2018 - LA PREMIERE FOISComme ça, en voyant passer un mail parmi tant d'autres ... après tant d'années et peut-être après que j'ai lu que le journal était placé dans un fonds de dotation pour devenir un organe de presse à but non-lucratif ... qu'est ce qui finalement à présider au fait que je me réabonne ?

Il faut dire qu'on s'est quittés de façon tonitruante il y a plus de dix ans avec Libération. Une série de messages pour le moins détestables, l'absence de prise en compte d'évidences devant présider au fait qu'on devrait choyer un peu plus ses abonnés si on veut les garder, oui j'ai quitté Libération en me disant qu'ils ne méritaient pas que je continue à soutenir, modestement et au moyen de mon abonnement depuis plus de dix ans, leur activité.

On s'est donc quittés ainsi. Et comme j'ai la rancoeur assez tenace, je n'ai pas cédé à leurs relances, leurs appels du pied plus ou moins larmoyants d'autant qu'ils s'étaient rapprochés, avec le temps et les inéluctables difficultés résultant d'errements rédactionnels et de positions contestables. Bon, sur l'aspect subversif, c'est aussi ce que l'on attend de Libération donc il est difficile d'en critiquer la survenance. Toutefois, la suffisance très germanopratine a cessé depuis quelques années, depuis que les loups Rotschild et Drahi ont fondu sur le journal pour en faire un gage de leur contribution au débat d'idées [dont on sait bien vers quoi elles vont].

Aussi et parce que je participe de l'idée que malgré les errements, qui ne cesseront finalement jamais, il est toujours nécessaire que Libération existe dans le paysage de la presse française comme une voix, une empreinte ou un son discordant face à une petite musique ambiante un peu anesthésiante. Aussi oui, après dix ans de séparation, je me suis réabonné à Libération, en numérique pour avoir accès aussi aux contenus de "Chez Pol" [incroyablement génial ... mais j'aime beaucoup l'équipe qui officiait au "Lab Europe1" avant] et autres mini-sites du journal.

Voilà Libé ... tu as deux mois pour me reconquérir. J'ai fait un pas vers toi hier, mettant fin à une décade de froid. Tout peut recommencer, il faut juste s'en donner les moyens.

Tto, abonné à Libé