Marmande, quelques jours d'arrêt

Je ne cesse de le dire [et finalement d'en apporter la preuve irréfutable à longueur de billets] mais je n'ai qu'une parole et j'avais promis à mon oncle [à l'occasion d'échanges houleux au sujet de mon mariage] que je viendrai à sa rencontre avant qu'il ne se soit écoulé une année après la cérémonie, c'est donc chose faite.

Le wikende dernier [le vendredi matin à 07h40 pour être précis], c'est exactement ce que j'ai fait. Avec Zolimari, nous avons pris le train et hop, bravant la tempête des grèves et l'incertitude en résultant, on a décidé de traverser pratiquement toute la France pour aller passer quelques jours à Marmande, chef lieu du Lot-et-Garonne.

Oh, ce n'est pas la première fois que je vais là bas, et surtout pas la première fois que je vais les voir. Il est vrai que les histoires de famille emberlificotantes au plus haut point m'avaient peiné et forcé à prendre une décision dont j'ignore encore si elle était la bonne mais, comme tout ce que je décide, j'ai fait mien ce choix en l'assumant totalement. Du coup, des mots rudes furent échangés, des incompréhensions furent partagées et un constat nous rassembla : rien ne s'opposait à ce que nous puissions nous revoir.

Il faut dire que j'ai mis du temps à revenir à Marmande, là où se trouve mon oncle et son épouse mais également mon cousin [tout juste mon aîné d'un an, mais qui était à mon mariage] et ma cousine. Avant, quand je ne me piquais pas de faire le tour du monde et de crâner avec mes photos de vacances, il m'arrivait régulièrement d'aller les voir, de passer quelques jours et de me faire fugacement à la douceur de vivre environnante.

Et puis la vie fit que je suis parti plus loin, les liens familiaux se sont un peu distendus [sans que rien ne m'éloigne d'eux, sur le fond] et surtout j'ai probablement pu apparaître un peu lointain puisque les rares occasions qui nous permirent de nous croiser ne furent pas forcément propices à maintenir ce qui préexistait, tout le monde étant probablement heurté du comportement immature en présence ... je n'y reviens pas, le réquisitoire auquel j'ai déjà eu le droit a justifié qu'une personne en particulier me rende, courageusement et avec une lucidité stupéfiante, responsable de tout et surtout de n'importe quoi. Bref ...

Ainsi donc, je ne savais pas trop si le poids des années serait de nature à affecter les liens d'avant nonobstant des positions éloignées sur certains sujets. Que je sois homosexuel ne me semblait pas pouvoir être un problème. Les histoires de famille n'étaient pas les miennes bien que j'en subisse les conséquences [leur absence à mon mariage en étant une nouvelle illustration] ... Tout cela, nous n'en parlâmes pas parce qu'en fait, on ne se voyait pas pour cela et puis, à mon sens, tout avait déjà été dit sur la question. Dès la première minute, en descendant du train et en leur faisant coucou, j'ai compris que cela se passerait bien. Ils ont accueilli Zolimari comme s'il était partie intégrante de la famille.

Et c'est ainsi que nous avons discuté, rigolé, échangé sur tout un tas de sujets sans vraiment se prendre la tête, sans totalement nous dire qu'il fallait surveiller ce que nous nous disions [bien que j'avoue avoir fait attention en permanence à ce que je disais, soucieux que j'étais de ne pas faire d'impair].
Oui, vraiment, j'ai passé trois jours assez remarquables : on a beaucoup tourné puisque mon oncle adore communiquer sa passion du patrimoine, ses explications de tout un tas de choses et il voulait nous montrer plein de belles choses de sa région et des alentours. Ainsi, nous avons visité Marmande, nous avons fait des incursions en Périgord en allant jusqu'à Bergerac que j'ai retrouvée après tant d'années, nous avons passé plus de trois heures dans un site landais qui a permis de comprendre comment vivaient celles et ceux qui étaient jadis isolés dans la lande alors que les autres étaient si proches. Et puis, nous en avons terminé dimanche en visitant une partie de Bordeaux [là aussi, il y a bien longtemps que je n'y avais pas mis les pieds].

Moi, j'ai retrouvé mon oncle et ma tante que j'aime beaucoup. Encore une fois, nous ne partageons pas tout mais il y a un petit quelque chose qui me fait dire qu'il n'y a pas que le sang que nous partageons. Nous avons aussi en commun des réflexes, un caractère, une sensibilité et une histoire. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque j'ai évoqué avec lui mes travaux généalogiques dont il m'a fait comprendre qu'il serait heureux que nous puissions les partager afin qu'il se relance peut-être dans quelques recherches. Oui vraiment, surtout quand j'ai pu observer la complicité évidente que mon cousin et ma cousine avaient noué avec Zolimari [qui a bien bu samedi soir], quand j'ai pu apprécier la qualité de l'ambiance entre nous et le peu de silences embarassés qui ont pointé le bout de leur nez, je peux te dire un truc : je n'attendrai pas à nouveau douze ans pour retourner à Marmande, pour partager à nouveau et passer en définitive l'écume de ce qui ne devrait pas affecter les relations de ceux qui privilégient la bonne intelligence à la boursoufflure de nombril.

Bref, moi, j'ai passé un bon wikende en famille !

Tto, qui se dit que la famille ça devrait toujours être comme ça