Wah wah

Un peu de légèreté ? Ras le bol des polémiques sur les masques et je ne sais quelle autre déclarations fracassantes annonçant l'apocalypse ? Tu as bien fait de venir ... je vais te faire regretter le monde d'avant que tu vomissais. Et pour la légèreté, tu repasseras [pas seulement mes chemises].

Pendant que le monde est ua bord du précipice, que les sociétés sont en voie d'implosion et que tu te demandes bien à quoi va ressembler ton futur, ne doute pas que des gens s'occupent précisément de ton futur. Et dans cette période pandémique des plus angoissantes où tu te demandes bien quelle autre catastrophe va encore finir par nous tomber dessus [on m'annonce un astéroïde mais qui passera un peu loin mais ne désespère pas : les tremblements de terre sont toujours possibles comme la fameuse éruption du super volcan du Yellowstone qui devrait rayer de la carte tous les États-Unis], les américains font un grand pas en avant en trouvant enfin la solution à bien des problèmes : l'analyse de ce qui sort de ton trou de balle.

[Ah mince, tu viens de renverser ce que tu tenais ... je t'avais prévenu]

Oui oui, tu as bien lu et c'est l'avenir darling. La très réputée université de Stanford, aux Stazini, a mis au point le dispositif ultime que tu vas installer dans tes toilettes d'ici une dizaine d'années. Le futur, ce n'est plus demain, c'est déjà aujourd'hui. Laisse-moi te guider dans les profondeurs ...

La revue Nature [référence des références] vient de publier [il y a trois jours] un article sur un dispositif montable dans tes toilettes en vue d'analyser les excréments. Ca fait rêver ? Mais oui tu vas voir ...

"Les technologies de surveillance longitudinale de la santé d'une personne sont mal intégrées aux flux de travail cliniques et ont rarement produit des données biométriques exploitables pour les prestataires de soins de santé." L'idée de l'article est donc de décrire le matériel et les logiciels facilement déployables pour l'analyse à long terme des excréments d'un utilisateur grâce à la collecte de données et à des modèles de santé humaine. Ce dispositif global rendant tes toilettes "intelligentes" a la bonne idée d'être parfaitement autonome en utilisant des capteurs de pression et de mouvement. Et donc il se passe quoi ? Cela analyse l'urine de l'utilisateur à l'aide d'un test colorimétrique standard qui trace les valeurs rouge-vert-bleu à partir d'images de bandelettes d'analyse d'urine, cela calcule le débit et le volume d'urine en utilisant la vision par ordinateur comme s'li s'agissait d'un débitmètre urinaire, et ça classe les selles selon l'échelle de forme des selles de Bristol en utilisant l'apprentissage en profondeur, avec des performances comparables à celles d'un personnel médical qualifié. Oui oui, tu as bien lu : tu vas avoir un véritable laboratoire médical dans la cuvette de tes WC. Mais attends, le mieux est à venir ...

Parce qu'en fait, c'est bien gentil d'analyser plein de choses sauf que, par hypothèse, tu peux aussi ne pas être le seul à utiliser lesdites toilettes [sauf si elles sont privatives]. Dès lors, je te vois venir avec tes gros sabots : "Bah comment ça marche alors si on ne sait pas qui a fait pipi ou la grosse commission ?" Pfffff, tu sous-estimes beaucoup trop les chercheurs toi ...
Chaque utilisateur des toilettes est rigoureusement identifié. Comment ? Par son empreinte digitale et les caractéristiques distinctives de son anoderme. Ah ... je t'explique : tes empreintes digitales, tu vois à peu près et effectivement, il n'est pas incongru qu'on puisse poser les doigts quelque part sur une partie de l'installation. Mais les caractéristiques distinctives de l'anoderme, c'est quoi ? C'est la reconnaissance visuelle de la singularité de l'anus de celui/celle qui s'installe pour faire ses besoins. Oui oui, tu as bien lu : la machine va photographier, numériser [j'allais dire digitaliser mais je me demande si cela ne manque pas un peu de tact] les pliures, la forme et l'aspect de l'anus du sujet pour bien le garder en mémoire et y raccrocher tous les éléments d'anal..yse recueillis. Pas d'inquiétude [si jamais tu disposais encore d'un peu de lucidité], les données sont stockées et analysées en toute sécurité dans un serveur cloud crypté. 

Et tout ça pour quoi ? L'intérêt n'est pas de faire un Facebook anal worldwide ... c'est d'oeuvrer dans le dépistage, le diagnostic et la surveillance longitudinale de populations de patients spécifiques.

Fake ? Hélas non et comme nous ne sommes plus le 1er avril, tu n'as même pas la chance de pouvoir croire au canular. Regarde ...

EU8z06WU4AA0rwg

Alors tu vois ... le fait que tu n'aies plus de farine ou que tes vacances aient été annulées, franchement ...
L'histoire ne dit pas plein de choses : que se passe-t-il en cas de turista violente ? Quelle est la fiabilité du scan anodermique après une violente sodomie [tu sais, celle dont on se remet environ deux jours plus tard] ? Le dernier endroit où l'on était tranquille sans être analysé est-il donc compromis définitivement ? Le revenge-porn est-il devenu has-been maintenant que les pirates pourront te faire chanter en diffusant la story de tes scans anaux ? Si la machine t'annonce un beau matin que tu fais un cancer colorectal, qui gère le malaise vagal qui s'en suit ? Que se passe-t-il si tu vomis dans la cuvette des toilettes [ce qui peut arriver] ? Et qui nettoie la sonde ?
Franchement, les toilettes japonaises à côté, c'est du pipi de chat.

Tu l'aimes ce monde de 2020, pas vrai ? Attends, je suis certain qu'on n'a pas encore touché le fond ... ni de la cuvette ni du reste.

Tto, anal-yste