que j'ai encore oublié où j'ai pu mettre ces fichues clefs. 

Note que cela ne concerne pas seulement les clefs de maison. Tout y passe : les clefs de bureau, les clefs de voiture, les clefs de tout et n'importe quoi. Tout ...

Regarde : parce que je me connais si bien, j'avais dit quand je suis arrivé dans mes nouvelles fonctions à l'une de mes collaboratrices de faire faire un double de la clef de mon bureau. Bien m'en a pris : depuis mars 2020 et le premier confinement, je ne sais pas où se trouve la clef originale et donc je fonctionne avec le double de je ranger soigneusement dans le tiroir du bureau de cette collaboratrice.

Or donc ... depuis vendredi midi, j'avais égaré les clefs de chez moi. Zolimari m'a pourtant dit qu'elles ne devaient pas être bien loin, que j'allais finir par les retrouver ... bref tout ce qu'il peut me dire en de pareils cas qui arrivent assez fréquemment. Ah oui, j'oubliais de te dire : je perds aussi ma carte bancaire, ma carte d'identité [la dernière fois, je l'ai retrouvée une fois que je l'avais faite refaire] ... bref, il a l'habitude.

J'ai cherché, j'ai retourné à peu près tout ce que je pouvais pour remettre la main sur ce trousseau, j'ai refait tout le chemin du vendredi, je me suis demandé où j'aurais pu les faire tomber, j'ai regardé dans la voiture, sous le canapé, dans toutes mes poches, dans la sacoche où je range mon ordinateur de bureau, sous les papiers accumulés qui s'amoncellent ... partout !

Pas de doute : j'avais dû les laisser dans mon bureau. Cela arrive parfois que lorsque je me presse, j'oublie toujours un truc essentiel. Quand il ne s'agit pas de mon portefeuille, c'est autre chose et là pourquoi pas les clefs. J'avais donc grand espoir ce matin en revenant furtivement au bureau de voir trôner le trousseau sur mon bureau, là où je pensais pouvoir les retrouver ... au seul endroit désormais possible.
Bah non ... rien !

Du coup, ma paranoïa a fait son office. C'est sûr, on me les a volées, c'est clair elles sont tombées dans la rue, mais comment je vais faire, etc.
Dans la matinée, Zolimari m'envoie un petit message gentil [puisqu'il a compris que je ne suis pas dans mon assiette du tout du tout] et me demande, au passage, si j'ai bien retrouvé mes clefs. Lui répondant que non, je recommence à chercher à gauche et à droite, ici et là.

Je soulève des choses, je retombe sur ma sacoche de bureau, je repasse par acquis de conscience dans toutes les poches ... et là je retombe sur mes clefs, celles que je cherche depuis quatre jours après avoir pourtant retourné ladite sacoche.
Et là, j'ai levé les yeux au ciel d'une force dont tu n'as pas idée. Elles étaient donc là, j'ai nécessairement dû les effleurer sans m'en apercevoir.

Renvoyant un message non pas triomphant mais accablé à Zolimari pour l'informer de la découverte providentielle, il me répond gentiment : "Cool, mais t'inquiète, tu es tellement fatigué en ce moment que ce n'est pas étonnant. Je t'embrasse".
Sauf  que ça, tu vois, ça me fatigue précisément. Je me fatigue à un point tel d'être si fatigué que le cercle vicieux est à fond. Et encore ... je ne te dis pas tout !

Tto, qui va bien finir par reperdre quelque chose