2018 - LA PREMIERE FOISC'est peut-être de là que remonte cette affection si particulière pour les objets publicitaires ... J'avais exactement onze ans, j'étais fasciné par la révolution qui s'annonçait sur les écrans [LA CINQ venait de débaucher Sabatier, Sébastien, Collaro et Bouvard et TF1 basculait dans le privé] et je m'amusais à recréer des univers similaires dans ma petite chambre de pré-adolescent tout émerveillé par les paillettes et le rêve des planchers lustrés des studios de télévision où se reflétaient les smoking de Drucker et Foucault. Oui, c'est un miroir qui m'a tellement plu que j'ai longtemps eu envie d'en faire mon métier sans vraiment y croire parce qu'il aurait fallu composer avec l'injustice et le sentiment immodeste que je valais mieux que tous ceux qui avaient la place.

Pourtant, dès le printemps 1987, j'ai pris ma plus belle plume et j'ai commencé à écrire à TF1, Antenne 2, FR3, CANAL+, LA CINQ et M6 pour savoir s'il ne serait pas possible de m'envoyer en retour des autocollants ou des affiches.
On pourra trouver cela vain, ridicule et même assez inepte ... pourtant, c'est à ce moment là qu'a commencé cette habitude que je prenais environ tous les deux ans de faire la tournée.

En retour, on m'envoyait des autocollants, des photos dédicacées, des dossiers de presse ou que sais-je encore. Et quand je recevais du courrier avec une belle enveloppe à l'image de la chaîne qui me répondait, je prenais cela comme un trésor. Mon coeur battait plus vite, j'étais tout rouge, je montais m'isoler dans ma chambre et j'ouvrais alors le précieux courrier dans lequel je découvrais avec émoi les merveilles qui m'étaient envoyées [et qui pourtant ne coûtaient pas grand chose mais comblaient vraiment le garçon que j'étais].

Avec le temps, j'ai tout regroupé dans un beau livre ... que je conserve jalousement comme un grimoire de trésors.
Tu n'imagines pas comment certains autocollants sont ma fierté.

Tto, fétichiste