2018 - LA PREMIERE FOIS

Si tu as manqué le début : première partie

Engoncé ans mon canapé, dans une tenue assez décontractée pour ne pas dire ostensiblement dévêtu, je m'apprétais donc à passer une soirée canapé/télé au creux de ce mois de décembre qui annonçait la fin d'une année riche en rebondissements.

C'est alors que mon meilleur-téléphone-du-monde m'alerta que je venais de recevoir un message et tandis que j'avisais l'écran pour savoir de qui provenait ledit message, je m'aperçus qu'il s'agissait de mon assistante.

"Diantre" me dis-je intérieurement ! Qu'est ce qui justifiait que je reçoive à cette heure-ci un message un jeudi soir, ce 19 décembre 2013 ? Allait-elle m'annoncer qu'elle ne pourrait pas venir demain matin parce que son poisson rouge était souffrant ? Du coup, ma curiosité étant piquée, j'ai tout de suite regardé de quoi il retournait. Et je ne fus pas déçu alors que l'on peut dire, sans vraiment exagérer que je m'attendais à tout la concernant, là ce fût ...
comment dire ...

Texto 01

Oui heureusement que notre collaboration se terminait en effet ! Ne voilà-t-il pas qu'elle était donc tombée sous mon charme alors que je n'avais rien fait sinon que de l'écouter [ce dont elle n'avait pas nécessairement l'habitude, j'en conviens] et que j'avais refusé le rapport de force qu'elle installait avec tout le monde.

Il ne restait que quelques jours à travailler ensemble avant qu'elle ne rejoigne Londres pour une formation en anglais au sujet de laquelle je l'avais, clairement, chaudement encouragée.

Je sais d'expérience qu'il ne fallait pas tarder à répondre sinon ça pouvait prendre une sacrée mauvaise tournure cette histoire et j'avais déjà compris qu'elle pouvait, telle le lait sur le feu, provoquer une catastrophe si l'on n'y faisait pas attention. Ma réponse fut donc laconique mais suffisamment bien calibrée pour que l'on n'y revienne plus et que le déjeuner de départ, au cours duquel je soulignais naturellement d'inévitables regrets de la voir partir, se passe dans la meilleure ambiance possible.

Image-1

Lorsqu'elle me fît la bise en partant, elle me regarda les yeux pleins de larmes en me disant "Merci ... vraiment merci".

Tto, qui adore ces choses-ci de la vie