EFaGz-QWkAA9J_p

2019 - BEST OF

Publié le 16 février 2011

Jacques Chirac a dit beaucoup de choses dans sa vie et pas forcément que des choses fantastiques. Je ne te rappelle pas son clin d'oeil aux électeurs du Front National lorsqu'il lâcha dans un meeting quelques mots sur le bruit et l'odeur ...

J'ai largement par le passé dénoncé l'homme politique aux convictions changeantes, aux stratégies consternantes, à la dissolution foirée, aux coups de sang inconséquents, aux affaires et aux arrangements multiples ... La présidence de Chirac laisse un peu dubitatif nonobstant les douze années qu'elle dura. Beaucoup mériterait d'être critiqué, beaucoup justifierait que l'on remette en perspective ... et pourtant, il traine comme une nostalgie à l'endroit de Chirac.

Sa bonhomie, son côté si franchouillard [décuplé parait-il en ce moment] et sa proximité laissent des regrets et la comparaison avec son successeur ne peut que renforcer d'être désolé de cette page aujourd'hui tournée. Le vieux lion avance inexorablement vers son crépuscule et avec lui une certaine idée de l'Etat. C'est paradoxal de concentrer autant d'ambivalences : Chirac n'aura pas été un grand Président ou pourtant, on le regrette ... Qu'importe, mon propos n'est pas là aujourd'hui.

Jacques Chirac [aujourd'hui à la fin de sa vie, que l'on dit difficile encore ce matin dans la presse] est considéré comme l'auteur de quelques bons mots ... "Cela m'en touche une sans faire bouger l'autre"  est assez connu. Une autre se vérifie à chaque élection : "On fait les cadeaux avant les élections et on décide les impôts tout de suite après." En mars 1988, Chirac est lucide en expliquant "Le courage, c'est de ne pas avoir peur", en 1993 dans LE FIGARO c'est moins fulgurant : "Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir." ... en vous remerciant ! A propos d'Edouard Balladur, il dira "Ce type, c'est quand même un remède contre l'amour, non ?" ... Toujours dans la finesse, "Vous savez, on greffe des foies, on greffe des reins, on greffe tout, sauf des couilles parce que l'on manque de donneur."  Pas faux hi hi hi ....
Lors d'un conseil des ministres, le Président Chirac a dit "On ne peut sans cesse dire n'importe quoi et s'étonner d'être en difficulté."

On a souvent dit qu'au plus fort de son opposition au Ministre de l'Intérieur [qui sera son successeur], il aurait confié à certains de ses conseillers qu'il convenait de lui marcher dessus avec le pied gauche, cela porte bonheur.

Ouais, je sais c'est bien tout ça mais je veux en arriver où ??? Je reconnais que mon introduction est bien longue [les meilleures parait-il], mais j'en viens au fait. Jacques Chirac, qui savait de quoi il parlait, a dit : "De toute façon, les merdes volent en escadrilles".