2018 - LA PREMIERE FOISÇa y est : le verdict est tombé et je dois bien avouer que ce n'est pas franchement une surprise.

En effet, quelques recherches généalogiques desquelles tu rapproches un morphotype clairement identifié auquel tu ajoutes une couleur de cheveux assez révélatrice ... oui oui, mon test ADN a parlé et les conclusions auxquelles on arrive sont loin de susciter le moindre cliffhanger pour la suite.

Le truc amusant, c'est que j'en ai offert un également à ma Môman et il est clair que je partage 49,9% d'ADN avec elle si on lit les conclusions de l'étude. Déjà un truc de clair : ma mère est ma mère [et quand tu rapproches des photos d'elle cheveux courts à 20 ans et certaines des miennes, la ressemblance est troublante].

Oui mais d'accord ... le côté viking est prononcé ça ok mais comme mon père a été adopté et qu'il n'a pas fait de recherches, restait donc 50% encore bien obscur. Et c'est là qu'on rigole, qu'on s'amuse et même que cela ouvre des perspectives ... Voici déjà les conclusions.

Trêve de suspense : je suis européen à 100%.

dna tto resultsEt comme prévu, 45,2% de mon ADN me relie à l'Europe du Nord et de l'Ouest donc breton, irlandais, écossais et gallois. La région occidentale des îles britanniques est peuplée par des peuples issus des six nations celtes, dont trois se sont installés en Irlande, en Écosse et au Pays de Galles [les trois autres en Bretagne, en Cornouailles et sur l'île de Man]. Chacun de ces trois pays parlait une variante du dialecte celte d'origine. Les Irlandais, les premiers à s'installer en Irlande il y a environ 9.000 ans, partagent le patrimoine, la culture et la langue [le gaélique]. Ils étaient organisés en clans ou groupes familiaux. Les écossais sont également connus pour leurs clans, mais depuis le Moyen Âge, ils formaient une nation composée des Pictes, des Gaëls et de Britanniques. C’est pourquoi la population du nord parle un dialecte dérivé du gaélique, alors que ceux du sud parlent ce que l’on peut appeler l’écossais. Leurs voisins, les Gallois, sont appelés ainsi en raison de leur période germanique où ils se sont vu attribué le terme de « walhaz » qui signifie « étranger ». La région a été conquise par les anglo-normands au Moyen Âge, et la colonisation anglaise au XVIème et XVIIème siècle a changé la composition ethnique des îles britanniques, en introduisant l'anglais. Les habitants de chaque région sont très fiers de leurs appartenances ethniques indépendantes et des cultures qui les accompagnent. Le rassemblement de plusieurs ethnies dans un si petit espace a facilité les découvertes généalogiques intéressantes ...

Oui mais voilà ... à côté de ces 45,2%, un autre gros bloc se distingue : celui de l'Europe du Sud. Et dans l'Europe du Sud, 37,5% me rattache à la région d'Iberia, qui comprend l'Espagne et le Portugal. Cette région a été façonnée par de nombreuses civilisations et par des populations distinctes, à commencer par les anciennes tribus ibériques et les peuples espagnols et portugais d'aujourd'hui. En 1492, les Juifs furent expulsés de la région et Christophe Colomb s'embarqua pour les Amériques, marquant ainsi le début de l'ère de l'exploration et de la conquête dans le Nouveau Monde. Les explorateurs ibériques se sont répandus à travers les Amériques, certaines régions d'Afrique, le sous-continent indien, les îles portugaises des Açores et de Madère et les îles Canaries espagnoles, laissant leur marque génétique sur ces zones. 
A cela s'ajoute la Grèce et l'Italie du Sud [attention, c'est important ... c'est vraiment l'Italie du Sud puisque mon ADN ne dispose d'aucune trace qui me raccroche à des origines sardes ou italiennes du Nord]S'agissant des ethnies grecques et sud-italiennes, elles témoignent de racines anciennes dans la péninsule grecque, centrée autour des mers Égée et Ionienne. Dans la modernité, on trouve également des personnes d'ethnie grecque et sud-italienne à Chypre, dans le Caucase, dans le sud de la Russie et dans la région du Mezzogiorno, dans le sud de l'Italie. L’Italie du Sud est peut-être la première région à avoir été colonisée par les anciens Grecs en dehors de la péninsule grecque, dès le VIIIème siècle avant notre ère. La culture et l’identité grecques ont dominé la civilisation occidentale pendant des siècles, en partie à cause de la conquête d’une grande partie de l’ancien monde par Alexandre le Grand et de son introduction de la culture grecque partout où il l’a conquis. 

Et ce n'est pas tout ... 14,5% de mon ADN oriente mes origines du côté des Balkans. Située dans la partie sud-est de l'Europe, la péninsule des Balkans a été la première partie du continent à adopter la pratique de l'agriculture, originaire de la Mésopotamie, il y a environ 5.000 ans. Elle a longtemps été un point de rencontre socio-politique, incarnant un pont entre le latin, le grec et les cultures slaves dans l'Antiquité, puis entre le christianisme et l'islam dans l'époque moderne. Malgré les dissensions et les conflits ethniques, la région demeure un pont unissant de riches cultures et identités. 

Surpris ? Moi pas du tout ...

Tto, melting pote européen