Arbre génial alogiqueDe façon non réfléchie, quasi instinctive, il y a 10 jours quand j'étais chez mes parents et parce que ma Môman venait de me poser une question sur une aïeule, je me suis reconnecté à un site de généalogie où j'avais publié pas mal d'informations recueillies jadis au gré des travaux de mon oncle et de ce que j'avais réussi à récolter soit en arpentant les cimeterres ou alors en m'abîmant les yeux devant des registres numérisés.

Et là, en atterrissant sur cette base de données, je me suis rendu compte que quelqu'un m'avait envoyé un message le 1er janvier 2018 au sujet de l'un de mes ancêtres. Ma Môman me rejoignant quelques secondes plus tard, je lui montre et nous décidons de répondre ! Du coup, le Monsieur en question m'a répondu dans l'heure qui suit et c'est ainsi que j'ai repris avec une énergie décuplée mes recherches et toutes les pistes que j'avais laissées en suspension depuis plusieurs années.

Parce que oui, j'adore ces travaux non pas pour le plaisir de le faire mais aussi parce que cela me passionne dans la mesure où mon arbre est singulier, donc mon histoire familiale l'est également.

Toutes les familles le sont ? Certainement mais pas autant à mon sens ...
Si je te dis que mon arrière grand-mère du côté paternel connaissait très bien mon arrière grand-mère du côté maternel puisqu'elles étaient la même personne, ce n'est pas banal.
Si je te dis que la mère de mon père est la demi-soeur du père de ma mère, ce n'est pas davantage banal.

Bah voilà, des histoires comme celles-là, mon arbre généalogique en regorge et je te passe les générations où des soeurs se mariaient avec une fraterie d'une autre famille, entremêlant les arbres et les destinées des uns et des autres. Parce que cela me fascine, parce que cela me permet de remonter l'Histoire avec un grand H, de me nourir des livrets miliataires qui évoquent des statuts de prisonniers en Allemagne pendant la Première Guerre Mondiale, parce que je croise les destins et vies de ceux dont on me parle depuis que je suis tout petit avec des histoires incroyables [celui-ci fit mourir sa femme de faim, celui-ci est mort en étant fou, celle-ci est morte en couche et une photo de son cadavre avait été prise, celui-ci fut exécuté à la Bastille, celui-ci fut guillotiné pour entente avec les royalistes, etc ...], je baigne avec passion dans tout cela en ayant finalement un regret : que les gens qui pourraient m'éclairer ne soient plus là pour le faire parce que je ne peux plus m'appuyer que sur les registres dans lesquels des informations figurent encore pour autant que je parvienne à les déchiffrer.

Depuis dix jours, je suis happé, transporté et vampirisé par ces histoires qui m'ont permis de faire grossir à 400 individus l'arbre de mon histoire. J'ai la chance d'appartenir à une famille dont le passé est riche, dont les branches se mêlent à un point qui permet d'envisager tellement de choses, y compris qu'il est maintenant clair que j'ai des cousins très éloignés qui vivent à New-York, d'autres qui furent parents avec un musicien anglais célèbre ... cette famille est une partie de l'Histoire, ce dont j'ai toujours été persuadé au fond de moi. D'ailleurs, le nom de famille de ma mère est clairement un ancien nom noble dont la particule est tombée pour une raison qui m'échappe encore. 

Naturellement, cela remue beaucoup de choses et, puisque je n'ignore pas certains secrets de famille, je vois bien que je touche du doigt d'autres secrets parfois encore plus inavouables. Ainsi en est-il du père de la cousine de mon propre père ... voilà bien un destin qui m'occupe beaucoup en ce moment et plus j'avance, plus il m'inspire. Outre le fait qu'il fut beau garçon, tout n'est qu'ombre et doutes à son sujet jusqu'au point que sa disparition est entourée d'un épais brouillard dont j'ai retrouvé la trace hier soir en parcourant [un peu au hasard] un registre dans lequel j'ai retrouvé trace de son décès ... très loin de sa famille, au moment où il allait être père. Si j'ajoute qu'il a clairement été rayé de toute existence au point que ses restes ne figurent même pas sur la sépulture dans laquelle il repose, cela excite ma curiosité et en fait un personnage de roman, un roman dont au cours de la nuit, j'ai commencé à poser quelques base. Eugène sera probablement le centre de ce roman que j'ai tant de mal à écrire [mais il faudrait que je me pose un peu pour cela ... et là, ça bouillonne trop !].

Zolimari, que j'ai intégré à mon arbre [et du coup, je me penche sur sa propre généalogie], trouve vertigineux que j'y passe des heures et que nous nous appelions avec ma Môman plusieurs fois par jour pour qu'elle me raconte ce qu'on lui avait dit ... il faut dire que je l'ai mise à identifier de vieilles photos trouvées dans des cartons pleins de poussière. Plusieurs visages m'évoquent des choses, plusieurs  photos racontent déjà à elles seules toute une histoire. Petit à petit, je documente, je trouve des choses, je remets en lumière des histoires tombées dans le catafalque de l'oubli ... tout faire-part, toute photo glanée ici et là, toute recherche généalogique qui coïncide avec les miennes me gonfle de motivation et, puisque je suis remonté à 1603 avec un ancêtre qui porte le même nom que mon frère, je vais bien finir par retrouver d'autres trésors extraordinaires différents de ce fameux héritage de 50.000 francs or qui fut refusé par mon arrière grand-mère et qui aurait fait de moi, aujourd'hui, un riche new-yorkais. J'aime ces petits histoires qui font aussi la grande Histoire. J'ay mets autant d'ardeur que le temps presse ...

Tto, qui est probablement celui qui connaît le mieux l'arbre généalogique de deux grandes familles