An IIJ'avais plein de jeux de mots pour mon titre comme "la cordillère des An II", plein de variantes comme "Et de deux !" ou que sais-je encore et puis j'ai fait dans le classique, le basique. 

Voilà tout pile deux ans, jour pour jour, que Zolimari a dit "oui" et moi aussi en retour. Voilà plus de 63 millions de secondes que nous sommes passés à cette étape supérieure qui ne change rien tout en changeant tout malgré tout. Voilà plus d'un million de minutes que j'ai une alliance au doigt et que je trouve que cela me va superbement bien. Voilà près de 17.515 heures que nous avons pleuré en entrant dans la salle de réception de la mairie, tous les deux en même temps. Voilà 729 jours que notre rendez-vous du 30 janvier 2007 a donné une signature sur un registre d'état civil et deux jolies mentions en marge de nos actes de naissance respectifs. Voilà 104 semaines que nous avons basculé dans une forme de normalité banale permise par François Hollande. Voilà exactement 24 mois à 15 heures que nous avons eu un sourire de malade et que j'ai senti énormément de bienveillance autour de nous.

Deux ans viennent donc de s'écouler et je regardais encore quelques photos de cette journée, de celle qui suivit et des cinq jours subséquents qui nous permirent d'exiger de nos témoins qu'ils nous accompagnassent à Malte pour un premier voyage de noces avec eux. En décembre, nous avons fait le second voyage de noces en Antarctique ["Nan mais vous ne faites vraiment rien comme tout le monde en fait : vous mettez vos témoins dans un avion avec vous le lendemain du mariage et après, vous partez en amoureux non pas au soleil mais là où il fait le plus froid sur Terre !!!" nous lança jadis une amie sidérée] en cabine de mariés en plus !

Oh bien sur, tout n'est pas toujours facile et ceux qui croient que la vraie histoire d'amour d'une vie est un long fleuve tranquille obligatoire vont au devant de désillusions. Je l'ai toujours dit : la vie à deux, c'est comme la météo ... à la grisaille et aux orages succède le beau temps nonobstant les nuages et quelques ondées. Le tout, c'est de faire en sorte de rechercher le beau temps et, comme avec la chance, c'est en faisant ainsi qu'on profite des éclaircies, des rayons réchauffants du soleil et de la plénitude du ciel bleu.
Un ami [qui était présent il y a deux ans] m'a dit "Oh la la, mais vous êtes le couple Disney tous les deux". J'ai toujours confié mon incrédulité à cet égard sauf qu'à la lumière des deux années qui viennent de s'écouler et postérieurement aux dix années précédentes, ce qui nous rassemble est fort voire très fort. Pour moi, il a changé quasiment tout son logiciel même si certaines lignes de code reviennent avec insistance. Pour lui, j'ai tout fait exploser dans ma vie parce que le jour où j'ai cru l'avoir perdu, j'ai compris que ma vie sans lui ne rimait pas à grand chose. La jalousie de certains a failli nous terrasser mais nous sommes toujours parvenus à en sortir par le haut, à grandir l'un avec l'autre au point que quand l'un de nous deux chavire, c'est la main de l'autre qu'il cherche désespérément pour le remonter à la surface.

C'est finalement cela la simplicité de l'évidence, la délicatesse d'une certaine authenticité et la force de la flagrance.
Aux noces de cuir du second anniversaire, je déclare nos noces queer.

Tto, queer as folk