IMB_Y5DdAQEn y repensant dernièrement pour savoir ce que j'allais bien pouvoir dire, je constatais quand même que le 27 juin, il se passe toujours quelque chose.

Attention, n'imagine pas que je vais te faire l'almanach du 178ème jour de l'année [179ème en cas d'année bi...ssextile], ce serait d'un banal sans nom.

Non, en revanche et dans ma petite tête, je me suis souvenu que le 27 juin, la fête de l'écoie tombait souvent, de sorte que j'avais une fête pour moi.
Le 27 juin, démarrait souvent la fête du cinéma, de sorte que je me vautrais régulièrement dans des fauteuils rouges pour en prendre plein les yeux.
Il est également arrivé que l'on manifesta pour les fiertés plusieurs fois le 27 juin [d'ailleurs, tout plein de jeunes gens ont fait chauffer leurs fesses hier en guise de répétition générale].

Mais, pour autant que je m'en souvienne, je n'avais jamais eu de scrutin électoral. Ce sera chose faite ce soir, et tu connais mon goût pour ces soirées là qui sont un peu mes finales de coupe du monde de football à moi. Ca tombe bien, c'est aussi un dimanche soir donc ça aidera à faire passer la double pilule : celle du dimanche soir banal et celle de la bougie supplémentaire qui pointera le bout de sa flamme à 23h35 puisqu'officiellement, toute annonce est prématurée avant cette heure.

Surtout, je crois l'avoir déjà expliqué : j'aime bien ma date d'anniversaire. Le nombre déjà parce qu'il est un cube parfait [ce qui n'est pas pour me déplaire] mais aussi parce que je le trouve joli figure-toi. Ensuite, adossé au mois de juin, il m'apparait particulièrement agréable en ce qu'il est quasiment à l'équilibre de l'année. Tout n'est pas symétrique mais on s'en rapproche dangereusement et cela aussi me plaît. Quand j'étais petit, je me félicitais finalement d'avoir des cadeaux tous les six mois [puisque Noël est quasiment à équidistance].

Bref, tout ça pour dire qu'aujourd'hui, je m'en prends une de plus ce qui, contrairement à la légende urbaine, ne me dérange pas plus que ça puisque je m'en tamponne méchamment. Je ne dis pas qu'aujourd'hui est un jour comme les autres [sinon cela invaliderait tout ce que je viens de t'expliquer], je dis simplement que je suis, paradoxalement, plus léger [c'est une image, rassure-toi] que les autres jours. Pourquoi ? Parce que je sais qu'aujourd'hui, plein de gens pensent à moi et vont me le dire. Et rien ne me plaît plus que cela ...

Tto, qui arrivait il y a 46 ans