HysterivirusJe ne prétends pas tout savoir, ni être exempt de raconter des bêtises grosses comme [ma b... ??], m'enfin ... le climat ambiant témoigne d'une hystérie incroyable s'agissant du COVID19.

De deux choses l'une, soit on va tous mourir et tout un tas de choses ne riment à rien sinon à prévenir de comportements paniqués, soit l'ensemble du sujet va être dominé dans quelques jours/semaines étant ici rappelé que la mortalité constatée est inférieure à celle de la grippe. C'est d'ailleurs ce que soulignait une urgentiste hier que j'écoutais : si tout le monde mettait autant d'empressement et de vivacité à prévenir la grippe annuelle, nous n'aurions pas les milliers de morts que celle-ci occasionne.

Là, c'est n'importe quoi et l'impression de confusion totale [renforcée par l'action d'un gouvernement à bout de souffle, qui a jugé opportun de faire un coup politique en même temps en dégainant un 49.3 qui lui reviendra dans les gencives comme un boomerang] redouble à mesure que les défauts de coordination sont évidents. Comme le système de santé est simplement au bord du gouffre, on ne peut qu'être rassuré et se désoler que tout ne tienne qu'à la mesure du dévouement de personnels dont l'actuelle candidate à la Mairie de Paris n'a jamais su prendre la mesure de l'épuisement, jouant de la parole comme s'il fallait donner du Doliprane à un malade en phase terminale. Du coup Buzyn ne manque pas de toupet en mettant en avant sa capacité à gérer une crise sanitaire ... alors qu'au Ministère de la Santé, les cafouillages n'ont pas manqué. La seule justice dans tout cela est qu'elle se fera battre salement ... si les élections sont maintenues, ce qui est loin d'être évident.

Parce qu'au delà des théories complotistes et hallucinées d'un Dieudonné ou d'une remarquable partie du Rassemblement National, l'hystérie s'empare des esprits, à tous les niveaux et où que l'on se trouve. Je n'ose même pas parler des chaînes d'information en continu qui n'avaient rien trouvé de mieux hier que de matraquer des images de rayons dévastés d'un hyper marché pour expliquer que des crétins dans l'Oise avaient imaginé qu'il fallait faire des provisions de pâtes comme si l'envahisseur allait revenir. Le mécanisme inéluctable des prophéties auto-réalisatrices est en marche et amplifié par les BFMTV, CNEWS et autres LCI qui s'en donnent à coeur joie pour doper leurs audiences moribondes depuis que leurs alliés objectifs, les gilets jaunes, ne font plus leur crise d'adolescence. On trouvera plus vite un vaccin au COVID19 qu'un peu d'esprit de responsabilité dans les rédactions des chaînes précitées. Déjà des esprits malins relaient sous forme de questions faussement innocentes "Y a quelqu'un qui fait des provisions de pâtes et de riz ?", histoire d'en rajouter parce que l'irresponsabilité généralisée est devenue la règle.

Le comportement des gens dans les transports est ahurissant, l'égoïsme croit aussi vite que le nombre de morts et les gros titres renforcent l'affolement général ... au moins, on ne nous bassine plus à rechercher le patient zéro comme s'il s'agissait d'un épisode d'Hercule Poirot. Le vrai sujet dans tout cela est de contenir l'angoisse de la population pour éviter la panique générale et donc les comportements sauvages que rien ni personne ne saura gérer [la capacité du gouvernement étant quasi-nulle à cet effet]. Dès lors, et avant de promulger l'état de siège puis l'état d'urgence [deux situations juridiques privatives de certaines libertés individuelles], on balade tout le monde avec des déclarations plus ou moins précises, Sibeth Ndiaye étant un fléau parfois pire que le virus en la matière. On approche, on recule, on livre quelques approximations qui sont démenties plus tard ... bref, tout le monde patauge parce que personne n'ose dire clairement qu'on ne sait pas grand chose et qu'il faut du temps pour stabiliser les protocoles, les hypothèses et les plans d'actions. Nous sommes actuellement au stade 2 et très prochainement le troisième niveau sera enclenché.

