2020 - EDITTO

Le poète Stanislaw Jerzy Lec l'a dit : "Une lettre anonyme n'est acceptable que quand son auteur n'est effectivement personne."

La tribune répétée de "militaires" en colère, qui saignent la France qui va disparaitre et qu'ils promettent au chaos, ne l'est pas et c'est une grosse ficelle que d'y voir un sursaut conscientisé de quelques-uns qui ont le courage de dire des choses sans l'avoir complètement en affichant qui ils sont. C'est d'ailleurs presqu'amusant de constater que 343 salopes auront eu, il y a 40 ans, plus de courage et d'aplomb que certains factieux désireux de semer le désordre, qu'ils dénoncent par ailleurs, en déversant la logorrhée de Marine Le Pen dans les colonnes complices de Valeurs Actuelles qui n'en est pas à son coup d'essai.

On dit parfois qu'il ne faut pas répondre aux lettres anonymes, on peut aussi être particulièrement agacé que se répandent tant de "journalistes" sur quelque chose dont on ignore la source [il faudrait croire Valeurs Actuelles dont, manifestement, la déontologie laisse à désirer ?], la substance ni même s'il ne s'agit pas d'une manœuvre. Qu'il y ait problème ou matière à trouver d'autres solutions au problèmes sociaux actuels n'est pas vraiment contestable. En revanche, que l'on verse à ce point dans le discours insurrectionnel au motif que l'Etat ne serait pas assez autoritaire ou que les relents d'un Etat français de 1940 regretté ne seraient pas assez forts, c'est inacceptable surtout quand on se drape dans les valeurs d'une nation dont à l'évidence on n'a pas assez de carrure pour les revêtir. Aller combattre en Afrique ou ailleurs pour les couleurs du drapeau n'autorise pas à verser dans de tels dérives ... à supposer que le texte ne soit pas bien inspiré par un mouvement politique qui a intérêt au désordre.

Les tenants de l'ordre et de la règle foulent aux pieds les principes de neutralité de l'armée quand cela les arrange, Marine Le Pen s'assimile à une femme battue [la génétique est une science exacte] parce qu'Eric Dupont-Moretti fait campagne dans ce qu'elle a décrété être son jardin et tout le monde trouve qu'Emmanuel Macron est l'unique problème actuel. Sans défendre le Président de la République, je défends la fonction parce qu'elle est la clef de voute des institutions auxquelles je suis attaché et qui sont les garantes de ce que je peux vivre convenablement même si des militaires cacochymes semblent être persuadés que la guerre civile est pour demain. Oui, il y a certes des frictions et des frottements qui tuent des policiers, des professeurs, des citoyens comme toi et moi ... certes mais ceux qui hurlaient aux mesures liberticides quand on les empêchaient de faire un barbecue à Saint Cloud avec Jean-Marie l'année dernière, ceux-là sont bien prompts à expliquer qu'ils sont bien d'accord avec le besoin de plonger le pays dans un état de siège permanent censé éviter toute délinquance. Comme de coutume, Collard, Bardella, Chenut et autres acolytes de celle qui se nourrit bien des largesses d'une République qu'elle pourfend racontent n'importe quoi, vernis par l'onction Zemmourienne [ce qui le distrait de turpitudes plus personnelles et en dessous de la ceinture] et jouent de l'outrance ou du raccourci pourvu que cela les autorise à disposer ensuite du pouvoir et des moyens du pays dont l'intérêt supérieur est pour eux subalterne puisqu'ils n'ont pour seule boussole que de faire prospérer un fonds de commerce personnel. Les nostalgiques dégénérés, les décadents de tous poils qui voient là une opportunité de revanche, les déchus frustrés comme les attardés avec lesquels il faut bien faire avec grossissent les rangs de ceux qui font un tel vacarme que Fox News prophétisera bientôt que la France est une "no-go zone" à elle toute seule.

Quand Zola avait le cran de publier "J'accuse", nous avons des "militaires" courageux qui se torchent dans le drapeau qu'ils disent servir pour éviter la sanction, en n'ayant finalement que le courage qu'ils proclament être le leur ailleurs, abrités par une publication séditieuse qui a plateau ouvert sur C-News pour déverser la litanie incessante de prophéties qui seront peut-être un jour autoréalisatrices. Forcément, à pactiser autant avec le diable, les lendemains seront difficiles et l'affligeante réaction surjouée de Laure Adler quand Jacques Attali fît le constat que Marine Le Pen a toutes les bonnes raisons d'être élue l'année prochaine précipite encore un peu plus une communauté nationale déboussolée à qui l'on impose depuis deux semaines les écrits anonymes [mais pas tant que cela à bien y regarder ... le champ lexical est curieusement celui de celle qui ne se présente même pas sous son vrai prénom] d'un quarteron fangeux trop peu animé par l'idéal mais davantage par l'ego. Servir son pays, ce n'est pas cela et ce n'est pas honorer l'armée et la police de ce pays [je ne verse pas dans les #ACAB qui classent, chez moi, ceux qui s'en targuent pour des imbéciles profonds ... ce que chaque jour démontre] qui ne mérite pas cela. Rien n'interdit à chacun de raconter n'importe quoi ou de livrer sa part de vérité n'importe comment. Que Valeurs Actuelles soit finalement à la "hauteur" de Minute n'étonnera pas grand monde, je m'abstiens néanmoins de trop parler d'eux pour mieux garder les mains propres et préserver mon hygiène mentale.

N'en déplaise aux tyrans idéologiques et aux despotes s'inventant autant de grands principes que de nécessaire pour accréditer leurs délires, on a encore le droit de ne pas tout accepter. 

Tto, à qui chaque jour qui passe donne, hélas, davantage raison