Vignettes 2018C'est en sortant de ce wikende pantagruélique que j'entame la journée mondiale sans régime. Alors oui, pas besoin d'une journée mondiale ... j'ai fait à peu près n'importe quoi.

Pizza samedi soir, deux apéros, tapas hier soir ... bref, c'est la grosse cata au point que je n'ai pas pu finir ma pizza samedi soir parce que mon corps a dit stop. C'est rigolo quand même de se dire qu'on atteint peut-être une limite, peut-être un pallier haut ... Faut être clair, j'ai rarement été aussi enveloppé nonobstant ce que me disent certains. J'entends bien les remarques acerbes sur le fait que je gonfle, j'écoute les conseils de mon ostéo qui me dit qu'il faut faire quelque chose mais voilà ... je suis fatigué en fait.

Intrinsèquement, en dehors des raids sur du chocolat, je suis assez raisonnable et donc je ne mange pas grand chose qui soit susceptible de m'assigner un tel tour de taille. Et pourtant, ça ne descend pas. Tu me diras qu'il faudrait que je me bouge ? Sauf que courir dans cet état, je me fais du mal aux genoux assez vite. "Il faut surtout que vous fassiez un truc qui vous plaît Tto" m'a lancé mon ostéo et c'est un peu là le souci : je n'ai jamais vraiment aimé le sport, j'ai toujours préféré une pratique sportive solitaire et j'avoue qu'il n'y a pas grand chose qui m'électrise. Donc je cherche et le coach pourrait être une option que Zolimari et moi pourrions choisir.

Journée mondiale sans régime donc aujourd'hui ... Ok mais non. Je pense que le problème n'est pas trop le régime, c'est simplement que je sature de ma vie, que le changement de travail devrait aider à faire en sorte que l'étau se desserre un peu pour rendre les choses plus digestes. Il faudrait aussi que je fasse une "Slim action", phase d'attaque super dure mais qui assèche et motive. En fait, je pense que le déclic serait une perte de 5 kg, étant toutefois précisé que je n'ai qu'une dizaine de kilos à perdre mais c'est précisément cette dizaine qui fait toute la différence.

J4ai repris de volée quelqu'un qui s'amusait de mon état dernièrement et qui me répondit, avec incrédulité, que je le disais bien moi-même. Ah oui, mais c'est exactement ce que précisa mon frère, si je le dis moi-même c'est que je me l'autorise mais cela ne vaut pas licence à tous et surtout cela ne veut absolument pas dire que je suis super à l'aise ou encore que je le vis de la meilleure des façons.

J'ai supprimé la balance chez moi, je n'ai plus que le tour de mon pantalon comme baromètre et je vois bien que cela ne s'arrange pas. Les costumes dans lesquels il est illusoire de rentrer s'accumulent mais je les conserve au cas où, par providence soudaine, je parvienne bientôt à rentrer dedans.
Je vais quand même tenter quelque chose.

Tto, patapouf