La curieuse destination

Certes, c'est loin.
Certes, c'est improbable.
Certes, c'est le bon moment.

Mais le propre de l'Antarctique, c'est aussi que c'est un endroit peu exploré en comparaison de tant d'autres. C'est aussi le goût de l'inconnu [le fait qu'il n'y ait pas de guide du Routard ou un Lonely Planet sur le sujet me plait énormément] qui me ravit parce qu'il y a là une évidence : celle du lâcher-prise obligatoire.

Je ne conduirai pas le bateau, je me laisserai aller au gré des conditions météo et des planifications diverses et variées qui seront envisageables. Oui, finalement, c'est un peu ce que je cherche : du vrai repos même si, à la lumière des dernières nuits, mes suppliques pour que les ronflements de Zolimari n'hypothèquent pas mon sommeil n'étaient pas vaines. Oui mais voilà, l'égoïsme et le déni sont deux adversaires coriaces.

J'ai aussi envie de bout du monde. Ce n'est pas que je me sente une âme de Magellan ou je ne sais quel explorateur [que je ne suis objectivement pas du tout], j'ai seulement envie de m'éloigner de tout un tas de choses opressantes au plus haut point et c'est en cela que ce voyage tombe à pic.

Côté météo, il fera 21°C à Buenos Aires lorsque nous y serons et le jour d'après, il fera 13°C à Ushuaia sans qu'il ne pleuve. Bien naturellement, je m'attends à de sacrées descentes de froid, du vent en pagaille et c'est un peu ce que j'espère : êtrre saoulé par le vent, par ces bourrasques plus fortes que mon entêtement à les affronter sur le pont d'un bateau filant tout droit vers quelque chose que l'on ne voit pas, vers l'infini d'un océan qui n'en finit plus. Oui, j'ai besoin de me vider la tête avec tout cela.

carte antarctique

Lors de la remontée du passage de Drake [la lessiveuse du monde ... là où sur près d'un milier de kilomètres, les deux océans se rencontrent et que les conditions sont les plus extrêmes], je vais probablement en baver et être malade comme un chien mais l'envie d'affronter la légende d'un cap Horn et des conditions dantesques qui ont fait sa renommée est trop forte. Pourquoi m'infliger cela ? Parce que je n'ai qu'une seule vie et que j'ai envie de tout vivre à fond, sans rien avoir à regretter et ce voyage en est une illustration flagrante là où tant d'âmes charitables m'expliquent qu'ils auraient préféré une paillotte aux Maldives.

antarctique peninsuleEn cela, je rejoins Zolimari qui a eu l'idée de ce voyage [après que je l'eus trainé au salon du tourisme où nous nous arrêtâmes sur le stand du Ponant et nous fûmes absolument impressionnés que l'on puisse observer la péninsule Antarctique de si près]

Il est probable que je sois décomposé en rentrant, miné de revenir à autant d'inutilités étriquées après avoir goûté à tant d'immensités et de silence. Je ne te cache pas que je redoute déjà le retour, même avant d'être parti mais c'est le prix à payer. Je sais aussi que nous ne ferons ce voyage qu'une seule fois dans notre vie et que nous avons la chance de pouvoir le faire.

Si tu n'es pas arrivé(e) au bout des curiosités intrinsèques du continent paradis blanc, je t'invite à faire le test qui t'en apprendra de belles et de sacrées sur un sujet assez inconnu.

Evidemment, je n'oublie pas la faune que nous allons croiser une faune unique, incroyable et qui, je l'espère nous accueillera pour autant que nous ne la dérangions pas trop. Vraiment, j'ai hâte ... je suis curieux de tout cela. Et la curiosité est une chose à laquelle j'ai beaucoup de mal à résister.

Tto, qui compte les heures