Un jour comme un autre

Ce n'est pas vraiment "un jour sans fin", mais il est assez clair que les journées se ressemblent quasiment comme deux gouttes d'eau.

Et pourtant, non, ce ne sont jamais les mêmes journées mais après un mois de confinement, quelques lignes directrices se dégagent et je pense que l'on peut dire que j'arrive à un squelette de journée type, ma journée de confinement pour l'heure un peu sans fin.

07.59 : Je me réveille officiellement ... la radio s'allume pile au moment où l'on parle de la météo ... on se demande bien pourquoi ! Officiellement oui, parce qu'en fait, je tourne un peu dans un état  vaseux depuis une bonne vingtaine de minutes.

08.20 : Je me lève, et tu te bouscules ... lui ne se réveille pas, comme d'habitude. Direction, la salle de bain et hop, je monte sur la balance pour voir si mon pachydermisme se porte bien et ... pour l'heure, j'ai jugulé les dégats.

08.30 : Je range les restes des agapes de la veille, je colonise le lave-vaisselle et hop, je me fais chauffer de l'eau pour prendre ma traditionnelle tisane Réglisse Menthe. J'attrape trois biscottes, une plaquette de beurre et le pot de confiture du moment et hop, toujours dans le plus simple appareil [dans des dispositions variables dirons-nous], je m'installe sur le canapé en regardant un bout de vieux film. Oui, je suis en plein soleil [parce qu'il fait tout de même un soleil insolent depuis le début du confinement], je fais donc le plein de vitamine D et hop, je m'enfile des biscottes ! Au milieu de ce délicieux petit déjeuner, j'avale deux pilules pour rester en forme [avec plein de trucs dedans dont je ne sais pas trop ce que c'est mais il parait que c'est bon pour moi, alors ...].

08.50 : Je vais chercher un short, je ferme la porte de la chambre pour ne pas réveiller Zolimari qui dort encore profondément. J'entends déjà les premières notifications de mails professionnels qui se succèdent, j'allume mon pc en jouant à un jeu sur mon meilleur téléphone du monde et comme je baigne en plein soleil, je ne mets rien sur mon torse ... cela va rester ainsi toute la matinée.

09.05 : J'arrive à me connecter ... j'envisage les demandes de réunion qui sont programmées, je regarde quelques tweets sur l'autre écran du bureau et au fur et à mesure, je me mets au travail tant et si bien que la matinée va passer ainsi jusqu'à midi. Des conf'calls en veux-tu en voilà, je bidouille des tableaux avec plein de chiffres, j'écris des trucs assassins que je corrige au fur et à mesure ... bref, rien que de très banal. Entre 09.30 et 10.00, je vois émerger un homme à moitié endormi qui vient me faire un bisou, me dire qu'il ne sait pas s'il a bien dormi [alors qu'il a ronflé toute la nuit] et je le laisse échoué sur le canapé du salon, sur lequel je le rejoins furtivement le temps d'un bisou. Ah si, vers 10.30, je me demande si j'ai prévu quelque chose à écrire ici et la plupart du temps, bah non. Du coup, je navigue rapidement pour voir et savoir ce que je vais pouvoir raconter.

11.55 : Hop hop hop, je place mon statut en "Ne pas déranger" pour couper toute velléité de vouloir me joindre pendant la pause du déjeuner. Et surtout, je me prépare à transpirer ... oui, je vais monter sur mon gros engin.
Avec le temps, j'ai trouvé le bon programme, je remplis ma gourde d'eau, je prends une pastille de réglisse, j'allume la télé sur la chaîne Mangas [décidément idéale pour trimer comme une grosse vache sur un engin de torture pareil] et je regarde ainsi, en étant déjà au bout de ma vie dix minutes après le début, la fin d'un épisode de "Blake et Mortimer" et ensuite deux épisodes des "Mystérieuses cités d'Or". C'est régressif ... mais efficace !!!

