Diapositive14

X jours BAMBOU MAGIQUE

Comment aurait-on pu passer sous silence, dans un Pop-UP dédié aux Dix jours du Bambou magique, cette prouesse rendue publique il y a quelques semaines ? Impossible et c'est grâce à la British Library que le Guardian a expliqué qu'un fonds de 2.500 livres érotiques a été numérisé et mis en ligne. Ce n'est pas l'Index librorum prohibitorum du Vatican mais c'est un fonds conséquent. Ces livres étaient d'abord regroupés et stockés dans les placards de la salle du gardien dès les années 1850 car jugés inappropriés "à cause de leur caractère estimé obscène" a déclaré Maddy Smith, conservatrice des collections imprimées. "Des ouvrages ont été ajoutés tout au long du XIXe siècle, mais les livres n'ont été libérés qu'en 1960, lorsque les esprits ont commencé à s'ouvrir à la sexualité." La collection numérique comprend les célèbres livres Merryland, dont A New Description of Merryland, attribué à un certain Roger Pheuquewell [jeu de mots pour "fuck well" donc queutard, alors que le vrai nom de l'auteur est Thomas Stretzer], une série de romans érotiques du XVIIe siècle décrivant l'anatomie féminine comme une terre prête à être explorée, voire "labourée". 40 exemplaires du roman de John Cleland, Memoirs of a Woman of Pleasure, plus connu sous le nom de Fanny Hill, considéré comme le premier roman pornographique écrit en anglais publié en 1748 s'y trouve également. Évidemment, on trouve aussi des ouvrages narrant les amours homosexuelles comme "Teleny or The Reverse of the Medal", roman érotique publié en 1893 attribué à Oscar Wilde qui raconte la relation tragique entre un jeune français et un pianiste hongrois, considéré comme l'un des premiers textes érotiques anglais à aborder aussi explicitement l'homosexualité. Cette collection "Private Case" est accessible depuis 1960, mais le projet de numérisation avec l'éditeur Gale la rend désormais disponible à tous, par abonnement aux bibliothèques et aux établissements d'enseignement supérieur, ou gratuitement dans les salles de lectures de la bibliothèque. C'est ici que tu peux aller regarder ce qui s'y trouve et apprécier la richesse du fonds.

Diapositive15

2018-bbooks-graphic-1

On aurait tort de croire que tout va bien dans le monde de la pop-culture, surtout aux États-Unis où tout est sujet à explique que la liberté d'expression est une pierre angulaire de la démocratie. Le rapport sur la censure aux États-Unis en matière de livres est édifiant et se trouve synthétisé ci-contre. Tu retrouveras ici le "palmarès" des années 2018 et précédentes ... Pour 2018, voici le top 11 en vidéo ... 

