Les corps n'ont pas d'âgeCe n'est pas nouveau ... j'aime l'art figuratif et particulièrement lorsqu'il est question de figurer des corps. En cela, l'Antiquité comme certains peintres de la Renaissance constituent un festin pour mes yeux avides de tant de beauté et de tels transports. 

En arpentant, dans un état d'esprit des plus crépusculaires, le Pergamon Museum de Berlin, j'ai croisé tout ce que j'aime ... particulièrement dans l'annexe de celui-ci à quelques mètres de l'édifice principal qui est actuellement en travaux.

Le fait est que la statue antique, magnifiée dans cette collection et témoignant de la fascination des allemands pour l'érotisme du corps féminin mais aussi masculin [tendant clairement vers un homo-érotisme incontestable ... ce qui me va bien], sublime présentement tout ce que j'en attends. L'esthétique classique, voire néo classique, peut exaspérer ou l'on peut trouver que c'est trop idéalisant ... c'est une question de goût, un peu comme quand on m'explique que Caravage c'est morbide et sans intensité alors que je considère que c'est vertigineux de puissance. C'est d'ailleurs le trait d'union que j'observe entre ces deux passions artistiques qui m'habitent : la puissance.

Oh bien sur, le corps étant le sujet central et le vecteur d'un message politique sinon personnel, je n'oublie pas tout l'irréalité de certains éléments ... pas plus que certains tableaux impressionnistes qui n'évoquent pas grand chose chez moi.

Là, au Pergamon Museum, j'ai croisé des sculptures d'une intensité rare ... me faisant me souvenir de la collection de la Villa Borghese de Rome où les cuisses et les fessiers de certaines divinités pouvaient clairement éveiller chez n'importe qui le désir, fut-il contraire aux habitudes. C'est d'ailleurs avec une telle constance que je suis ému par des corps d'hommes mais aussi des corps de femmes dont les formes me rappellent des aventures passées dont il est tellement bête de nier l'intérêt.

IMG_4797

Prends déjà ce buste de Zeus, le Dieu des dieux ... presque ventripotant. Je le trouve incroyablement désirable et beau. Il est, chose pas si fréquente, assez barbu et même très chevelu. Son corps est dessiné comme celui de quelqu'un sur lequel ta bouche ne désire qu'aller explorer la moindre parcelle. Le bas-ventre est en plus une promesse, a fortiori quand on envisage la disposition du sujet ...

IMG_4793 IMG_4800

Il est loisible de me faire le procès de l'art sexuel ... sauf que les visages m'évoquent également plein de choses, notamment les deux ci-dessus étant tous deux des têtes d'hommes. Le premier est sévère voire foudroyant nonobstant le fait que les yeux ne soient pas figurés [à l'origine, ils étaient peints, rendant alors la figure certainement plus expressive], le second est d'une sensibilité quasi androgyne.

IMG_4794 IMG_4795 IMG_4796

Pourquoi refuser également de se faire du bien en regardant le détail des muscles, des formes avantageuses, des éléments arrachés par le temps et qui laissent libre cours à l'imagination ? Pourquoi détourner le regard et ne pas avouer que l'image dont on dispose aujourd'hui s'agissant de la culture du corps dans l'Antiquité est très érotisée ? J'adore les Saint Sébastien sculptés ou peints, pourvu qu'ils soient figuratifs, parce qu'ils permettent une torsion du corps qui en fait ressortir tous les attraits. Bah là, c'est pareil ...

IMG_4798Tout est beau ... même le drappé est sublime à tel point que je reste souvent statique parce qu'autorisé à me repaitre de tant de belles choses correspondant autant à ce que j'aime.

On notera également que la mise en scène des scultpures, jouant avec des effets de luminosité voire de couleurs pour certaines, est particulièrement propice au transport qui n'est pas amoureux mais voluptueux.

csm_9_20181116_Pergamon-Ausstellung_PrometheusHerakles_18x13_Foto_Tom_Schulze_c_asisi_xl_a2f4f5def8Alors oui bien sur, ça permet de voir aussi des formes de fesses, des verges plus ou moins charnues, des tétons qui pointent suffisamment pour projeter je ne sais quelle fantasmes que l'on a dans la tête ... oui, c'est souvent ainsi que je me perds dans les méandres de mes pensées fugaces mais terriblement licencieuses. J'aime beaucoup les musées pour cela parce que j'ai l'impression que j'y suis totalement autorisé comme lorsque je vais voir une exposition de photos de nus ou même lorsque j'arpente "Le modèle noir" au Musée d'Orsay à Paris qui présentait des corps d'ébène d'une sensualité impresionnante [il faudra d'ailleurs que je te parle du gros livre sur le sexe et la colonisation que j'ai acheté à cette occasion ... ça va être un délice, je le sens].

Pourtant, je ne me fixe pas seulement sur des bites ou des culs ... la preuve : la pièce la plus émouvante de ma visite de dimanche à Berlin a été une tête de femme, d'une mélancolie sidérante.

IMG_4801

Tto, qui aime le corps ... et qui s'en fout de l'âge