2018 - LA PREMIERE FOISOui, certaines premières fois sont marquées pour toujours : ta première sodomie, la première fois que tu as pris le rond point de l'Etoile tout seul au volant, ta première garde-à-vue ... et la première fois que tu t'infliges une épilation à la cire.

On dira bien ce que l'on veut, je me demande ce qui est le plus mémorable dans la liste précitée, il n'empêche que l'épilation à la cire est forcément en tête de classement. Pourquoi ? Parce que si les intérêts sont évidents, ça te fait un mal chien. 

- Ah la la, Tto, il faut souffrir pour être beau tou sé
- Euh oui mais bon ... euh je ne suis pas certain quand même ... et puis il y a du boulot pour que je sois beau
- Tou arrêtes tout dé suite. Nan mé quécessé qué ça. Moi Izabel la grandé coiffeuse et babrbièèèèère, yé vé té faire encore plou beau. Donc on y va hein ?
- T'as intérêt à ce que je sois beau parce que je sais que tu vas me faire mal.
- Qué chochotte ! Allez allez ... ferme les yeux !

giphy (45)

Elle m'a recouvert le visage d'une serviette chaude [pour dilater les pores, je présume] et après, elle m'a appliqué une cire chaude sur les joues jusqu'au bord de la barbe, selon le dessin que nous avions décidé ensemble, en quelques secondes. C'est te dire si j'ai serré les fesses. C'est chaud mais pas brûlant, tu sens bien que cela fige très vite au contact de l'air, tu ressens assez bien la sensation que tu peux avoir lorsque tu fais un masque un peu dense. 

Et cela dure, sauf qu'elle applique de la cire sur les oreilles, entre les sourcils, sous le nez ... bref tout partout là où tu sens bien que cela va faire bien mal ... surtout quand tu te réalises qu'il n'y a objectivement aucune raison pour que tu ne dérouilles pas comme d'autres ...

Source: Externe

Et bien je te le confirme ... tu dérouilles !

Source: Externe

Ah oui ... tu dérouilles. Ça fait un mal de chien, c'est clair. Ça fait rigoler Izabel, c'est clair. Tu ne sens clairement plus rien pendant plusieurs minutes, c'est clair. C'est net, c'est clair [et c'est bien le moins que cela fasse au regard de la douleur générée qui t'arrache tout de même quelques larmes lorsque c'est le contour des narines qui subit le décollement brutal]. En plus, pour te dire à quel point elle est sadique cette Izabel [ça doit être le prénom qui veut ça, nonobstant sa bresiliattitude], elle m'a fait le coup du "Yé compte à Trois. Oune ..." et hop, elle t'arrache littéralement la peau.

Parce que c'est vraiment ça la sensation : ça te brûle et ça t'arrache la peau. Alors c'est certain qu'ensuite, il n'y a plus un seul poil qui pointe [et on espère que cela dure longtemps]. Mais comment te dire que je ne comprends pas que l'on s'inflige cela sur des zones encore plus sensibles.

Résultat des courses ? Oui bien sur, c'est net, c'est clean de chez clean mais bon Dieu que cela fait mal ... sauf quand elle constate qu'il faut revenir un peu sur une zone déjà éradiquée parce qu'il en reste : oh bah là, elle peut y aller, tu ne sens plus rien de toute façon !
Bon sauf qu'après, ton épiderme te rappelle qu'il n'a pas aimé non plus le petit jeu de la brésilienne survoltée. Du coup, tu squames un peu et tu mutes assez rapidement, malgré la fraîcheur extérieure, en une petite framboise qui rougit de partout où elle est passée. Cela passe ok, mais tu es juste en fusion pendant quelques heures. Note pour plus tard : ne plus prévoir de réunion dans l'après-midi qui suit ce genre de joyeusetés si, par impossible, je devais recommencer.

Tto, qui a survécu