Bad tripCela faisait un moment que ce n'était pas arrivé. Un moment savoureux où les terreurs nocturnes n'avaient pas fait de moi leur festin.

Pourquoi hier soir ? Je ne sais pas ... un peu fatigué d'un wikende épuisant duquel j'ai subi quelques déceptions, cumulé à quelques fatigues des dernières semaines ... il me semble que je ne parviens pas à me reposer et que j'entame le capital vacances allègrement au point qu'il ne doit déjà plus en rester grand chose. Un mois exactement après être revenu [et avoir sécher mes larmes prémonitoires sur la plage de Nouméa], je ne suis pas déçu et la rentrée est aussi atroce que je l'avais craint.

Oui mais pas plus que d'habitude ? Non, pas plus mais pas mieux non plus en fait. Oh certes, on a fait à peu près ce que l'on avait prévu et j'ai été ravi de revoir "La fantôme de l'Opéra" qui m'émeut toujours autant [la scène de la descente dans les souterrains est toujours la plus belle], j'ai été profondément agacé d'attendre quatre heures pour rien afin d'entrer dans le Pokémon Center de Londres puisque j'ai renoncé vers midi considérant que des pelluches de Pikachu ne valent pas une journée à attendre debout ...

Bah voilà, malgré cela, je suis dans un bad mood depuis dimanche matin et hier soir, patatra.
Pourtant ... pourtant quoi ? Pourtant je me suis acheté tout ce que je voulais ? Bah non ... mais qu'importe. Pourtant je n 'ai pas à me plaindre ? On va dire ça. Pourtant ... pourtant et encore pourtant ...

Les choses ne se présentent jamais comme il le faudrait. Il suffit que j'ai envie d'un truc un peu simple et spontané pour qu'en ne l'ayant pas, la frustration n'en soit que plus pénible et que soit ainsi donné le signal de submersion. Oui, cette nuit, j'ai été submergé par les idées noires, par les pensées définitives qui serrent la gorge, par les perspectives qui rendent les yeux humides. C'est comme cela et cela passera ... Le fait est que cette nuit, j'avais plein de choses dans la tête, trop de choses indubitablement et surtout tant de choses dont j'ai l'impression qu'elles se cristalisent alors que je n'ai qu'une envie, qu'elles volent, qu'elles me laissent tranquille et qu'elles aillent fouetter d'autres chats que moi.

C'est probablement parce que je suis actuellement en pleine bascule, que je perçois le retour des mêmes fantômes, que je fais face aux mêmes blocages que l'on m'impose. Oui, j'aspire à plus de légèreté, de douceur, d'écoute et que me quitte ce sentiment qu'il faudra bien faire avec des choses que je ne veux pas/plus supporter.J'ignore si c'est conjoncturel ou plus, je vois arriver le mois de novembre que je n'aime guère et je perçois des signes qui ne me donnent pas confiance. C'est ainsi, c'est lundi et ... puis voilà.

Tto, pas dans le mood