Je multiplie les réunions de crise sur le sujet, confirmant mon impression initiale selon laquelle tous les plans de continuité d'activité des entreprises sont un postiche qui ne rime à rien et qui est particulièrement inadapté en la matière [j'avais déjà trempé dans celui du H1N1 ... on n'a rien appris !]. La nouvelle lubie, c'est d'éviter les contacts maintenant comme si tout le monde allait pouvoir vivre dans un caisson à oxygène privatif. Alors que des crétins venaient indiquer qu'il fallait se rendre compte de la misère du pays parce qu'une étude avait démontré que les français ne changent pas de sous-vêtement tous les jours, on a basculé dans l'excès inverse : il faudrait se décaper toutes les dix minutes les mains d'une solution hydro-alcoolique. On théorise sur le changement de modèle social parce qu'on ne peut plus faire la bise ni serrer la main, comme s'il s'agissait de basculer dans une nouvelle ère de la civilisation. Et chacun y va de son petit couplet sur les complots hourdis par le gouvernement ou les solutions miracles qu'on nous cache exprès parce que les élites n'aiment pas les pauvres gens, c'est bien connu. Qu'il faille prendre des mesures de bon sens et limiter les déplacements inutiles tombe sous le sens, mais qu'on invoque la fin du monde parce que M.Pokora ne pourra pas faire ses concerts [encore faudrait-il qu'on me démontre qu'il serait encore capable de remplir des salles], j'avoue que cela me laisse perplexe.

De façon consciente pour certains et inconsciente pour d'autres [soyons charitables], tout le monde se plaît à vivre un film catastrophe hollywoodien avec tous les codes du genre : l'ennemi invisible, la chaîne info qui panique tout le monde, les fondements d'une société qui vacillent, l'impréparation généralisée jusqu'à l'irruption de la solution miracle ... On est actuellement dans un mauvais film Netflix dont tout le monde imagine qu'il sera le héros providentiel ou qu'il aura un rôle important à jouer. Il y a un côté excitant à voir se déverser autant d'adrénaline d'un coup, à trouver chez certains matière à se réjouir que cela vienne de Chine [l'ennemi chinois a la peau dure], à voir dans cette crise un attrait de la nouveauté pour une top-story qu'on sort rarement, à s'angoisser en invoquant l'apocalypse alors qu'il s'agit d'un coronavirus [ce qui n'est pas inédit], à brasser des concepts scientifiques dont on ne pipe rien mais pas grave cela permet d'exister en attendant. Bref, oui ... l'hystérie est totale et chacun attend, comme s'il avait la main plongée dans sa boite de pop-corn, la prochaine étape qui s'accompagnera d'un "Oh la la" quand elle surviendra. Nous sommes dans un scénario de film catastrophe qui fait le lit de Netflix et du futur lancement de Disney+ puisqu'on prépare les esprits à ce que les gens restent confinés chez eux. Il va bien falloir qu'ils s'occupent ... oh ça tombe bien, y a plein de trucs pourris à regarder entre deux flashs crépusculaires de BFMTV qui, grâce à Fogiel, fera de la belle information spectacle. 

En attendant et ce que l'on évite de raconter, c'est que les prévisions macro-économiques sont désastreuses, que le modèle économique mondial est en train de craquer [les marchés financiers ont perdu environ 10% en une semaine, on s'approche donc d'un krach en bonne et due forme] et que le jour d'après le COVID19 sera lugubre aprce que la mortalité à redouter ne sera pas forcément humaine mais clairement économique. D'ici là, on sur-communique pour suggérer des droits de retrait un peu partout [comme si cela allait arranger les choses]pour éviter le rush dans les hôpitaux l'afflux de patients suspects et faire en sorte que la propagation du virus soit plus lente qu'exponentielle puisque le constat est clair : nous n'avons jamais eu les moyens de gérer les épidémies [la grippe espagnole le démontrant à ceux qui ont la mémoire courte], mais actuellement encore moins !

Tto, qui se demande s'il ne faudrait pas trouver un vaccin inoculant du bon sens à tous ceux qui nous précipitent dans l'abîme