Clock

S'il fallait seulement se convaincre que mes journées sont définitivement trop courtes, c'est souvent à l'approche des vacances où cela devient une sacrée évidence. Bah oui, c'est l'évidence : je n'ai pas le temps de tout faire et à mesure que l'échéance de mercredi soir se rapproche, toutes les secondes deviennent cruciales sinon indispensables. Ah que j'envie ceux qui s'ennuient et ne savent pas quoi faire de leur temps, moi qui en manque tant.

Et depuis vendredi, c'est au delà du surnaturel :

- J'ai renoncé à envisager que les travaux entamés puissent être terminés d'ici notre départ : cela attendra mais je pense que mes parents ont dans l'idée de venir y mettre un coup pendant que nous serons à l'autre bout de la planète.

- On a eu à gérer un problème de permis de conduire. Bah oui parce que la Nouvelle Zélande c'est joli mais si tu n'as pas de permis international, tu ne peux pas conduire. Du coup et en voyageurs avisés que nous sommes, nous avons déposé notre demande il y a plus de deux mois [la dernière fois, on avait eu le permis en même pas trois semaines] ! On était larges ... ah oui mais non, depuis tout a changé et ce n'est plus ta préfecture qui s'occupe de cela, c'est à Nantes que cela se joue et là, il faut bien compter une quinzaine de semaines parce que tu comprends "on reçoit des milliers de demandes tous les jours hein". Sympa les services publics ! Du coup, il faut recourir à une traduction assermentée [265 € sur Paris ... ou 79 € si tu es un peu malin et que tu mets vaguement la pression sur ton correspondant local pour qu'il te la fasse faire au plus vite localement]. Ça, cela a donc été réglé hier soir [décalage horaire oblige].

- En préparant un peu deux trois choses, on a remonté les valises. Boum patatra ... les deux sont cassées et une valise cabine aussi. Du coup, on a récupéré celle de belle maman mais il en manque encore une ! Ainsi donc, brain storming de la mort hier soir pour faire la bonne étude de marché qui va bien [ah oui, si tu achètes un truc qui coûte plus que 50 € sans faire une étude de marché, Zolimari te flingue] et hop, Zolimari me sort la valise de ta vie rêvée ... J'objecte simplement que je suis surpris qu'il n'y ait pas de dimensions maximales pour les valises ... il regarde ... paf ! Du coup, on se rabat sur une valise moins chère, une Samsonite et hop, j'ai couru ce midi pour aller la chercher après que Zolimari ait appelé pour s'assurer qu'elle était toujours en stock. J'te dis : on gère ...

- Ce midi, j'avais un déjeuner. Rien d'étonnant, certes sauf que j'avais déjà dû annuler deux fois auparavant [faut dire qu'on me prévient à 18h50 qu'on m'attend à en lisière de la Seine en face du Bois de Boulogne alors que j'ai un dîner à 20h, que je n'ai pas fait les courses et que j'ai tout à préparer ... comment veux-tu que je sois présent ?!!]. Bon ok, les autres déjeuners, c'est moi qui ait annulé pour cause d'impondérable de dernière minute. Du coup, impossible de rater ça ce midi, et hop, je suis arrivé comme un charme presque pas en retard et on a passé un très bon moment [ce dont je ne doutais pas]. Et hop, à la vitesse de l'éclair, je suis allé chercher une valise dis donc [comment ça tu ne comprends pas ? Tu ne suis pas, c'est pas possible !!!].

- Ce wikende, il fallait que je passe chez mes parents. Bah oui, question de vie ou de mort [limite, je serai déshérité si je partais à 18.000 km sans que Môman ne me claque la bise]. "Et pourquoi tu vas si loin ?", "Tu te rends compte quand même, ça m'inquiète", "Et comment on fait pour voir les photos ?" et autres questions du genre ont eu lieu ... sauf que samedi, on a été obligés de surseoir puisqu'on ne pouvait toujours pas rouler. Bref, hier soir, on est rentrés à 19h ...

- Une heure chrono : c'est le temps que j'ai mis à me bichonner hier soir dans la salle de bain : coupage de cheveux, coupage de poils un peu partout pour gérer le maillot de bain [oui, il fait 28° là où on atterrit], masque descrubant à donf [limite, c'est comme si la Chose m'avait fait une faciale tellement c'était minéral et qu'on aurait dit du plâtre], c'est simple : j'ai tout fait ! Je suis totalement en condition de partout pour être en vacances. Tout y est passé ! Et en plus, t'aurais vu le regard attérré de Zolimari quand il m'a vu danser comme une pauvre épave en écoutant ma musique de dingue [la meilleure play-list de l'univers des salles de bain] ...

- Oh mais dis donc, et si on gérait les assurances rapatriements ? C'est que j'avais oublié ça ! Allez hop : tout est calé aujourd'hui mais c'est encore extrême-limite. Encore une victoire de canard !!!

- Bon bah ... tu penses que j'ai tout fait ? Ah mais non ... tu oublies que j'ai du boulot par dessus la tête, des réunions à n'en plus finir, un conseil d'administration à gérer mercredi à 13h30, un traité de fusion à m'envoyer, un dîner ce soir dans le quartier, mon bureau à ranger, la femme de ménage à aller voir pour lui dire quoi faire quand ses boys sont partis, retrouver le produit pour traiter un meuble en bois et je ne sais plus où il est, un changement de pc de bureau, la configuration de mon téléphone pour l'international [des fois que je réponde, qu'ils sont cons !], la valise à faire, ne rien oublier ....

... et remettre la main sur ce putain de Guide de voyage !!! Tu vas voir que c'est quand je vais aller en acheter un nouveau que je vais retrouver l'autre, ça fait toujours ça. Et ça m'énerve.

Tto, littéralement dans tous les sens