T'es sérieux

A la question "de qui se moque-t-on ?", je crains fort que ce soit de toi, de moi, de nous. Et c'est pour ça que je te l'annonce brutalement et avec la sauvagerie la plus insupportable, c'est le billet GIF du mois !

Nan mais parce que bon ... ok, tout le monde est conditionné à entamer trois mois de conflit social à la SNCF en se disant que ces salauds de cheminots vont encore se la couler douce pendant que toi comme moi, on va ramer pour parvenir péniblement à aller bosser pour payer leurs retraites assises sur un régime dérogatoire et spécial dont j'ai l'indulgence et la pitié de ne pas te rappeler les conditions qui tiennent davantage d'un roman de Tolkien que d'un tract CGT-SUD RAIL auquel FO se serait associée. Mais, dans le déluge de conneries que tu as certainement entendues depuis une semaine, y a-t-il seulement un argument à retenir d'entre les rougeots ou les libéraux ?

Source: Externe

C'est comme ce débat merveilleux du "Ouin ouin, c'est ignoble, on n'est plus en démocratie, on ne peut plus dire ce que l'on pense. Macron est pire que Ceaucescu !". Limite, je souhaite aux crétins de la pire espèce qui profèrent ce genre d'âneries d'aller, aujourd'hui, faire un tour en Transylvanie pour envisager à quel point la comparaison est infamante. D'ailleurs, pouvoir régurgiter de tels propos [dont je t'épargne les fautes d'orthographe et de syntaxe commises par ceux qui ont aussi un avis sur les programmes éducatifs, la relance économique et le fait de dire "chocolatine" au lieu de l'évident "pain au chocolat"], c'est bien le signe que le régime est autoritaire ...

Source: Externe

Qu'importe ... entre ceux qui t'affichent des convictions de gauche fermement ancrées dans un militantisme aveugle à force de #jesoutienslagrève mais qui ne vont pas franchement affronter les incidences du mouvement, et ceux qui oublient à quel point l'immaturité du dialogue social en France est une constante dont l'agitation de concepts fumeux n'aide pas à infléchir la tendance, je rappelle simplement une chose : la France n'est pas la championne du monde de la grève [les danois font bien mieux, pour autant que l'on compare les mêmes choses], et la libéralisation du marché des transports n'est pas non plus la solution à tous les maux.

Source: Externe

Du coup, j'ai profité de tout ce temps alloué à l'oisiveté [véritablement mère de tous les vices, je peux le certifier] pour ne pas écouter les uns et les autres [et encore moins les lire] qui, par définition, ont tort considérant qu'il n'y a pas une vérité. Une chose est cependant certaine : les salariés de la SNCF dérogent, en beaucoup de dispositions, au sort des salariés et travailleurs indépendants français auxquels des efforts sont demandés depuis très longtemps. De fait aussi, je pense que tout le monde n'accepterait pas les cadences de travail de certains salariés de la SNCF [une minorité, soyons précis, les personnels roulants]. Dire le contraire de ce qui précède démontrerait l'inanité de toute discussion subséquente.

Source: Externe

Après la convergences des luttes ou autres stupidités du genre [je te passe le revival "Mai 68", purement marketing mais qui démontre tout ce qu'il faut penser de la récupération du mouvement en question par ceux qui l'ont animé], c'est bon pour les chroniqueurs de Pujadas ou de Calvi qui aiment caresser leurs nombrils à longueur de débats où la mère Molinier-Verdier viendra asséner des vérités non démontrées par des études scientifiques de l'IFRAP qui ne le sont pas face à des syndicalistes qui ne défendent qu'eux-mêmes au prix d'une posture maintes fois utilisée mais ça marche encore sinon un peu de ménage aurait été fait ...

Source: Externe

Mais voilà, la posture n'est pas en grève. Un peu comme au sujet de cette discussion dimanche midi avec mon frère qui m'annonce "Ah non mais nous c'est fini, Amazon c'est fini ! T'as vu comment ils traitent leurs salariés ?" ... Perplexe, je me suis simplement permis de rappeler que ce que fait Amazon mérite aussi d'être généralisé aux Cdiscount, Fnac et autres marchands du genre. Au surplus et si l'on s'en tient à la stricte analyse macro-économique de la chose et notamment à la destruction de valeur [et des réseaux commerciaux y relatifs] qu'induit le modèle Amazon, j'ai indiqué à mon frère qu'à ce moment là, j'imagine qu'il aura aussi résilié son abonnement Netflix, qu'il n'aura pas souscrit à un forfait Free, qu'il a demandé à être effacé de Booking.com ni qu'aucun Uber ne sera plus commandé par ses soins. "Ouais mais bon ..." m'a-t-il répondu ...

Source: Externe

En réalité, je comprends l'idée mais je la trouve un peu simpliste. Pourtant, j'y succombe parfois. Quand Deliveroo a avenanté les contrats de ses livreurs pour ne plus les payer qu'au lance-pierre, j'ai immédiatement cessé de commander chez eux mais aussi chez d'autres qui suivaient le même chemin alors que j'étais un bon conommateur de ce type de prestations. Fini ... je me déplace si je veux quelque chose et j'ai arrêté [malgré des relances toujours plus avilissantes]. Pourquoi Deliveroo [ou Foodora, Uber Eats et consors] et pas Amazon ? Parce que je ne me suis pas creusé pour trouver une alternative au fait qu'Amazon me procure un service que je pourrais retrouver ailleurs dans des conditions plus éthiques. Si on devait bannir tous les acteurs critiquables pour telle ou telle chose, les #jesoutienslagève d'aujourd'hui n'auraient pas d'iPhone, éviteraient de prendre des Easyjet ou de recourir à des services tantôt destructeurs d'emplois tantôt fiscalement peu exemplaires. Ah mais ça, les rougeots de la CGT qui appellent à la grève mais qui vont chez McDo ou qui se plaisent à croire qu'ils font des bonnes affaires chez Lidl, faut pas trop leur en parler ...

Je ne crois pas être exemplaire, ni être un parangon de vertu qui justifierait que l'on me prenne en exemple pour les circuits courts, le "healthy" ou que sais-je encore ... mais moi, au moins, je fais grâce de mon avis sur tout et ni'mporte quoi à tout le monde, a fortiori quand il est assis sur des sables aussi mouvants qu'une idéologie prédigérée et rendue avec la texture que tu imagines ...

Tto, perfectible comme tant d'autres