2020 - PORN TO BE ALIVEAvec l'été revient forcément le Bambou magique qui, avec ses habits d'été, mute en "Porn to be alive". Et le programme est alléchant [forcément], avec son lot de boys incandescents, de sujets profonds et de propos particulièrement introduits. Oui, comme tous les ans, "Pon to be alive", c'est le cahier de vacances de la luxure, et ça tombe bien : c'est le seul qu'on aime faire !

Au programme, le confinement a-t-il tué le sexe en couple ? La question mérite d'être posée parce que le confinement imposé à pratiquement toute la planète n'est pas sans conséquences sur les équilibres de couple ... et encore, c'est oublier aussi tout l'impact que cela a pu avoir sur les personnes célibataires [on y reviendra].

L'Institut Kinsey, qui n'en a jamais fini d'étudier les comportements sexuels, s'est penché sur les impacts du confinement dans la sexualité du couple. Les conclusions sont sans appel : le confinement fait baisser la sexualité , quelle que soit la pratique observée ou le schéma de couple considéré. Cela va même plus loin : la pratique masturbatoire baisse également, du fait d'une évidente proximité avec l'autre. Pourquoi ? Certains experts de la chose n'hésitent plus à avancer leurs gros arguments : le plaisir sexuel ne serait pas indispensable, donc puisqu'il y a un risque à s'approcher de trop près de l'autre fut-il son/sa conjoint(e), on s'en passera et cela peut être remisé au second plan. Cette logique d'instinct de survie passe un peu vite les bienfaits d'une activité sexuelle régulière ... et méconnaît à l'évidence la nécessité de l'activité sexuelle en question qui n'est, certes, pas vitale mais peut avoir des conséquences sur des organismes habitués à elle en temps normaux.

Tout n'est cependant pas à pleurer : l'Institut Kinsey relève [et pas que le matin au réveil] qu'une personne sur cinq a profité du confinement pour tester de nouvelles choses. Dans un esprit de curiosité, on a donc profité du temps offert pour le mettre à profit afin de voir s'il n'était pas possible de pimenter un peu plus ... De quoi s'agit-il ? De nouvelles positions, une libre parole sur des thématiques évitées jusqu'à présent ... voilà les deux apports majeurs principaux. Et contrairement à ce que les réseaux sociaux pouvaient laisser croire, les sextapes, le viagra ou les jeux de nourriture n'ont pas franchement le vent en poupe. Pour ce qui concerne les pratiques, a-t-on profité du temps pour faire du sexe hard ? Bah pas vraiment ... plutôt que de se livrer à du BDSM sauvage ou des sodomies infernales qui durent trois heures, les sujets interrogés ont expliqué avoir préféré se faire des massage, prendre un bain à deux ou jouer avec des toys. L'Institut explique que le climat anxiogène actuel dissuadait certainement de s'exposer à une éventuelle douleur, fut-elle génératrice de plaisir. Mais ... puisque de nouvelles choses ont été testées, qu'est ce qu'il en reste ? 42% des couples ayant essayé des nouveaux trucs ont eu le sentiment d'un déclin de leur vie sexuelle contre 28% qui y ont vu une amélioration. La nouveauté n'est pas franchement à blâmer : chez ceux qui sont restés sur leurs acquis, 44% pensent que leur vie sexuelle a décliné, 10% qu'elle s'est améliorée. 

Enfin, une bonne libido, du désir pour son partenaire, des nouvelles pratiques ont permis aux personnes interrogées d'estimer que la pandémie a satisfait leur appétit sexuel. Pour les déçus, la solitude et au stress sont la cause d'une insatisfaction.

---

2020-07-02

Faut avouer que ...

---

Et maintenant, travaux pratiques ! Faire du sexe avec ses dix doigts, en tirant la langue pour bien s'appliquer ? Tu crois que tu peux le faire là tout de suite maintenant ? Mais carrément et tu vas voir que tu vas apprendre à être très appliqué. Prends une feuille de papier [ah ... ça y est ... je t'ai perdu(e)] et tu vas voir ce que l'on va faire : un pénis en origami !

Oui, c'est mieux si tu as du papier rose et c'est la grande classe si tu arrives à avoir du papier bicolore [si tu vois ce que je veux dire ...].

Tto, coquinou de vacances