P!nkC'était donc hier soir un grand moment attendu, c'était donc hier soir je devais retrouver celle qui avait émerveillé mes yeux il y a tout pile dix ans quand je l'avais vue à Bercy. C'était hier aussi l'occasion de m'en megtre plein les yeux et au delà des espérances.

Oui, hier soir, P!nk donnait son unique concert en France, à la U-Arena de Paris La Défense et le moins que l'on puisse dire c'est que les 40.000 spectateurs de la salle en ont pris pour leur grade : voilà ce que c'est un vrai show comme il le faut.

En comparaison avec ce que la salle a pu proposer récemment et qui donna lieu à un déluge de compliments, on ne peut qu'inviter les gentlemen Farmer à remettre vaguement dans son contexte le tour de chant de Mylène. Hier soir, P!nk avait mis beaucoup sur scène et l'univers de la chanteuse est toujours aussi rock, pop et physique. Le moins que l'on puisse dire c'est clairement qu'elle ne s'économise pas  et ne met pas une heure pour démarrer : le diesel, P!nk ne connaît pas trop.

Arrivée suspendue dans un lustre, elle a enchaîné ses tubes [certains étant parfois déconcertants mais "Fun House" est toujours un truc particulier pour moi] et a donné de quoi satisfaire les oreilles de ses spectateurs avec des projections aériennes, du feu d'artifice, du feu tout court et même quelques intermèdes judicieusement positionnés pour autoriser les changements de costume ou d'univers. Du coup, on n'a pas le temps de parcourir plus de cinq secondes de silence [donc trois fois moins que Mylène Farmer ... oui oui, ça fait une petite différence] et on bascule d'un "Beautiful Trauma" à un "So what" toujours aussi efficace.

Tout est calibré certes mais tout est digeste et ne sent pas le surfait ... puisque le public peut même entonner l' "Hymne à l'amour" à al grande surprise de la chanteuse qui s'interrompt tout en ramassant les cadeaux qui lui sont projetés sur scène.

Avec P!nk, on s'attend toujours à des choses incroyables et avec le temps et le nombre de concerts que j'ai pu faire d'elle, on finit par ne plus être surpris puisqu'à force de l'avoir vue plonger dans une piscine, virvoleter ici ou là, faire fusion avec un beau danseur noir au sourire ravageur ou que sais-je encore, oui on en prend plein les yeux. Le final d'hier soir n'était pas nouveau mais l'mapleur de la salle a permis de donner à la scénographie une dimension incroyable. Oui, P!nk s'est baladée dans les airs pour se rapprocher de tout son public et l'impression visuelle était à couper le souffle.

Du coup, c'est un peu fracassé qu'on ressort de plus de deux heures de show avec un "CHAUD" majuscule et je t'avoue me réjouir de la revoir dans quelques jours dans une autre configuration ...

Tto, qui a toujours P!nk