2020 - PORN TO BE ALIVEAvec le confinement, tu as découvert certains podcasts, le vlogcast et je ne sais même pas quoi d'autre ... l'essentiel étant de se donner bien du plaisir. Le podcast autorise d'ailleurs plein de choses bien sympathiques et surtout des horizons de discussion, de découvertes et de dialogue qui contrastent sévèrement avec les espaces réservés aujourd'hui sur les réseaux sociaux ou encore les médias traditionnels.

Tout ça pour dire que si des podcasts cochons existent [mardi 28 juillet, le "Follow qu'il faut" détaillera les podcasts sexe qu'il faut écouter], tout cela manque de porn [le porno étant l'assurance de développer un média ou un format quand le genre s'y épanouit ... regarde la télé avec CANAL+, la VHS ou le DVD et maintenant les réseaux ou autres applications : c'est une constante]. Oui mais donc, le podcast n'aurait-il donc rien de porno ? Erreur funeste et grave que nous allons réparer aujourd'hui puisque je te présente la première plateforme de porncast.

Nouveau ... enfin pas complètement parce qu'il est aujourd'hui question de l'équivalent made in France de "GoneWild Audio" sur Reddit. C'est "Earousal" dont il s'agit. C'est du porn audio collaboratif. En gros ça veut dire quoi ?

Tout est parti d'un compte Instagram ... et puis la communauté a grandi, les contributions se sont accumulées ... et Earousal s'est lancé avec un ensemble du contenu pornographique éthique et participatif. Chacune des publications regroupe les scripts érotiques écrits par des membres [...] et éventuellement des audios associés. Je ne te cache pas que c'est très majoritairement hétérosexuel mais c'est la démarche qui mérite d'être soulignée et encouragée.

2020-07-22

Quelles sont les règles ? Y a-t-il des limites ? Earousal entend offrir du contenu pornographique varié qui convient à ses lecteurs. C'est pour cela que la main est laissée aux contributeurs de la communauté qui peuvent écrire tout ce qui leur passe par la tête, au rythme qui est le leur avec les mots qui sont les leurs. C'est la page blanche par excellence. Séduisant n'est-ce pas ? D'autant que tu peux fonctionner par écrit mais également produire du contenu audio. 

Pour écire, plusieurs conseils : 1, tout est possible. 2, ne pas se censurer. 3, penser à la cible [notamment si tu veux être enregistré, il vaut mieux s'adresser directement au public en le tutoyant ... c'est un peu ce que je fais ici depuis 16 ans]. 4, la longueur importe peu ... y compris s'agissant du récit même si, si la perspective est d'être enregistré par la suite, il vaut mieux calibrer pour un audio de 30 minutes. 5, être inspiré(e). Après, une fois qu'on en a envie, c'est comme le reste, ça vient tout seul.

Le catalogue disponible est déjà intéressant et témoigne d'un appétit évident. 

...

Adieu mon ambition de domination : il avait pris les choses en main ! La position n’était pas particulièrement agréable tant elle était précipitée. J’avoue que la levrette c’est pas ma tasse de thé d’habitude mais là c’était différent. Il approcha doucement son gland de ma chatte et le laissa y rentrer avec une lenteur jouissive. Ce simple centimètre qui me pénétrait me laissait dans l’expectative, je brûlais de le sentir au plus profond de moi mais lui, prenait un malin plaisir à regarder les frissons qui agitaient mon corps.

Et puis, d’un coup, ce fut comme une tempête, une libération soudaine de la bestialité la plus primaire qui animait son visage de mec coincé. Son sexe semblait si long, je le sentais s’enfoncer en moi et assouvir le désir simple de combler l’immense vacuité de mon vagin.

Il poursuivait ses va-et-vients. Je lui ai rapidement conseillé de changer de rythme et d’angle de pénétration avant que la manœuvre devienne répétitive. Il sembla d’abord désorienté et ne pas bien comprendre ce que je lui expliquais. A nouveau donc, j’ai pris les choses en main. Je me suis cambrée et j’ai commencé à jouer sur sa queue avec mon bassin. J’ondulais de haut en bas mais aussi sur les côtés. Je sentais sa bite frotter toutes les parois de mon vagin. Régulièrement, il lâchait un petit gémissement de plaisir. Putain ! Rien de tel pour me faire vibrer !

Je crois qu’enfin il avait compris, il m’a saisie plus fermement par les poignets d’amour avec sa main gauche, la main droite sur mon visage avec un doigt dans ma bouche, que je lui suçais, comme sa délicieuse verge un peu plus tôt. Fort de sa nouvelle position, il se mit à accélérer et devint un peu plus brutal. Il allait de plus en plus vite, et variait l’angle de pénétration, comme je le lui avais montré. Il excitait mon petit clito de l’intérieur. Alors que je mouillais à en inonder les draps, ma mouille perlait sur sa queue. Notre mélange était parfait. Les fluides étaient abondants. J’étais sur le point de jouir – lui aussi.

Il décida de retirer son doigt de ma bouche et se servit de sa main tout juste libérée pour me caresser le clito en même temps qu’il me pénétrait de tout son long. Il massait, titillait, pinçait, tirait. Je n’en pouvais plus. Dans une contraction ultime, j’ai serré ma chatte sur son chibre de toutes mes forces et me suis extraite. Je me tordais de plaisir : quel orgasme. De son côté, il avait éjaculé je ne sais-où, dans un râle de plaisir. Une fois ses couilles vidées, il revint vers moi pour frotter son gland sur ma chatte, comme un dernier câlin.

...

Alors bon ... pourquoi est-ce que je t'en parle ? Parce qu'il est fort probable qu'à la rentrée, ton serviteur teste quelques extraits de mon roman licencieux en écriture depuis des années pour, ne serait-ce que par curiosité, voir comment ils sont reçus. Et comme j'ai la ferme ambition  de produire moi-même les audios en découlant, je m'en lèche les doigts d'avance !

Tto, qui n'arrête pas d'avoir des projets exaltants