Fais pas chierAh oui ... autant il y a des jours où tout pourrait me rouler dessus, autant il y en a d'autres où je déconseille de m'approcher tellement je suis d'humeur exécrable. Bingo, tu as gagné : c'est un jour comme ça [et puis c'est lundi alors ça n'arrange rien].

Et pourquoi ? La première réponse qui me vient ce matin c'est un "Bah parce que" assez hostile j'en conviens mais c'est comme ça. Sauf que si je détaille un peu, je me rends compte que les journées que je passe devant la télé [parce que Zolimari ne voulait pas bouger], ce sont des journées où j'ai l'impression de passer à côté de quelque chose. En même temps, c'était ça ou aller se faire chier dans Paris pour aller voir un spectacle ou une pièce de théâtre comme s'il n'y avait pas de juste milieu.

Ajoute à cela que je suis allé faire un tour sur le réseau social à l'oiseau bleu où je me suis affligé de tout ce que je pouvais lire tant sur l'affaire Griveaux [les mecs qui donnent des leçons de puritanisme à qui je devrais certainement renvoyer leurs photos de bite non sollicitées, un jour je vais me les faire], sur ceci ou encore cela ... le clou ayant été la chanson "The best in me" dévoilée hier soir pour l'Eurovision où cela fut le festival des ronchonneries de principe, des pseudos analyses qui ne tiennent pas plus loin que le QI de leur auteur et les pronostics [que je devrais garder pour le leur rappeler en mai prochain]. Je passe également sur les gnan-gnanseries de la St Valentin [quand il ne s'agit pas de trucs totalement obscènes postés par ceux qui ensuite crient au lynchage quand on a l'outrecuidance de leur expliquer le mot "décence"] par les mêmes qui postent des tweets dégoulinants pour vivre dans l'envie des autres [alors que l'année dernière ils conspuaient ladite St Valentin]. Oui rien que ça, ça m'a accablé [et je n'arrive pas à faire preuve de recul comme Xtofer qui en rigole encore ...].

Donc ce matin, je n'étais déjà pas en grande condition et vlan ... j'arrive pour repasser ma chemise et là, il faut déménager tout ce que Zolimari a cru bon d'y déposer pour éviter de ranger [parce qu'en fait, il ne range pas, il déplace en attendant que je m'y mette]. Donc, ça m'a tellement saoulé que j'ai tout mis par terre et tout s'est cassé la gueule et ... j'en ai rien à foutre en fait ! Quand ta semaine commence par devoir se faufiler et déménager une planche à repasser, c'est que ça commence bien tiens !

Ça a continué en arrivant pour prendre mon transilien qui devait rouler malgré le "lundi noir" promis par les syndicats qui ne savent plus quoi inventer pour tenter de croire qu'ils n'ont pas encore perdu une bataille que le gouvernement leur avait pourtant offert sans le vouloir. On a les syndicats les plus bêtes du monde et on les mérite. Forcément, y a toujours une connasse qui pose son sac sur la borne de validation pour chercher son Navigo [et comme elle est toute seule cette dinde, bah on attend que le bordel ambiant de son sac de fille se soit éclairci pour qu'enfin elle puisse libérer le passage] donc tu attends que la princesse ait fini ce qu'elle aurait pu préparer avant si elle avait considéré qu'on n'était pas assujetti à devoir contempler ses recherches. Même topo quand tu rentres dans la rame : t'as toujours un connard ou une pintade qui se poste au milieu et se demande pendant de longues secondes si elle va s'asseoir là ou là ... et donc, comme elle a un sac à dos grand comme une coquille d'escargot [en proportion], bah elle s'asseoit au ralenti parce qu'elle doit nécessairement transporter de la porcelaine de Limoges. Du coup, je fais comme d'habitude : je pousse, elle prend conscience qu'elle n'est pas toute seule, elle se décale comme si elle venait de subir une agression et je passe sans la regarder en soupirant ostensiblement et en levant toujours les yeux au ciel. On parle aussi de la bourgeoise qui essaye de déambuler dans la rame et qui manque de s'écraser de chaque côté à chaque virage ? Non on en parle pas : comme j'étais, comme quasiment tous les matins, installé dans les soufflets entre deux wagons, cette greluche m'a marché dessus, m'a bien regardé et ne s'est surtout pas excusée.

Mon pc de bureau a besoin d'être rebooté deux fois avant de daigner démarrer, pour ensuite mettre six minutes chrono à charger mon profil [mais à part ça, tout est normal ... donc je vais vraiment le jeter par terre pour qu'il soit cassé et qu'on me le remplace]. Et la journée ne fait que commencer ...

C'est simple : aujourd'hui, je pense que ce n'est pas la peine de me casser les couilles en fait. Ça pourrait partir assez vite ...

Tto, déjà bien remonté comme une pendule