1. "George" d'Alex Gino, qui raconte l’histoire de George un petit garçon qui a la certitude d’être une fille, est censuré parce qu’il décrit l’anatomie masculine, qu’il parle des personnages transgenres "créant de la confusion chez les enfants " et les "encourageant à modifier leur corps en utilisant des hormones ". 
2. "A Day in the Life of Marlon Bundo" de Jill Twiss, illustré par EG Keller, raconte une journée fictive dans la vie de Marlon Bundo, le vrai lapin domestique du vice-président des États-Unis, Mike Pence. Mais le lapin tombe amoureux d’un autre lapin, Wesley. 
3. La série "Captain Underpants" de Dav Pilkey a été censurée pour son "humour perturbateur " et pour l’inclusion d’un couple homosexuel [tu peux retrouver cette série en France sous le titre "Les aventures du capitaine Slip"]
4. "The Hate U Give"  d'Angie Thomas a été censuré car jugé "anti-flic" mais aussi "blasphématoire" en plus des usages de drogue et des références sexuelles. 
5. "Drama" de Raina Telgemeier est un roman graphique qui raconte l’histoire de Callie, une collégienne et amatrice de théâtre qui travaille dans la compagnie de son école. Il a été censuré du fait de l’inclusion de personnages LGBTQIA + et la censure a été jusqu'à des écoles canadiennes.
6. "Thirteen Reasons Why" de Jay Asher, adapté pour NETFLIX en télévision, a été censuré par encourageant le suicide adolescent. 
7. "This One Summer" de Mariko Tamaki raconte l’histoire de Rose, treize ans, qui fait l’expérience de ses premiers amours et de ses premiers désirs. La censure y a vu du "blasphème" et  de l'"inclusion de références sexuelles ". La parution en France s'est faite sous le titre "Cet été-là".
8. "Skippyjon Jones" de Judy Schachnere est une série de livres d’images pour enfants, censurée parce présentant des "stéréotypes de la culture mexicaine".
9. "The Absolutely True Diary of a Part-Time Indian" de Sherman Alexie, qui raconte les péripéties de Junior, un jeune Indien Spokane né dans une réserve, a été censuré pour "références sexuelles", "profanations" et "violence". Le livre a été édité en France sous le titre "Le premier qui pleure a perdu".
10. "This Day in June" de Gayle E. Pitman, est une célébration de la communauté LGBTQIA+ qui regorge de faits historiques et culturels, mais aussi d’une note aux parents qui explique comment aborder toutes les sexualités. Il a été censuré et a même fait l'objet d'autodafés. 
11. "Two Boys Kissing" de David Levithan est un roman jeunesse qui raconte l’histoire de Harry et Craig, deux jeunes adolescents de 17 ans qui s’apprêtent à prendre part à un marathon de 32 heures de bisous visant à établir un nouveau record Guinness World. L’ouvrage a été brûlé au cours d'autodafés. 

Diapositive5Dimanche soir, c'est enfin le grand retour de "Game of thrones", la série la plus piratée au monde, la plus regardée en bonge-watching et la plus osée aux dires de critiques qui y voient le dernier rendez-vous sociétal autour duquel les gens vont se rassembler pour regarder la confrontation finale. On attend une audience du tonnerre pour HBO [diffusion simultanée sur OCS à 3h du matin dans la nuit de dimanche à lundi et à 20h40 sur OCS lundi]. Puisque l'édition Bambou magique est de rigueur, pourquoi ne pas revenir sur les moments les plus horrifiques pour les marcheurs blancs ... les moments les plus chauds des sept dernières saisons ...

Diapositive12On parle décidément beaucoup de livres dans ce numéro spécial Bambou magique. "L'inspecteur et l'inverti" est une publication récente qui décrit le comportement de la police face aux sexualités masculines de 1919 à 1940. Le Paris interlope où l'homosexualité était tolérée dans la frénésie de l'entre-deux guerres donne lieu à un ouvrage publié aux Presses Universitaires de Rennes qui décrit l'exubérance et les comportements transgressifs, faisant des rues parisiennes un véritable lieu de rencontre entre hommes à ciel ouvert. Les forces de police, sillonnant les rues, constituent un témoin original de ces rencontres et jouent un rôle de régulateur. Cet ouvrage s’intéresse ainsi au contrôle policier des sexualités masculines à Paris entre 1919 et 1940. 

La Brigade Mondaine est à la manoeuvre et c'est l'occasion d'aller lire le très bon article de Retronews sur la Mondaine dans les rues de Paris dans les années 1920. Écrit par l'auteur du livre, voilà une immersion avec coupures de presse qui donnent également le ton et fleurent bon l'ambiance particulière.

Diapositive13

49444709_704664766601587_5537952701435871232_n-1Et puis ... comment ne pas finir sans mettre dans ton agenda le "London Porn Film Festival" qui se déroulera du 26 au 28 avril prochain dans la capitale bexiteuse. Lina Bembe sera l'invitée d'honneur de la manifestation qui proposera des films, des ateliers de travail et des conférences de  réalisateurs de films féministes queer. Le programme est disponible ici.

Diapositive20