Diapositive2C'est curieux mais en imaginant le contenu de la désormais passe rituelle des dix jours du Bambou Magique, j'ai eu dans la tête une chanson pour le moins incongrue.

Oui, en modélisant les rubriques et ce que j'allais bien pouvoir te raconter pendant la décade qui procède davantage d'une décadence que d'autre chose qu'une chanson de Dorothée m'est venue dans la tête. Puis, en cherchant la base-line de cette série de billets fripons, Jane Birkin ["La Décadence"] est venue se mêler à tout cela. Je ne te raconte pas le bordel, une vraie partouze dans une backroom : y en a partout et on ne sait plus à qui appartient quoi.

 

Et même que je me suis surpris à réécrire les paroles dis donc ...

Diapositive1

Pour plaire à toi cochon
Et ça remue tous les caleçons
Il faut dégoter sans façon
Bites et quéquettes
Et en prendre plein la tête
Être le roi de la nique
Pour ce soit bien sympathique
Et puis aller de bas en haut
Raies, miches, pas molles, fuck, jouir, très chaud

Il faut un bambou : eh bien ça c'est très bien
Et puis des billets : tu vas te régaler 
Alors il faut y aller
Tous ensemble sans hésiter
D'abord à l'unisson
Pour performer comme des fripons

N'empêche que ... bâtir les dix jours du Bambou Magique, ce n'est pas seulement donner du mec à poil et parler de trucs cochons tous les jours. C'est tout de même un peu plus subtil même si l'angle est clairement dirigé en dessous de la ceinture. Ah ça, il peut exploser une bombe nucléaire, on n'en parlera qu'après le 18 avril !!

Donc oui, j'ai fait comme tous les ans [tu peux aller relire les précédentes éditions ici, ici et ici notamment], j'ai construit une petite grille faite de ratages de dick-pics [c'est toujours un grand moment], il y aura aussi des potins mondains très en dessous de la ceinture, un Pop-UP dédié et je ne parle pas du TGIF qui confinera à l'obsession mono-maniaque. Le lundi aussi, on jouera sur la thématique avec "Sperm-onday" et puis plein d'autres choses sont prévues aussi ...

"Ah ouais, tu fais ça pour remonter les audiences ..." me lançait-on récemment quand j'ai dévoilé que les "Dix jours du Bambou Magique" allaient revenir cette année encore. Oui bien sur, on pourrait le croire sauf que ce n'est pas vrai. Ce n'est pas que je veuille remonter des audiences [elles vont très bien merci comme on peut le voir ci-contre], c'est simplement que cela ne fonctionne pas tant que cela. Généralement même, les dix jours du Bambou Magique sont même souvent une période dite de ventre mou. On dit que le sexe fait vendre et booste, je t'assure que rien n'est automatique. Et pourtant, je le fais quand même ?

Oui, ce n'est pas non plus une souffrance ... Il n'est pas franchement un mystère qu'il s'agit d'une matière qui m'allèche particulièrement. En outre, au regard de la ligne délibérément grand public et s'agissant de contenus réservés à un public familial, je m'amuse tous les ans à titiller la ligne jaune, à encanailler ce qui peut être consulté ici et même à empourprer les yeux pleins de mansuétude de celles et ceux qui vont encore soupirer "Rhooo, quand même ..." avec une bienveillance dont je les remercie. Les billets "Bambou Magique" se sont raréfiés, ce qui rend d'autant plus juteuse la décade qui se profile, une sorte d'explosion [mon propos d'aujourd'hui étant finalement destiné à faire monter la sauce ... en tout bien tout honneur].

Au surplus et ce n'est pas neutre, cela me décroche du rythme installé des billets d'humeur de la semaine ... cela me focalise sur autre chose et, en définitive, je n'aime rien autant que cela parce que cela rompt avec une sorte de routine [ce qui explique aussi le tronçon des saisons estivales ou des respirations de fin d'année]. Pour éviter de me lasser moi-même, je me délasse et me vautre dans une luxure visqueuse en prenant bien soin de tout bien laisser dégouliner.

Comme dirait l'autre ...

Vivement lundi

Tto, tout chaud