13.05 : Zolimari prépare le déjeuner depuis une quinzaine de minutes en me regardant affolé parce que je suis fluo depuis plus d'une demi-heure. Dégoulinant de partout, je me félicite d'améliorer [ou presque] ma performance tout en essayant d'étirer les membres dont je perçois encore qu'ils disposent d'une trace de vie. Et hop, je me déshabille complètement en buvant encore un peu pour filer sous la douche.

13.20 : Tout propre mais tout rouge encore, on se met à table. Zolimari me raconte ce qu'il a vu sur son téléphone, j'envisage les fils de discussion auxquels je n'ai pas répondu ... une centaine de messages à chaque fois. Et hop, on mange devant France 4 parce qu'il y a la nouvelle version de "C'est pas sorcier" avec Max Bird, l'autre écervelée que tu as juste envie de baffer à chaque fois qu'elle dit un truc et le gars dont tu vois bien qu'on est face à un beau connard.

14.00 : Tout pile, je suis de retour devant mon écran et hop, je me rends à nouveau "Disponible" en statut et c'est parti pour une belle après-midi. Évidemment, quelques appels et plusieurs tâches après ... je ne vois pas trop l'après-midi passer. De temps en temps pour m'oxuygéner un peu l'esprit, je vais faire mon marché dans l'actualité porno du moment, ou à la faveur de quelques liens, je me dépayse quelques minutes ... les pauses n'étant finalement pas si nombreuses. Mais comme je suis en boxer [la plupart du temps ... bah oui il fait chaud], ça va ... c'est plaisant !

19.00 : Tout cela n'a que trop duré ... j'en ai marre. Donc, j'annonce officiellement et fièrement que j'en ai terminé de ma journée de travail : il n'y a guère que moi pour applaudir ...

19.10 : Je rejoins le salon, j'envisage que les plantes se portent bien. Je les arrose un peu ... et je me demande bien ce que l'on va faire ce soir. Ah mais oui, avec un peu de chance, on a un apéro-visio. Donc, il faut se préparer et comme j'ai un stock qui dépasse l'entendement en matière de pois-chiches ja vais donc invariablement me faire du houmos.

19.25 : J'appelle ma mère pour qu'elle m'explique qu'elle vit un enfer en étant confinée alors qu'elle a un jardin et tout pour bien le vivre. Je m'énerve chaque jour un peu plus, mais ce n'est pas grave, je fais avec.

19.30 : C'est le début de l'apéro-visio !!! On raconte nos vies, on boit un peu et on rigole.

vers 20.15 : Soit on a bouffé comme des gorets pendant l'apéro et on n'a plus faim donc on va pouvoir se demander ce que l'on fait le soir, soit je me rue dans la cuisine pour savoir ce que l'on va manger.

21.00 : Comme il n'y a rien à la télé, on va forcément se rabattre sur autre chose. Le douloureux plaisir licencieux de sombrer dans la luxure étant possible, des jeux aussi voire des séries à s'envoyer ... et c'est ainsi que j'arrive vers 23.00.

vers 23.15 : On fuit "C dans l'air" qui annonce tout de même l'apocalypse pour le lendemain et puis, comme on fuit aussi les infos télévisées, ce n'est pas pour se les reprendre en boomerang. Par curiosité une fois par semaine, je me branche quelques minutes sur CNN pour les voir, atterrés, debrieffer le traditionnel show quotidien d'un Trump plus con que jamais.

23.35 : Je me brosse les dents, j'ai rebranché mon téléphone de boulot pour demain en prenant bien soin de regarder si un fourbe n'avait pas programmé une réunion à 08.00 ... J'avale deux gélules de mélatonine [j'te dis, j'en ai retrouvé des trucs dans les placards], je joue sur mon téléphone une demi-heure et hop ... l'heure du crime étant passée, je me tourne vers Zoiimari qui m'enlace à son tour, me dit que je ne lui ai pas assez dit que je l'aimais aujourd'hui encore et, parfois, il m'entreprend sur des discussions philosophiques desquelles je me détache en lui rappelant qu'il n'est plus vraiment l'heure de discuter de tout cela.

Et demain, ce sera pareil !

Tto, réglé comme une horloge en confinement