3 ans"Le temps passe, on l'évite
Ne passons pas trop vite" disait la chanson. Trois ans désormais ... trois ans que je n'ai pas vu passer auxquels il convient d'ajouter les dix années précédentes.

Ma plus belle histoire d'amour, c'est lui et il y a trois ans, on s'est dit oui.

Le blé a germé, le froment s'est fait plus robuste chaque fois que les tempêtes battaient les épis vigoureux et gorgés d'envies.

Curieusement, ce wikende alors que j'étais un peu paumé et perdu aux confins d'un désespoir qui m'envahit parfois, je suis retombé sur les photos de cette journée, de ce samedi 3 juin 2017 où la grâce a fait que je n'ai pas vu la journée passer, la lessiveuse était pour une fois savoureuse.

01

Des formalités républicaines au reste, les larmes ont coulé sur la joue de celui que j'épousais [il a réussi à me faire pleurer], celui qui dix ans plus tôt me décourageait du plus fort qu'il pouvait en m'expliquant qu'il était un handicapé de l'amour et qu'il ne vivait pour ne s'attacher à rien ni personne. J'ai eu la chance de comprendre que c'était tout l'inverse. Je l'ai déjà dit : je crois que nous avions rendez-vous.

DSC_0391Comme je l'ai dit le soir à l'ouverture du dîner, cette histoire est unique [comme toutes les histoires finalement] mais ce jour là, tous ceux qui étaient là ne l'étaient pas par hasard et avaient tous contribué, consciemment ou inconsciemment, à rendre cet échange d'alliances possible. "C'est un peu, aussi, à cause de vous tout ça" avais-je lancé.

Trois ans ont passé, ont coulé et la magie continue à l'instar de cette météo qui résume si bien la vie que nous avons construite. De belles éclaircies, un soleil brûlant, de l'eau parfois, de l'orage aussi pour faire descendre la pression ... et de la lumière, beaucoup de lumière. Gabin chantait que dans la vie, quand quelqu'un vous aime il fait très beau, c'est tellement vrai.

02Je ne sais pas tout ...
Je ne sais pas ce que c'est de réussir sa vie.
Je sais simplement que j'ai trouvé celui avec qui la vivre.
Je sais que tout est parfois compliqué mais qu'à deux, nous trouvons les solutions.
Je sais que rien n'est acquis mais je sais aussi que personne ne nous enlèvera tout ce qui a déjà été et qui sera encore.
Je sais qu'il m'a donné une dimension en m'ouvrant son univers.
Je sais qu'il y a un avant et un après lui.
Je sais qu'il n'y a pas de recette du bonheur, mais je crois avoir tous les ingrédients et que nous oeuvrons dans le même sens.
Je sais qu'on ne sera jamais une histoire Disney.
Je sais qu'on est bien plus.
Je sais que je l'ai changé en profondeur, lui rendant possible tout ce qu'il se refusait.
Je sais que ce qui ne nous a pas tué nous a rendu plus forts.
Je sais colmater ses failles comme il sait réparer mes cassures.
Je sais qu'il aime me dire que je suis le plus beau cadeau que la vie lui ai donné.
Je sais que ce rendez-vous, nous ne l'avons pas gâché.
Je sais qu'il mérite les efforts et la patience dont il abuse parfois, comme une princesse qui a besoin d'être rassurée sur le fait qu'on l'aime et qu'on n'aime qu'elle.
Je sais qu'il a pris une importance qu'on juge, parfois, démesurée dans ma vie et ma façon d'être au point qu'il a justifié que je mette au panier tout ce que j'avais construit auparavant.
Je sais qu'il estime ne pas me mériter alors que, moi, je m'électrise toujours autant quand il s'approche de moi.
Je sais qu'il y a quelque chose de chimique entre nous.
Je sais que je ne regrette pas un instant de lui avoir dit "oui".
Je sais que notre vie est d'une intensité rare.
Je sais que j'ai fait avec lui des choses qui me semblaient impossibles.
Je sais qu'il me bouscule encore et restera le premier en bien des choses.
Je sais qu'il m'idéalise, parfois trop.
Je sais que construire a désormais un sens avec lui.
Je sais que vieillir avec lui n'est pas une crainte, cela me rassure.

Je sais que j'avais raison le jour où je lui ai écrit, un peu perdu, qu'il était pour moi une évidence.

Tto, le mari de Zolimari