Eurovision_Song_Contest_logo_2015

C'est toujours à la fin du match que l'on compte les points et cette année encore, la France a sombré. Elles sont compliquées nos relations avec le concours Eurovision de la chanson. Après l'avoir gagné cinq fois [principalement au début de l'histoire du concours], c'est la panne sèche depuis qu'Amina a fait 1ère ex-aequo au début des années 90.

Qu'importe, je me délecte toujours de cette effervescence qui coincide avec cette belle soirée [désormais adjointe par les deux demi-finales] qui est, depuis trois ans, si bien suivie qu'elle est le programme le plus regardé ce soir là à la télévision française. Cette année aura été une belle victoire pour France 2 avec 26,3% de parts de marché quand "The Voice" annonçait sa finale à grand renfort de guests. Rien n'y a fait, le concours est resté devant, et égale même son score de 2009, meilleure audience jusque là du programme ces vingt dernières années. Forcément, ça marche en France mais c'est encore pire ailleurs : les pays scandinaves sont toujours aussi accrochés au show à 25 millions d'euros : 78% de parts de marché en Norvège. C'est donc une belle fête, c'est donc toujours un beau moment de partage, de rigolade même si l'exercice systématique de certains consistant à live-tweeter des punchlines recyclées d'une année sur l'autre n'amuse plus qu'eux et si les spécialistes de l'Eurovision qui n'y connaissent pas grand chose se permettent de te tacler en permanence pour des bêtises, bêtises que le classement final invalide invariablement.

Comme tous les ans, je me suis bien gaufré sur les chances de la chanson française [qui, objectivement, ne méritait pas sa treizième place mais bien d'être, comme je le pensais, dans les dix premiers] mais j'avais bien la chanson gagnante dans mon top 3. Toutefois, on a eu bien peur que l'Allemagne [ras le bol des clones d'Ed Sheeran] ou l'Autriche [sans commentaire] ne viennent ravir la victoire. "On" oui parce que tous les ans, l'Eurovision est l'occasion d'une soirée avec mes compères de tradition [qui, cette année, avaient décidé d'aller voir un concert annulé ... faut pas chercher]. Résultat, on a quand même trouvé deux courageuses pour venir affronter le suspense incroyable de la finale, en grignotant des conneries toute la soirée ... tandis que je distille des infos grapillées ici et là.

Zolimari a gagné sa bouteille de champagne puisque mon pari a été perdu, "Mercy" n'ayant pas été classé dans les dix premières. N'empêche qu'au cours de notre soirée, nous avions désigné la chanson lauréate en première position !

C'est donc dans une ambiance bon enfant que cette soirée a eu lieu, loin du tumulte de ceux qui savent et ceux qui t'expliquent n'importe quoi pour bomber le torse. C'est d'ailleurs assez emblématique de voir ceux qui regardent depuis des lustres comme Zolimari et moi et ceux qui se piquent de tout savoir depuis l'année dernière, comme s'il fallait en être pour être à la page. C'est dramatiquement grotesque mais ça leur passera ...
Delphine Ernotte-Quincy a annoncé que l'Eurovision reviendra en novembre avec la session Eurovision Junior et que l'émission de sélection de la chanson reviendra aussi l'année prochaine : tu vas encore pouvoir choisir qui ira défendre nos maigres chances en Israël. N'empêche qu'elle est pas mal cette chanson ... même s'il y en avait plein d'autres qui valaient le coup ...

Tto, Eurovision-fan