2019 - TTO & ZOLIMARIQuand tu commences une journée bien difficile, ce n'est pas désagréable de recevoir un petit message qui tient en deux envois, qui réchauffe un peu le coeur et qui donne l'impression que l'on avance, qu'un cap se franchit et se matérialise à mesure que les mots employés traduisent une telle progression.

Bah oui, je vis avec un garçon qui, après m'avoir expliqué pendant des années qu'il était un handicapé de l'amour, n'emploie certains mots que de façon très circonstanciée. Oui, les circonstances ont toujours présidé à telle ou telle déclaration.

- Le premier "je t'aime" comme le premier "mon chéri", le "j'aimerais qu'on puisse vivre ensemble" ou d'autres déclarations enflammées de sa part ;

- La première fois que j'ai expliqué que je voulais que l'on se marie, le premier "Tu m'es essentiel" et autres "J'ai envie de toi, de tout en toi" pour ma part ;

... oui tout cela s'est fait avec les circonstances, à des moments et c'est suffisamment rare qu'on envisage bien l'aspect charnière. Il y a un avant et un après. Lui comme moi [même si moi je suis plus à l'aise que lui], nous ne nous disons pas toujours des choses que l'on pourrait prononcer à l'emporte-pièce. Autant nous ne sommes pas démonstratifs en public et dehors [mais alors dedans et quand on est tous les deux, t'imagine pas !!!], autant même quand nous sommes dans une intimité certaine il n'est pas fréquent que nous abordions frontalement certaines déclarations. C'est une pudeur réciproque dirons-nous ... sauf que périodiquement, l'un comme l'autre on a besoin d'entendre des choses ou de les lire. Par exemple, Zolimari m'explique souvent que je ne lui dis pas assez que je l'aime.

Or donc ... [pour y revenir], ce matin j'ai reçu un message ...

Message du matin

Bah oui ... ça m'a fait plaisir parce que j'ai trouvé ça tout mignon. Un jour, je te parlerai du contexte de l'envoi de ce message.

Tto, qui savait qu'il avait trouvé l'homme de sa vie mais qui a désormais trouvé l'homme de sa fin de vie